Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alice belaïdi

  • Les gorilles

    star 01.5.jpg

    AFF.jpg

    A force de frapper les clients qu'il est censé protéger, notre pote Alfonso (JoeyStarr) va avoir du mal à trouver du boulot en tant que garde du corps. Il n'y a encore que Vargas (Jean Benguigi) qui veut bien encore de lui en lui proposant d'assurer la protection de Jal-Y (Alice Belaïdi), une chanteuse qui doit prochainement se produire à Cannes. Ce n'est pas tout puisque Alfonso devra aussi se coltiner un partenaire dont la formation n'est pas tout à fait complète et ce sera une sacrée galère que d'avoir un équipier comme Walter (Manu Payet). Ce dernier n'a pas vraiment le profil de l'emploi et puis surtout c'est un véritable moulin à paroles !

    01.jpg

    Dans la famille duo improbable, voilà que notre pote Tristan Aurouet réunit JoeyStarr et Manu Payet respectivement la brute et le clown de service. Comme dans tout buddy-movie qui se respecte, c'est le duo décalé qui assure le show et en la matière Payet n'hésite pas à en faire des caisses ! Son personnage l'avoue d'ailleurs lui-même à la fin, il peut être saoulant et on ne dira pas le contraire. Que ce soit par son histoire ou par le niveau d'humour proposé, Les gorilles est une comédie poussive qui déclenchera tout au plus 2-3 sourires si elle ne vous a pas assommé auparavant ce qui n'est pas garantit.

     

    Il faut le voir pour : Travailler vos répliques !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Maestro

    star 03.5.jpg

    aff.jpg

    Pas facile d’être comédien ; Henri (Pio Marmai) peut en témoigner lui qui a souvent du mal à joindre les deux bouts avec son colocataire Nico (Nicolas Bridet). Sa carrière est peut-être à un tournant puisque sa pote d’enfance Pauline (Alice Belaïdi) elle aussi actrice, lui a obtenu un rendez-vous avec le grand réalisateur qu’est Cédric Rovère (Michael Lonsdale). Entre ces deux personnes, ce sont deux univers totalement différents qui se rencontrent et pourtant un lien particulier va se tisser entre eux. C’est ainsi qu’Henri est engagé et se retrouve sur le tournage d’un film inspiré de L’astrée. Au début, il n’avait que 23 répliques (ce qui était déjà génial pour lui) et puis il va obtenir un rôle bien plus important.

    01.jpg

    Voilà un petit film qui fait dans la discrétion mais qui mérite amplement qu’on lui accorde un peu d’attention. L’histoire de Maestro s’inspire en fait de la rencontre entre le comédien Jocelyn Quivrin (qui évoqua l’idée de ce film à Léa Fazer) et du réalisateur Cédric Rohmer constituant ainsi un bel hommage en leur mémoire. On est tout aussi séduit par une distribution rayonnante avec en tête le duo très complice Pio Marmai / Nicolas Bridet et entouré des non moins charmantes Alice Belaïdi & Déborah François. Par sa simplicité, son humour et cette relation touchante qui s’établit entre Henri & Cédric ; cette comédie est vraiment une agréable surprise qui obtient assez logiquement un joli Coup de cœur Ciné2909 !

     

    Il faut le voir pour : Vérifier les chaises avant de vous asseoir, elles ont peut-être servi pour un ping-pong !

    Lien permanent Catégories : Les coups de coeur, Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Sous les jupes des filles

    star 02.jpg

    aff.jpg

    Avec 4 enfants et un mari absorbé par son travail, notre pote Ysis (Géraldine Nakache) n’a que peu de temps pour elle. Une routine qu’elle va subitement bouleverser après sa rencontre avec Marie (Alice Taglioni) qui était venue garder ses enfants, c’est ainsi que leur aventure commence. Au même moment, Jo (Audrey Dana) commence à se poser des questions sur ses relations amoureuses ; il serait peut-être temps pour elle de construire quelque chose de sérieux. Pour sa sœur Agathe (Laetitia Casta), ce n’est pas vraiment plus réjouissant elle qui souffre de terribles maux de ventre lorsqu’elle se trouve trop émue. Un vrai handicap surtout quand on se trouve en face d’un bel avocat !

    01.jpg

    Pour sa première réalisation, Audrey Dana a mis les petits plats dans les grands en conviant à cette fête un beau casting où Isabelle Adjani, Sylvie Testud, Vanessa Paradis viennent se mêler à Julie Ferrier, Alice Belaïdi ou encore Géraldine Nakache. Au premier coup d’œil Sous les jupes des filles on a donc plutôt envie de se laisser charmer malheureusement c’est la déception qui prime. En voulant donner la part belle aux femmes qui ne se seront jamais montré aussi libres, ce film choral a bien du mal à prendre forme et adopte davantage la forme d’une cascade de sketches pas toujours drôles. Avec des personnages dont le trait est parfois forcé, le film est semblable à cette scène au Trocadéro ; un feu d’artifice promis qui ne s’avère être tout au plus qu’un pétard mouillé.

     

    Il faut le voir pour : Ne plus jamais croire une femme qui jure sur la tête de ses enfants !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Sous les jupes des filles

    J'en connais beaucoup qui vont apprécier de se retrouver Sous les jupes des filles ! D'abord c'est la première réalisation de notre pote Audrey Dana et puis il y a un sacré casting réunissant entre autre Isabelle Adjani, Laetitia Casta, Vanessa Paradis, Audrey Fleurot, Marina Hands, Géraldine Nakache ou encore Sylvie Testud. Vraiment du beau monde !

    Date de sortie : 04 Juin 2014.


    Lien permanent Catégories : La B.A. du jour 0 commentaire
  • Fonzy

    star 02.jpg

    aff.jpg

    Notre pote Diego Costa (José Garcia), lorsqu’il était plus jeune, a fait de nombreux dons de sperme mais jamais il n’aurait imaginé ce qu’il vient d’apprendre. Un avocat vient en effet de lui apprendre que son sperme a été utilisé de façon excessive donnant naissance à 533 enfants dont 142 qui veulent aujourd’hui connaitre l’homme qui se cache derrière le pseudonyme de Fonzy. Un vrai choc pour Diego qui a déjà tellement de mal à s’assumer lui-même et qui doit notamment effacer une dette de 50 000 €. Coté vie sentimentale, ce n’est guère plus reluisant puisque sa relation avec Elsa (Audrey Fleurot) n’est pas au beau fixe d’autant qu’elle vient de luis révéler qu’elle est enceinte et qu’il sera donc papa … pour la 534ème fois !

    01.jpg

    Tout comme Le grand méchant loup, Fonzy est un remake d'un succès canadien Starbuck. C’est Isabelle Doval qui prend en charge la réalisation et qui n’a pas eu à chercher bien loin pour trouver son personnage principal puisque José Garcia n’est autre que son compagnon. L’intérêt d’un remake est déjà discutable (avec une version américaine conduit par le réalisateur québécois en approche) mais en plus de ça le film de Ken Scott est encore tout récent puisque sorti dans les salles françaises en milieu d’année 2012. Là encore ceux qui ne connaissent pas l’original prendront un semblant de plaisir par rapport à ceux connaissant déjà l’histoire qui préféreront faire l’impasse au risque de trouver le temps long face à cette comédie fadasse qui n’apporte vraiment rien.

     

    Il faut le voir pour : Rester poli avec les femmes policières (surtout si leurs pères les surveillent !).

     

    En savoir plus sur Starbuck ?

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Hôtel Normandy

    star 02.5.jpg

    aff.jpg

    Depuis la mort de son compagnon, Alice (Héléna Noguerra) ne s’intéresse plus du tout aux hommes ce qui inquiète fortement ses potes d’enfance Pénélope & Isabelle (Anne Girouard & Frédérique Bel). En guise de cadeau d’anniversaire, elles décident de lui offrir un beau séjour à l’Hôtel Normandy à Deauville afin qu’elle puisse profiter de la Biennale d’art contemporain. Ce qu’elles ne lui ont pas dit c’est qu’elles ont demandé à un homme de la séduire mais leur plan ne va pas se dérouler comme prévu. Si Alice a bien rencontré quelqu’un ; Jacques (Eric Elmosnino) n’est pas l’homme qui était chargé de la séduire puisqu’il s’agit en fait d’Yvan (Ary Arbittan) … enfin pas tout à fait !

    01.jpg

    Gros quiproquo à Deauville où la princesse Hélène Noguerra va faire connaissance avec ses princes charmants. Charles Nemes (Au bistro du coin, Le séminaire …) nous a habitué à des comédies souvent peu raffinées et il perpétue la tradition avec Hôtel Normandy où on n’a pas vraiment envie de poser les valises. Entre la copine introvertie, celle nymphomane ou le séducteur gaffeur et relou ; on a des personnages qui sont bien à l’image du film à savoir poussif. On pourra juste se consoler avec un casting plutôt rafraîchissant qui, malgré leur générosité, ne parviennent pas à donner plus d’entrain à ce film qui arrache avec beaucoup de peine quelques sourires.

     

    Il faut le voir pour : Ramasser les peintures que vous pouvez trouver dans les poubelles, on ne sait jamais.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Les Kaïra

    star 03.jpg

    2167860595.68.jpg

    Après avoir bouffé leurs grecs, Mousten & Abdelkrim (Franck Gastambide & Medi Sadoun) sont allés faire un tour du coté de leur pote d’enfance Momo (Jib Pocthier) histoire de passer le temps. Et puis en feuilletant quelques magazines, ils tombent sur une annonce pour un boulot de rêve : devenir acteurs porno ! Ils se retrouvent ainsi devant Un producteur (François Damiens) qui est prêt à leur donner une chance s’ils lui rapportent une bande démo. Nos Kaïra doivent donc réaliser une vidéo de leurs plus belles prouesses mais encore faut-il pour cela trouver des femmes. Avec la caisse d’Abdelkrim, ils se rendent donc à Paris mais leurs plans risquent vite de partir en c……. !

    01.jpg

    Salut bande de bâtards ! Après avoir détourné le téléshopping via leur websérie, Les Kaïra reviennent en force au cinéma donnant l’opportunité à Frank Gastambide de réaliser son premier long-métrage. On retrouve ainsi le trio de personnages propulsés en pleine recherche d’un emploi très particulier, un parcours qu’il faut savoir évidemment au second degré. Si les rires s’enchainent dans un premier temps, la comédie a un peu de mal à se renouveler heureusement il y a quelques éclairs avec les irrésistibles imitations de Medi Sadoun et son coming-out. Bien pêchu et rythmé par de sympathiques caméos, si vous avez adhéré à Kaïra-shopping vous ne serez pas déçu par cette comédie.

     

    Il faut le voir pour : Adopter un ours !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • Les tribulations d’une caissière

    aff.jpg

    C’est sûr que ce n’est pas ce qu’elle rêvait de faire lorsqu’elle était petite mais certains évènements ont conduit Solveig (Déborah François) à devenir caissière chez Parody. Avec un père dans le coma, il lui fallait absolument un boulot pour prendre soin de son petit frère Anatole (Jean-Baptiste Fonck) et c’est ainsi qu’elle est devenue caissière. Une expérience difficile mais également riche au point qu’elle a crée un blog appelé Caisse à dire qui rencontre un succès incroyable et qui est en train de mettre à mal toute la grande distribution. Tout le monde ignore que c’est Solveig qui est la rédactrice de ce blog et c’est pour la démasquer que Marie (Elsa Zylberstein), une journaliste, joue les fausses caissières.

    01.jpg

    Comme le dit si bien le film à un moment donné ; pour une fois qu’on parle des caissières et de leurs difficiles conditions de travail, on va prêter une attention toute particulière à cette petite comédie de Pierre Rambaldi. Avec Les tribulations d’une caissière, on a droit à la radiographie d’une catégorie professionnelle souvent invisible à nos yeux ; l’occasion d’ailleurs de reconnaitre des évènements que vous avez vous-mêmes vécu. Néanmoins, le thème abordé ne réussit pas à camoufler les faiblesses de cette comédie avec un développement pour le moins classique et quelques dialogues qui sonnent creux. A voir seulement si vous avez déjà fait toutes les courses de la semaine !

     

    Il faut le voir pour : Faire preuve d’un peu plus de respect envers les caissières quand vous irez faire vos courses.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • De l’huile sur le feu

    aff.jpg

    A Paris, dans le quartier de Belleville 2 restaurateurs sont en conflit permanent et cela mène parfois à des gestes inconsidérés. C’est ainsi que notre pote Samir Chouffry (Nader Boussandel) en est venu à briser la vitre du restaurant de Wong Zy (Tien Shue) pensant que ce dernier avait fait de son chien un repas de fête. Se rendant coups pour coups, le propriétaire de L’empire du dragon réplique à son tour et tout ceci se termine en une bagarre générale. C’en est trop pour Mme Lavignasse (Claude Gensac), propriétaire des lieux qui décide de supprimer la terrasse de Chouffry. Celui-ci loin de s’avouer vaincu compte bien reprendre ce qui lui appartenait jadis mais un évènement tragique va tout remettre en cause.

    01.jpg

    Franchement, le pitch me paraissait propice à une bonne séance de rigolades malheureusement une fois devant le film, on est davantage envahi par l’accablement que par l’envie de se marrer. Condensé de clichés sur les asiatiques et les musulmans, De l’huile sur le feu ne prend même pas le temps d’assaisonner ces ingrédients pour les adapter à notre gout. Un humour primaire et bien trop répétitif, un jeu d’acteur poussif transforment cette comédie en un produit qui restera en travers de la gorge. La seule chose qui m’a redonné un tant soit peu le sourire c’est ce karaoké en guise de générique de fin avec la reprise du thème de la série Arnold & Willy, c’est bien peu.

     

    Il faut le voir pour : Eviter d’aller au restaurant ce soir !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire