Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Premières Impressions 2019

  • Let’s dance

    Stars 2.jpg

    Aff.jpg

    Parce que la danse c’est toute leur vie, nos potes Emma, Joseph & Karim (Fiorella Campanella, Ryan Bensetti & Mehdi Kerchouche) ont décidé de venir à Paris. C’est là qu’ils comptent passer une audition afin d’intégrer le crew du grand Youri (Brahim Zaibat) et c’est ce qu’ils vont réussir à faire. Avec de l’entrainement, ils parviennent à se hisser en finale d’un concours international mais le conte de fées va soudainement se briser. Youri va quitter le groupe après un accrochage avec Joseph qui devient alors le leader bien malgré lui. Avec Karim, ils trouvent refuge chez Rémi (Guillaume De Tonquédec), un professeur de danse classique. Ce dernier va profiter de la présence de ces 2 danseurs pour donner un coup de fouet à ses cours au grand dam de ses élèves.

    001.jpg

    Metteur en scène jusqu’à présent habitué aux planches des théâtres, Ladislas Chollat se lance avec Let’s dance dans sa première réalisation au cinéma. Qui dit Film de danse dit malheureusement scénario limité ce qui n’est pas tant un problème si les chorégraphies sont de qualité. On peut dire que la première grande scène est réussie hélas ce sera aussi la seule du film ! Il y a bien le final qui tente de nous proposer quelque chose de novateur et cela aurait mérité d'être bien plus développé si bien que le résultat est loin de nos espérances. Plutôt que de s’attarder sur la relation Joseph / Chloé (à noter quand même qu’Alexia Giodano attire les regards) trop convenue, on aurait aimé voir plus de danses tout simplement.

     
    Il faut le voir pour : Passer l’aspirateur avec un casque sur les oreilles, c’est plus fun !

  • Convoi exceptionnel

    3907766112.15.jpg

    54517967_2330688727203236_7556376984532549632_n.jpg

    Il s’appelle Taupin (Gérard Depardieu) et il est en train de pousser un caddie au milieu d’un embouteillage. Il se sent un peu perdu et pour cause, il n’a pas de scénario avec lui ! Heureusement que Foster (Christian Clavier) vient rapidement lui prêter main forte et tous deux se dirigent désormais chez un certain Le Réveillé (Jean Dell) qu’ils doivent tuer. Suivant scrupuleusement le scénario que Foster a en sa possession mais des changements sont à prévoir. Ça commence par un détour devant une boulangerie où ils vont apercevoir une étrange femme dégustant un croissant qu’elle n’a même pas payé et puis ils finissent par aller à la rencontre des scénaristes.

    01.jpg

    Sur le papier, Convoi exceptionnel donne envie avec d’abord le retour de Bertrand Blier à la réalisation après 9 ans d’absence et un casting aux petits oignons. A l’écran, c’est une tout autre histoire ! Clairement, on se retrouve face à un ovni du cinéma reposant sur une idée originale mais bien mal exploitée. Il ne reste alors plus qu’à se coltiner le duo Clavier / Depardieu lâché dans la nature ou encore des monologues sur les soutiens gorge ou la cuisson du poulet. Il n’y a qu’Audrey Dana & Alex Lutz qui viennent légèrement éclaircir ce film qui, pour le coup, n’a vraiment rien d’exceptionnel. Pour reprendre une expression du film ; voilà ce qui arrive quand on a merdé !

     

    Il faut le voir pour : Vous trouver un autre scénario.

  • Happy Birthdead 2 You

    1561975440.jpg

    Aff.jpg

    Mardi 19 Février. Tree (Jessica Rothe) peut finalement souffler, elle n’a plus à revivre sans cesse la même journée et surtout mourir à chaque fois ! Le souci c’est que quelqu’un d’autre a hérité de la malédiction et il n’y a pas à chercher bien loin pour le trouver ; il s’agit de Ryan (Phi Vu), le colocataire de Carter (Israel Broussard). Ce n’est d’ailleurs pas tout à fait un hasard s’il est la nouvelle victime. Toujours est-il que Tree va chercher à l’aider vu qu’elle a une grande expérience après avoir affronté à de si nombreuses reprises la mort. Ce qu’elle n’avait pas prévu c’est qu’un matin, elle se réveillerait encore une fois dans la chambre de Carter un Lundi 18 Février… L’histoire recommence mais cela s’accompagne aussi de quelques changements.

    01.jpg

    La mort lui va si bien à notre pote Tree (et puis en même temps elle le mérite vu sa culture ciné) ! On aurait pu craindre que cette suite se contente d’adapter la même histoire avec de nouveaux protagonistes mais on se réjouit que ce ne soit pas le cas. Le scénario d’Happy Birthdead 2 You reprend en effet directement là où on s’était arrêté ce qui nous permet de revoir les mêmes personnages. Mieux que ça, il vient nous fournir un peu plus d’explications sur les étranges phénomènes qui ont frappé l’université de Bayfield. On est dans l’exacte lignée du précédent épisode d’autant plus que Christopher Landon signe de nouveau la réalisation, c’est un poil plus fun mais pas de quoi nous faire sauter au plafond non plus. Au moins, on ne meurt pas d’ennui devant, ce qui est déjà pas si mal !

     

    Il faut le voir pour : Vous trouver une mort classe !

  • Escape Game

    Stars 2.jpg

    Aff1.jpg

    Les vacances de Thanksgiving ont commencé mais notre pote Zoey (Taylor Russel McKenzie) n’a rien prévu si ce n’est plonger son nez dans les livres. Elle va toutefois avoir l’occasion de se divertir un peu lorsqu’elle reçoit un drôle d’objet. Il s’agit d’un casse-tête qui, une fois résolu, contient une invitation pour une Escape Room. Participer à ce genre de jeu n’est pas vraiment la tasse de thé de la jeune femme mais sachant qu’il y a 10 000 $ à la clé, cela change beaucoup de choses ! Evidemment, il y aura d’autres participants déterminés à remporter ce pactole mais ils ignorent encore la véritable raison de leur présence. Que ce soit Ben (Logan Miller) ou encore Amanda (Deborah Ann Woll), ils partagent tous un point commun qui explique qu’ils aient reçu cette invitation mortelle.

    01.jpg

    Des personnes enfermées qui doivent déjouer des pièges tous plus mortels les uns que les autres, ça ne vous rappelle rien ? Je vous rassure, ce n’est pas un énième épisode de Saw mais c’est tout comme. Le film d’Adam Robitel s’inspire ainsi des Escape rooms, ces jeux grandeur nature où vous devez rassembler les différents indices pour trouver la sortie. On a donc plus qu’à voir des personnages sans intérêt évoluer dans des salles improbables et évidemment certains risquent de rester sur le carreau ! Non seulement, Escape game sent le déjà vu à plein nez mais nous offre aussi un dénouement totalement absurde et je pense qu’on n’est pas à l’abri de voir débarquer d’autres épisodes. Il est toujours plus simple de trouver la sortie dans les salles de ciné alors n’hésitez pas foncez !!


    Il faut le voir pour : Souscrire une assurance-vie avant de faire votre prochain Escape Game !

  • Captain Marvel

    Stars 3.jpg

    Aff.jpg

    1995. En voulant échapper à ses geôliers, notre pote Vers (Brie Larson) a atterri en catastrophe sur Terre en plein milieu d’un vidéo-club de Los Angeles. Cette planète lui semble étrangement familière alors qu’elle est persuadée de n'être jamais venu et pourtant … Son arrivée n’est d’ailleurs pas passé inaperçu puisque très vite un certain Nick Fury (Samuel L. Jackson) arrive sur les lieux. C’est là qu’il apprend que des extraterrestres capables de changer d’apparence sont sur Terre, il s’agit des Skrulls ! Bien entendu, il a bien du mal à croire à cette histoire à dormir debout mais il va rapidement changer d’avis. Il décide alors de prêter main forte à la jeune femme qui part à la recherche d’une base militaire et cette quête va réveiller chez elle de profonds souvenirs.

    01.jpg

    C’est peu dire qu’on l’attendait depuis son arrivée annoncée dans Avengers Infinity War. Le Marvel Cinematic Universe donne ainsi pour la première fois la vedette à une super héroïne incarnée par Brie Larson qui devrait s’installer sur la durée. L’actrice confirme rapidement qu’on ne s’est pas trompé en la choisissant mais Captain Marvel apporte aussi son lot de déceptions. Si l’esprit des années 90 et les notes d’humour (un peu trop poussé à mon goût) savent faire leur effet, on regrette avant tout l’absence d’un véritable personnage pour lui tenir tête. Une fois mis de côté l’aspect buddy movie, les scènes d’action s'enchaînent sans réellement nous enchanter. Disons que c’est un bon amuse-bouche avant le dantesque Avengers Endgame !


    Il faut le voir pour : Surveiller votre chat, des fois que …

  • Sang froid

    Stars 2.5.jpg

    Aff.jpg

    C’est une véritable tragédie qui frappe notre pote Nelson Darman (Liam Neeson) et sa femme Grace (Laura Dern). Non content d’avoir appris le décès de leur fils Kyle (Micheál Richardson), ils découvrent que celui-ci se droguait puisqu’il aurait succombé à une overdose d'héroïne. C’est une version des faits que n’arrive pas à croire ce père désemparé et il va en avoir la confirmation grâce à Dante (Wesley MacInnes), un collègue de son fils. Ce dernier est en fait une victime collatérale d’une affaire de drogue et dès lors qu’il apprend ce qu’il s’est réellement passé, Nelson décide de traquer un par un les assassins. Alors que les cadavres s’empilent, sa piste va le mener jusqu’à un certain Viking (Tom Bateman).

    01.jpg

    Il a beau s'être démené dans les 2 volets de Taken, il y a encore des fous qui osent s’en prendre à la famille de Liam Neeson ! Histoire de changer un peu, c’est cette fois son fils qui joue les victimes et bien entendu, sa vengeance va être terrible. Sang froid c’est aussi et surtout un remake du film norvégien Refroidis et c’est le même réalisateur Hans Petter Moland qui s’est chargé de cette adaptation. Passé ce scénario sans originalité, on apprécie cette dérision qui aurait gagné à être encore plus appuyée (un peu à l’image de la communication qui a accompagné la sortie du film). Quitte à se marrer, autant y aller à fond ! Sans compter qu’on s'embarrasse également de personnages comme les policiers qui n’apportent strictement rien. Le jeu de mots est facile mais ça risque de vous laisser de glace !

     

    Il faut le voir pour : Éviter de demander à votre chauffeur de taxi de changer de musique, ça risque d'être pire !

  • Dragon Ball Super : Broly

    Stars2.5.jpg

    Aff.jpg

    Des individus se sont introduits chez Bulma afin de dérober 6 boules de cristal ainsi que le radar qui devrait leur permettre de mettre la main sur la 7ème et ainsi appeler Shenron. Avec l’aide de Trunks et Son Goten, on découvre très vite que ceux qui ont commis ce vol sont des hommes de Freezer. Ce dernier va avoir la surprise de voir arriver 2 saiyens sur son vaisseau ; Paragus et son fils Broly qui avaient échoué sur l'astéroïde Vampa il y a maintenant 41 ans. C’est le père de Vegeta à l’époque qui avait provoqué leur départ et aujourd’hui, ils ont soif de vengeance. Freezer compte tirer profit de cette situation et va les accompagner sur Terre où Broly va se déchaîner sur Vegeta & Son Goku, sa force évolue de manière exponentielle jusqu’à devenir incontrôlable.

    01.jpg

    Le guerrier Saiyan légendaire est de retour enfin pas tout à fait puisque ce film fait abstraction de tout ce qu’il s’est passé auparavant. Dragon Ball Super : Broly a surtout pour but de rendre le personnage canon dans l’univers, est-ce pour une future exploitation dans la série ? En tout cas, ce film interroge puisqu’il débute en prenant le temps de développer l’histoire avant d'enchaîner avec une succession de bastons, affrontements, combats, confrontations .... je pense que vous avez compris l’idée ! A noter aussi qu’on peut se demander si à la base cette histoire n’était pas réservée à la série télévisée tellement les dessins sont indignes d’une production pour le grand écran. Heureusement que cela s’améliore mais au final c’est très inégal et puis c’est quoi cette manie de faire de Freezer un perso comique ?


    Il faut le voir pour : Découvrir le complexe de Freezer !

  • All inclusive

    Stars2.jpg

    Aff.jpg

    Notre pote Bruno (François-Xavier Demaison) avait remporté un séjour All inclusive en Guadeloupe dont il comptait en profiter en couple mais il y a eu un imprévu. Le passeport de sa fiancée est périmé si bien qu’elle ne peut pas voyager et cela va lui servir de prétexte pour régler ses comptes. Ce dernier ne sait toujours pas quoi faire ; la rejoindre pour recoller les morceaux ou partir et c’est à ce moment-là qu'apparaît Jean-Paul Cisse (Franck Dubosc). Bruno va finalement s’envoler et essayer de profiter de ce voyage mais lorsqu’il arrive au Club Princess, il apprend qu’il va devoir partager la suite nuptiale et pas avec n’importe qui. C’est Jean-Paul qui va partager son lit et inutile de vous dire que cette cohabitation va réserver son lot de surprises.

    01.jpg

    Nos potes Fabien Onteniente et Franck Dubosc se retrouvent de nouveau au bord de la plage pour ce Camping 4 … ah au temps pour moi, on me dit que le titre est All inclusive ! C’est donc un univers très familier qui se dévoile à nous et pour nous mettre encore plus à l’aise, l’ombre des Bronzés plane au-dessus de cette comédie. Mieux que ça, Josiane Balasko & Thierry Lhermitte viennent en quelque sorte passer le relais ou est-ce plutôt pour constater les dégâts ? Hormis un cadre idyllique et cet hommage appuyé à la troupe du Splendid, il n’y a pas grand chose qui ressorte de ce film surtout au niveau de l’humour. Il fallait s’en douter ; quand ces forfaits “Tout inclus”, la qualité n'est pas toujours au rendez-vous.


    Il faut le voir pour : Prévoir une parka pour vos prochaines vacances à la mer !

  • Continuer

    Stars 3.jpg

    Aff.jpg

    Notre pote Samuel (Kacey Mottet-Klein) et sa mère Sibylle (Virginie Efira) sont venus en Kirghizistan pour faire un break. Tous deux traversent une période difficile, le jeune homme a encore au travers de la gorge le fait que la maison de son grand-père ait été vendu pour effacer ses dettes. Sybille pensait que cette traversée du pays à dos de cheval allait apaiser les tensions mais tout semble indiquer le contraire. Son fils se montre désagréable avec les rares personnes qu’ils croisent et surtout ne cache pas la colère qu’il ressent envers sa mère. Tous deux vont toutefois devoir mettre un peu d’eau dans leur vin car le voyage qu’ils effectuent n’est pas sans risques.

    01.jpg

    Continuer c’est un road-trip comme vous en avez rarement vu ! En compagnie des excellents Virginie Efira et de Kacey Mottet-Klein, on découvre parfois avec émerveillement les plaines quasi désertes du Kirghizistan. Evidemment, le film de Joachim Lafosse n’est pas là pour se la jouer Rendez-vous en terre inconnue mais plutôt pour réconcilier ses personnages principaux. On ne va pas se mentir, l’histoire ne vous fera pas bondir de votre siège puisqu’il ne s’y passe pas grand chose. Il faut compter sur le talent des comédiens qui est ici mis en avant pour faire vivre cette adaptation du roman de Laurent Mauvignier. En fait, l'idéal aurait était de pouvoir monter à cheval pour suivre Sybille & Samuel ...

     

    Il faut le voir pour : Faire attention à votre Ipod quand vous vous promenez à cheval !

  • Comme un seul homme

    Stars2.5.jpg

    Aff.jpg

    Eric Bellion s’est lancé dans un défi qui marquera à jamais sa vie. Alors qu’il n’a jamais passé plus de 10 jours seul sur son bateau, il participe à la très réputée Vendée Globe. Cette course en solitaire donne l’occasion unique de faire le tour du monde mais elle est aussi extrêmement exigeante. Passé l’excitation du départ, notre pote Eric ressent vite le contre-coup quand surgissent les premières difficultés. Que ce soit les problèmes matériels ou tout simplement la solitude pesante, le moral de notre skipper joue aux montagnes russes. Ce n’est pourtant que le début d’une course qui s’étalera sur près de 3 mois et malgré toutes les épreuves traversées, il trouvera le moyen de toujours rester debout, Comme un seul homme !

    01.jpg

    Prestigieuse course en mer, on ne peut que rendre hommage à tous les participants du Vendée Globe. Ce documentaire nous permet ainsi d’accompagner Eric Bellion lors de sa participation entre 2016 et 2017. Avec une caméra braquée sur lui, on peut toutefois s’interroger sur l'authenticité de certaines réactions. On pense notamment à ce moment où il se remotive. Il est amusant de le voir déclamer combien l’environnement alentour est magnifique alors que la seule image qu’on ait est celle de son visage... Ça n’en reste pas moins une formidable aventure surtout quand on connaît le contexte de sa participation (la course se fait aussi pour promouvoir son association Comme un seul homme) et on aurait apprécié d’en apprendre un peu plus sur ce sujet ou sur la navigation en mer.

     

    Il faut le voir pour : Tenter le Vendée Globe si vous avez besoin d’un peu de solitude !