Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

pio marmai

  • Nos futurs

    star 03.jpg

    AFF1.jpg

    Alors qu'une journée de travail se termine pour Yann (Pierre Rochefort), à son retour à la maison il découvre sur sa télé quelques photos faisant ressurgir de nombreux souvenirs. Tout ceci a en fait était mis en scène par sa femme Estelle (Mélanie Bernier) qui lui a fait la surprise d'organiser une fête pour son anniversaire. C'est un geste qui a beaucoup touché Yann et il est encore bouleversé d'avoir revu le visage de son pote d'enfance Thomas (Pio Marmai) et dès le lendemain il tente de le recontacter. Coup de chance, celui-ci a conservé le même numéro de téléphone et les retrouvailles s'organisent très vite. Thomas reste fidèle à lui-même avec sa petite chambre de bonne, sa mobylette ou encore son boulot chez Burger Forever !

    02.jpg

    Un petit bain dans le passé ne fait jamais de mal et paradoxalement à son titre, Nos futurs respire la nostalgie à plein nez. On suit ainsi nos potes d'enfance Pierre Rochefort & Pio Marmai dans leur entreprise improbable de reconstituer une boum qui aura marqué un tournant dans leurs vies. Si on se plonge avec un certain plaisir dans le partage des souvenirs de ce duo bien complémentaire, le film de Rémi Bezançon ne montre pas beaucoup de subtilités. Difficile en effet de ne pas deviner la conclusion de l'histoire et l'émotion qu'elle est censé apporter s'envole un peu ; ça nous laisse tout de même un film plaisant.

     

    Il faut le voir pour : Vous faire une raison ; si vous terminez vos soirées à 0H30, vous êtes vieux !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Toute première fois

    star 02.5.jpg

    AFF.jpg

    Il est en couple depuis 10 ans et la nuit dernière il a fait une grosse erreur. Jérémie (Pio Marmai) se réveille en effet dans le lit d’Adna (Adrianna Gradziel) et comprend que sa vie ne sera plus jamais la même d’autant que c’était sa toute première fois … avec une femme ! En effet, Jérémie vit avec Antoine (Lannick Gautry) et tout se passait bien, mieux que ça ils ont même décidé de se marier. C’est une grande nouvelle pour eux mais Jérémie se retrouve désormais assailli de doutes car il n’arrive pas à oublier Adna. Son pote d’enfance Charles (Franck Gastambide) lui conseille alors de la revoir pour mettre les choses au clair mais ça devient encore plus difficile pour le jeune homme.

    01.jpg

    Un coming-out à l’envers ; tel est le point de départ de cette comédie réalisée par le duo Noémie Saglio & Maxime Govare qui s’amuse avec certains clichés. On passe plutôt un bon moment en compagnie de la bande d’acteurs composée de Pio Marmai, Franck Gastambide, le couple sympathique Isabelle Candelier / Frédéric Pierrot sans oublier la très charmante Adrianna Gradziel et ses yeux dévastateurs. Si on reste suspendu à l’indécision du personnage de Jérémie, le reste est assez convenu notamment en ce qui concerne ce pote d’enfance qui finit par trouver l’amour. On ne n’ennuie pas devant Toute première fois mais en même temps il ne laissera pas un grand souvenir.

     

    Il faut le voir pour : Vérifier que le peintre n’est pas devant vous avant de critiquer ses œuvres !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Des lendemains qui chantent

    star 02.5.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Le 10 Mai 1981, la vie de Léon (Pio Marmaï) a changé. Certes, François Mitterrand vient d’être élu Président de la république ce qui laisse augurer des lendemains qui chantent mais surtout il a rencontré la belle Noémie (Lætitia Casta) ! Une relation qui ne durera que 3 jours puisque la jeune femme quitte Saint-Étienne pour construire sa carrière à Paris. Il faudra attendre 3 ans pour que Léon suive le même chemin lorsqu’il se voit proposer un poste chez Libération. Il y rejoint son frère Olivier (Gaspard Proust) qui travaille dans la communication mais aussi son pote d’enfance Sylvain (Ramzy Bedia) qui a fait fortune grâce à une invention qui va changer la vie de nombreux français : le minitel rose !

    01.jpg

    Dans le principe, ce film signé Nicolas Castro rappelle un peu Le nom des gens à savoir une comédie évoquant la classe politique et en l’occurrence ici la Gauche socialiste. Au-delà des évolutions politiques, Des lendemains qui chantent nous permet surtout de suivre une bande de potes d’enfance sur 20 ans. Des parcours croisés où se mêlent amour, désillusions, succès et au cœur desquels on se sent un peu comme des étrangers. Il faut bien avouer que ces personnages nous laissent totalement indifférents et que surtout l’humour semble être aux abonnés absents. C'est plus l'ennui et le désenchantement qui prédominent ici.

     

    Il faut le voir pour : Découvrir pourquoi vous aviez des factures astronomiques de minitel à l'époque !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Des lendemains qui chantent

    Après l'élection de François Mitterrand en 1981, nos potes Pio Marmai, Laetitia Casta, Ramzy Bedia & Gaspard Proust s'attendent à vivre Des lendemains qui chantent. On suivra ainsi chacun de ces personnages et leur évolution entre les années 1980 & 90.

    Date de sortie : 20 Août 2014.


    Lien permanent Catégories : La B.A. du jour 0 commentaire
  • Maestro

    star 03.5.jpg

    aff.jpg

    Pas facile d’être comédien ; Henri (Pio Marmai) peut en témoigner lui qui a souvent du mal à joindre les deux bouts avec son colocataire Nico (Nicolas Bridet). Sa carrière est peut-être à un tournant puisque sa pote d’enfance Pauline (Alice Belaïdi) elle aussi actrice, lui a obtenu un rendez-vous avec le grand réalisateur qu’est Cédric Rovère (Michael Lonsdale). Entre ces deux personnes, ce sont deux univers totalement différents qui se rencontrent et pourtant un lien particulier va se tisser entre eux. C’est ainsi qu’Henri est engagé et se retrouve sur le tournage d’un film inspiré de L’astrée. Au début, il n’avait que 23 répliques (ce qui était déjà génial pour lui) et puis il va obtenir un rôle bien plus important.

    01.jpg

    Voilà un petit film qui fait dans la discrétion mais qui mérite amplement qu’on lui accorde un peu d’attention. L’histoire de Maestro s’inspire en fait de la rencontre entre le comédien Jocelyn Quivrin (qui évoqua l’idée de ce film à Léa Fazer) et du réalisateur Cédric Rohmer constituant ainsi un bel hommage en leur mémoire. On est tout aussi séduit par une distribution rayonnante avec en tête le duo très complice Pio Marmai / Nicolas Bridet et entouré des non moins charmantes Alice Belaïdi & Déborah François. Par sa simplicité, son humour et cette relation touchante qui s’établit entre Henri & Cédric ; cette comédie est vraiment une agréable surprise qui obtient assez logiquement un joli Coup de cœur Ciné2909 !

     

    Il faut le voir pour : Vérifier les chaises avant de vous asseoir, elles ont peut-être servi pour un ping-pong !

    Lien permanent Catégories : Les coups de coeur, Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • La ritournelle

    star 03.jpg

    aff.jpg

    Et encore une nouvelle victoire pour notre pote Xavier (Jean-Pierre Darroussin), cet agriculteur sait prendre soin de ses vaches qui le lui rendent bien. De son coté, sa femme Brigitte (Isabelle Huppert) est préoccupée par les plaques rouges apparaissant sur sa poitrine ce qui va la pousser à prendre rendez-vous chez un dermatologue. Elle quitte ainsi sa Normandie pour 2 jours mais en arrivant dans la capitale, elle cherche d’abord à revoir Stan (Pio Marmaï), un jeune homme qu’elle a rencontré quelques jours auparavant lors d’une soirée donnée chez ses voisins. La petite bergère semble avoir envie d’aventures et Xavier va l’apprendre bien malgré lui.

    01.jpg

    Si notre pote Marc Fitoussi s’est lancé dans une comédie romantique avec La ritournelle, il le fait de façon plutôt décalé puisque les héros sont ici un couple d’agriculteurs. De là on assiste au besoin de fraicheur d’une délicieuse Isabelle Huppert, un sentiment de liberté qui ne pouvait pas mieux prendre forme que par un voyage dans la ville lumière. Derrière cette légèreté apparente, l’histoire prend une tournure différente avec une révélation sur le couple Brigitte / Xavier traitée avec une grande pudeur. Il ne faut pas se mentir ce n’est pas le film qui va forcément attirer les spectateurs mais une fois qu’on est devant le charme agit malgré de toutes petites longueurs.

     

    Il faut le voir pour : Apprendre à différencier le Rumsteack du Tournedos mais pas la peine d’en faire un esclandre !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Dans la cour

    star 02.5.jpg

    aff.jpg

    Ce n’est pas la grande joie actuellement pour notre pote Antoine (Gustave Kervern) qui a décidé de faire un break et se contente actuellement d’enchainer les petits boulots. Le voilà maintenant candidat pour décrocher un poste de gardien dans un immeuble parisien et malgré son manque d’expérience évident et son allure débonnaire, il a été pris ! Ce sont Mathilde (Catherine Deneuve) et son mari Serge (Féodor Atkine) qui ont décidé de le mettre à l’essai et Antoine ne manquera pas de travail. Entre M. Maillard (Nicolas Bouchaud) qui a toujours quelque chose à redire, l’endormi Stéphane (Pio Marmai) ou encore Mathilde totalement obsédé par les fissures de son appartement, il y a de l’animation !

    01.jpg

    On est plutôt habitué à le voir dans des seconds rôles et c’est donc assez surprenant de découvrir Gustave Kervern en haut de l’affiche et de surcroit avec Catherine Deneuve s’il vous plait ! Derrière ses atours de comédie, Dans la cour est en fait le portrait tendre et drôle d’un homme tombé dans une profonde dépression et qui va retrouver un semblant de vie au contact des habitants de cet immeuble. Si il y a bien quelques moments savoureux comme la visite de Mathilde, la reine des endives au jambon, dans son ancienne maison ; il y a aussi des personnages secondaires trop caricaturaux. Pierre Salvadori ne réussit pas à nous conquérir et n’est pas loin de nous plomber le moral.

     

    Il faut le voir pour : Surveiller les fissures sur vos murs !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Alyah

    star 03.jpg

    3502058702.90.jpg

    Notre pote Alex (Pio Marmaï) veut plus que tout changer de vie ; il en a plus qu’assez de dealer et de voir son frère Isaac (Cédric Kahn) lui taxer de l’argent. S’il n’a jusqu’à présent pas vraiment réfléchi à sa reconversion, il se montre intéressé par le projet de son cousin Nathan (David Geselson) d’ouvrir un restaurant à Tel-Aviv. Décidé à l’accompagner en Israël, Alex ne ménage pas ses efforts en prenant des cours d’hébreu mais surtout en commençant à vendre de l’héroïne. En effet, s’il veut participer au projet, il doit rapidement réunir 15 000 euros et il se voit donc obliger de prendre plus de risques. Au même moment, il fait la connaissance de Jeanne (Adèle Haenel) avec qui il entame une relation mais cela pourrait-il remettre en cause son départ ?

    01.jpg

    L’Alyah désigne dans la communauté juive le fait de se rendre en Terre sainte, c’est par cet acte que notre pote Pio Marmaï espère remettre les compteurs à zéro et se reconstruire une nouvelle vie en Israël mais il y a bien sur quelques obstacles qui vont se dresser sur son chemin. Pourvu d’une histoire banale qui reprend le thème du nouveau départ, le premier film d’Elie Wajeman peut néanmoins compter sur une brochette de jeunes talents. Adèle Haenel & Guillaume Gouix viennent en effet compléter le casting sans oublier les débuts d’acteur du réalisateur Cédric Khan et tout ce beau monde donne une belle énergie à ce film.

     

    Il faut le voir pour : Ne plus prêter d’argent à votre frère !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • La délicatesse

    aff.jpg

    Ils formaient un beau couple et avaient vraiment tout pour être heureux hélas Nathalie (Audrey Tautou) a vu son bonheur s’échapper lorsque son mari François (Pio Marmaï) est mort brutalement au cours d’un accident. Cela fait désormais 3 ans que ce drame a eu lieu et la jeune femme s’est depuis réfugié dans le travail pour surmonter cette terrible épreuve. Cette obstination lui a d’ailleurs permis d’obtenir une belle promotion lui permettant désormais de disposer de son propre groupe de travail parmi lequel se trouve Markus (François Damiens). Cet homme à l’allure banal va entrer de manière surprenante dans la vie de Nathalie et très vite cette relation va susciter de nombreuses réactions dans leur entourage.

    01.jpg

    David Foenkinos signe avec l’aide de son frère Stéphane l’adaptation de son propre roman, La délicatesse réunit donc un couple plutôt improbable personnifié à merveille par Audrey Tautou & François Damiens. C’est tout d’abord avec une grande tristesse qu’on découvre le désastreux destin de Nathalie plongée dans une détresse qui poussera certains d’entre vous à sortir les mouchoirs. Par la suite, les larmes laissent progressivement place aux rires ; on est attendri par la bonhomie du personnage de Markus et il y a une certaine mélancolie qui accompagne la naissance de ce nouveau couple. Par son histoire à la fois simple et donc tellement humaine, c’est un film qui nous touche et qui en séduira plus d’un !

     

    Il faut le voir pour : Aller voir votre patronne pour s’occuper du 114 !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Un heureux évènement

    aff.jpg

    C’est en louant des films que notre pote Barbara (Louise Bourgouin) a rencontré Nicolas (Pio Marmaï) et le coup de foudre fut immédiat. Devenus totalement inséparables, le couple filait le parfait bonheur et un jour ils se sont sentis prêts à former une famille. Vint alors le moment où Barbara pouvait annoncer qu’elle attendait un enfant ; 9 mois de bonheur mais quand même 9 mois sans clopes, alcool, charcuterie ou fromages ! Déjà que la grossesse va être difficile à supporter, il ne faudrait pas non plus qu’elle ait sa mère Claire (Josiane Balasko) sur le dos mais celle-ci va vite découvrir son secret à son grand regret. Et puis quand leur enfant voit le jour, Barbara & Nicolas se rendent compte qu’on ne s’improvise pas parents et que leur relation va être soumise à de nombreuses tensions.

    01.jpg

    Ce qui est sur c’est que tout le monde ne va pas se sentir concerné par le dernier film de Rémi Bezançon puisqu’il s’attarde sur un moment magique de la vie d’une femme ; la grossesse et la naissance d’un enfant. De ce postulat de départ, le réalisateur aurait pu se contenter de dresser une gentille comédie tout ce qu’il y a de plus simple mais il choisit au contraire de traiter le sujet avec une extrême authenticité. Du bonheur d’être enceinte au fameux baby blues, il n’y a qu’un pas et c’est Louise Bourgoin, qui a largement gagné ses galons de comédienne, qui en fait l’amère expérience formant avec Pio Marmaï un couple parfait. Certaines mères se reconnaitront dans ce portrait, pour les autres c’est l’occasion de découvrir tout autrement ce que l’on considérait alors comme Un heureux évènement.

     

    Il faut le voir pour : Arrêter les sites de rencontres et aller louer un film !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire