Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Cowboys et envahisseurs

    aff1.jpg

    Il s’est réveillé en plein désert mais surtout sans aucuns souvenirs que ce soit sur ce qui lui est arrivé ou bien même sur son identité. Gravement blessé, il porte également un drôle de bracelet dont il n’arrive pas à se débarrasser ; il se rend alors en ville à Absolution où il se fait vite remarquer notamment auprès de Percy (Paul Dano). On ne tarde pas à découvrir son nom puisque le sheriff Taggart (Keith Carradine) va avoir la surprise de constater que ce fameux Jake Lonergan (Daniel Craig) est recherché pour de nombreux délits dont le meurtre d’une femme. Jeté en prison, il s’apprêtait à être envoyé à Santa Fe lorsque soudain des lumières apparaissent dans la nuit, des engins volants viennent semer le chaos.

    01.jpg

    Par son scénario aussi improbable qu’efficace - des aliens débarquent en plein Far-West - Cowboys et envahisseurs avait d’ores et déjà conquis certains spectateurs. Quand en plus on ajoute Daniel Craig & Harrison Ford au casting, on se dit alors que le réalisateur des 2 adaptations d’Iron man a entre les mains une petite pépite d’or. Si Favreau réussit aisément à remplir sa mission de nous divertir, on pourra jouer les blasés en regrettant que les scènes d’action manquent de vigueur rendant au final le film assez plat. Un manque de rythme auquel vient s’ajouter des personnages très lisses, bref le potentiel entrevu ne tient pas toutes ses promesses et c’est bien dommage !

     

    Il faut le voir pour : Découvrir l’ancêtre d’Iron man au Far-West

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Les temps modernes

    aff1.jpg

    Une nouvelle journée de travail commence à l’usine Electro Steel Corp et tous les ouvriers se pressent pour pointer et rejoindre leurs postes de travail. Parmi eux, se trouve notre pote Charlot (Charlie Chaplin) chargé d’une mission délicate : serrer les boulons à un rythme effréné ! Il faut dire que le Président (Al Ernest Garcia) n’hésite pas à augmenter la cadence lorsqu’il considère que cela traine un peu. Une intensité qui va finir par rendre notre pote ouvrier complètement fou si bien qu’il va terminer sa journée à l’hôpital. A peine remis de ses émotions, il va ensuite se retrouver involontairement à la tête d’une manifestation avant d’être arrêté par la police. Après son petit séjour en prison, il est relâché et va alors rencontrer une gamine (Paulette Goddard) qui trainait dans la rue dont il va tomber amoureux.

     01.jpg   02.jpg   03.jpg

    Un classique du cinéma ! Les temps modernes est par ailleurs souvent cité en référence dans les cours d’économie puisqu’il épinglait avec une grande dérision le principe de la division du travail et ses effets aliénants. Outre cette célèbre scène de la chaine d’assemblage, c’est également une photographie de la société de l’époque où les machines se substituaient au travail humain et lançait les premières heures de la productivité de masse. Chaplin surprend en réalisant un film quasi-muet alors qu’à l’époque le cinéma parlant était alors devenu monnaie courante. Il est à noter que ce film marque également la dernière apparition du personnage de Charlot et paradoxalement c’est la première fois qu’on entend sa voix lorsqu’il entonne la célèbre chanson de Léo Darniderff, Je cherche après Titine.

     

    La scène à ne pas louper : La machine à déjeuner !

    Lien permanent Catégories : Pour l'éternité 0 commentaire
  • Un jour

    cinéma, film, comédie romantique, drame, Un jour, Anne Hathaway, Jim Sturgess, Patricia Clarkson, Rafe Spall, Ken Stott, Romola Garai, Jodie Whittaker, Amanda Fairbank-Hynes, Georgia King, Jamie Sives, Lone Scherfig

    15 Juillet 1988. Emma & Dexter (Anna Hathaway & Jim Sturgess) viennent d’obtenir leurs diplômes et tous deux avaient terminé la soirée chez la jeune femme. Ce jour marquera le début d’une longue relation mais pas celle que l’on pense, ils décident en effet de rester potes d’enfance. Les années défilent, tandis qu’Emma a emménagé à Londres où elle éprouve les pires difficultés pour écrire son recueil de poèmes, Dexter lui est devenu animateur à la télévision et mène la belle vie parfois avec excès. Que ce soit dans la joie ou dans la tristesse, ils ont toujours répondu présent l’un pour l’autre mais avec le temps les priorités et les gens changent.

    cinéma, film, comédie romantique, drame, Un jour, Anne Hathaway, Jim Sturgess, Patricia Clarkson, Rafe Spall, Ken Stott, Romola Garai, Jodie Whittaker, Amanda Fairbank-Hynes, Georgia King, Jamie Sives, Lone Scherfig

    Laissez votre petite-amie choisir la séance de cinéma et vous aurez 90% de chances qu’elle vous traine devant Un jour ! La seule petite originalité de cette énième comédie romantique est de nous faire traverser le temps en prenant comme point d’encrage ce 15 Juillet, jour de la Saint-Swithin. Au rendez-vous, on retrouve la belle Anne Hathaway et pour jouer l’apollon de service, c’est Jim Sturgess qui s’y colle ; un couple auquel on s’attache assez facilement. Pour autant, le film de Lone Scherfig ne propose vraiment rien de nouveau et se révèle même d’une prévisibilité déconcertante ce qui n’empêchera pas certains de laisser couler quelques larmes.

     

    Il faut le voir pour : Surveiller le pote d’enfance de votre copine !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Les winners

    aff1.jpg

    Mike Flaherty (Paul Giamatti) est avocat mais c’est surtout un homme très occupé puisqu’en dehors de son travail, il est aussi l’entraineur d’une équipe de lutte. Malheureusement pour lui, les résultats ne sont pas vraiment ceux qu’il escomptait mais cela pourrait vite changer. L’avocat a quelques problèmes d’argent aussi s’est-il proposé de devenir dans le plus grand des secrets le tuteur d’un de ses clients Leo Poplar (Burt Young) et empocher ainsi les 1500 dollars confiés pour cette mission. Un jour, le petit fils de Leo débarque ; il s’appelle Kyle (Alex Shaffer) et a décidé de fuir sa mère mais il s’avère être également un prodige de la lutte. Mike décide alors de l’inscrire au lycée de la ville et de l’intégrer à son équipe et pas de doute, il tient là un génie mais un évènement va tout remettre en cause.

    01.jpg

    S’il s’était avant tout fait remarquer pour la performance de Richard Jenkins The visitor, le précédent film de Thomas McCarthy avait permis à l’artiste de se faire un peu plus connaitre en tant que réalisateur. Il signe ici son 3ème film ; une comédie dramatique avec en toile de fonds le sport de la lutte plutôt méconnu de par chez nous et ne serait-ce que pour ce simple point de détail, Les winners risque de laisser de coté quelques spectateurs. Tout comme son précédent film, il n’offre pas une simple comédie mais donne également l’occasion d’une réflexion à travers les épreuves vécues par le personnage de Mike. Si coté interprétation il n’y a franchement rien à reprocher, on ne peut pas en dire autant d’un scénario qui tourne un peu en rond et finit par nous lasser.

     

    Il faut le voir pour : Retrouver Dark Vador !

    Lien permanent Catégories : L'avant-première impression, Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Tu seras mon fils

    aff1.jpg

    Les vendanges approchent à grands pas et Paul De Marseul (Niels Arestrup) vient d’apprendre une terrible nouvelle : son régisseur et pote d’enfance François (Patrick Chesnais) est atteint d’un cancer ! Bien entendu, l’état de santé de son ami occupe ses pensées mais il est également inquiet pour l’avenir de son domaine viticole malgré la présence à ses cotés de Martin (Lorànt Deutsch). Il faut dire que les relations entre le père et le fils sont particulièrement difficiles et Paul n’imagine pas une seule seconde que celui-ci soit capable de prendre en charge les vendanges. Il entre alors en contact avec Philippe (Nicolas Bridet), fils de François actuellement en Californie pour l’informer de la maladie de son père. Lorsque celui-ci fait son retour au domaine, l’idée de faire de lui le prochain régisseur fait progressivement son chemin.

    01.jpg

    Que celles et ceux qui apprécient le cinéma et le bon vin se lèvent car voici le film indispensable du moment pour eux. Tu seras mon fils, c’est la confrontation entre un père et son fils unis en apparence mais tellement étrangers l’un pour l’autre à la suite un drame qui aura bouleversé leurs vies. A l’image d’un bon vin, plus le temps s’écoule et plus l’immense Niels Arestrup devient irrésistible et c’est l’occasion de découvrir Lorànt Deutsch dans un registre bien différent lui qu’on a plutôt l’habitude de voir dans des comédies. Le film de Gilles Legrand évoque également l’univers des vignobles où se perpétue savoir-faire ancestrale et traditions familiales, une plongée véritablement passionnante. Un excellent cru à déguster sans modération !

     

    Il faut le voir pour : Eviter les vins de l’année 1963, ils ont un gout particulier.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Dante’s inferno

    aff1.jpg

    De retour de sa longue croisade; Dante découvre une véritable scène d’horreur. Sa bien-aimée git dans une mare de sang et à peine a-t-il eu le temps de la pleurer que l’infâme Lucifer apparait sous ses yeux pour s’emparer de l’âme si pure de Béatrice. Notre pote n’a alors d’autres choix que de se rendre dans les entrailles de l’enfer pour sauver la femme qu’il aime. Pour le guider à travers les 9 cercles de Lucifer, il pourra compter sur le soutien de Virgil mais ce voyage dans les ténèbres va également révéler au grand jour tous les péchés qu’a commis Dante au cours de sa longue existence.

    01.jpg

    Développé par les studios d’Electronic Arts, Dante’s inferno est à l’origine un jeu vidéo sorti sur les consoles nouvelles générations de Sony & Microsoft. Cette adaptation en film d’animation est donc l’occasion de satisfaire les fans de la première heure et si le scénario est unique, ce sont 6 studios qui se sont chargés de la réalisation ce qui rend l’ensemble moins monotone. A l’image du jeu, c’est un film réservé aux jeunes adultes en raison de son contenu très violent (corps déchiquetés, têtes qui volent …) qui saura vous séduire si vous avez adoré le jeu.

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2011-2012 0 commentaire
  • La piel que habito

    aff1.jpg

    Robert Ledgard (Antonio Banderas) est un chirurgien réputé qui s’est lancé dans des recherches sur la création d’une peau artificielle par une stratégie de transgénèse. C’est un projet qui lui tient particulièrement à cœur car plusieurs années auparavant sa femme a été retrouvée avec le corps entièrement brulée avant qu’elle ne se donne la mort. En mettant au point ce remède miracle, cela permettrait de redonner un visage humain à toutes les victimes défigurées mais ses études dérangent les comités d’éthique et il doit tout stopper. Du moins c’est ce qu’il fait croire car dans sa villa, il a approfondi ses expériences avec un cobaye humain ; elle s’appelle Vera (Elena Anaya) et vit cloitrée dans cette résidence depuis 6 ans.

    01.jpg

    C’est sur que le dernier film de Pedro Almodóvar va faire parler et en dérangera plus d’un car l’histoire est pour le moins tortueuse ! Le réalisateur espagnol revisite l’histoire de Frankenstein adaptée aux temps modernes où la chirurgie réparatrice fait des miracles. Ce qui est le plus frappant dans La piel que habito c’est surtout l’impact psychologique apportée par ses personnages et notamment la fascination de Robert pour sa recherche d’un bonheur perdu. Sur le même plan, on a par contre plus de mal à se rendre compte de la transformation de Vera qui aurait peut-être mérité un développement approfondi. A n’en pas douter, voici donc le thriller à ne surtout pas manquer et sachez que moins vous en saurez sur le scénario et mieux vous pourrez apprécier ce beau moment de cinéma.

     

    Il faut le voir pour : Arrêter de vous sentir mal dans votre peau.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Impardonnables

    aff1.jpg

    En s’installant dans la région de Venise, notre pote Francis (André Dussollier) cherchait un endroit calme pour l’écriture de son prochain livre. C’est Judith (Carole Bouquet) qui lui déniche une petite maison isolée et cette belle femme ne laisse pas notre écrivain indifférent si bien qu’un an et demi plus tard, on les retrouve vivant sous le même toit. Ils reçoivent la visite d’Alice (Mélanie Thierry), la fille de Francis ainsi que sa petite fille Vicky (Zoé Duthion) mais leur séjour va prendre une tournure assez dramatique. Sans raison apparente, Alice quitte la maison sans donner aucunes nouvelles ; Judith elle pense la retrouver chez Alvise (Andrea Pergolesi), fils d’aristocrates en perdition et qui se livre à de menus trafics. A la surprise générale, elle ne s’y trouve pas et Francis est de plus en plus inquiet et va voir apparaitre d’autres préoccupations.

    01.jpg

    Impardonnables se présente comme un thriller prenant son point de départ avec la disparition mystérieuse d’Alice et qui va ensuite s’ouvrir vers d’autres intrigues mettant notamment en valeur le personnage de Judith. Pour les spectateurs qui ne connaissent pas le roman de Philippe Djian dont ce film est l’adaptation, il pourrait y avoir une certaine déception dans le dénouement de l’histoire dont on pouvait attendre un peu plus de surprise. Reste que le dernier Téchiné possède d’autres atouts afin de nous séduire avec tout d’abord le duo Bouquet / Dussolier vraiment impeccable mais aussi à travers cette peinture de la ville de Venise dans lequel nous sommes littéralement absorbés. Un film que l’on découvrira davantage pour ces interprètes que pour son scénario qui tombe un peu à plat.

     

    Il faut le voir pour : Faire le coup de la panne à Venise, ça a quand même plus de classe !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Zookeeper

    aff1.jpg

    Griffin Keyes (Kevin James) est un gardien de zoo exemplaire, il est aux petits soins avec chacun de ses pensionnaires et tous les animaux l’adorent. Même si notre pote adore son boulot, certains trouvent qu’il manque d’ambition et c’est d’ailleurs pour cette raison que Stéphanie (Leslie Bibb) a refusé sa demande en mariage il y a 5 ans déjà. Il a eu bien du mal à s’en remettre et il se trouve qu’elle va ressurgir dans sa vie et Griffin retombe immédiatement sous le charme, il n’a maintenant qu’une seule ambition : la séduire de nouveau. Comment va-t-il pouvoir s’y prendre lui qui manque cruellement de confiance ? Il va recevoir les conseils avisés … des animaux du zoo ! A sa grande surprise, ils découvrent en effet que ceux-ci sont capables de parler comme n’importe quel être humain et ça va changer sa vie.

    01.jpg

    Si vous avez adoré Dr. Dolittle et en règle général tous ces films où les animaux sont dotés de la parole, alors c’est sur que vous passerez du bon temps avec Zookeeper. Comme à l’accoutumée dans ce genre si particulier, l’humour ne vole pas bien haut accompagnant une histoire autant naïve que prévisible mais les enfants devraient y trouver facilement leurs comptes. Pour les autres spectateurs, on ne se laisse pas du tout séduire par un Kevin James assez mou ce qui rend le film un peu (voire trop) pénible par moment. Les seconds rôles ne se font pas plus remarquer et on se demande même ce que vient faire Ken Jeong et la présence de la belle Rosario Dawson ne suffit pas à relever le niveau d’une comédie sans âme.

     

    Il faut le voir pour : Ne pas vous étonner de croiser un gorille en polo dans votre restaurant favori !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Captain America : First Avenger

    aff1.jpg

    1942. Hitler et l’armée nazie sème terreur et désolation en Europe et l’aide militaire américaine est la bienvenue. Steve Rogers (Chris Evans) veut rejoindre l’armée malheureusement pour lui sa frêle apparence et sa santé fragile jouent en sa défaveur néanmoins son abnégation impressionne. C’est d’ailleurs ce qui a persuadé le Dr. Abraham Erskine (Stanley Tucci) de le choisir pour expérimenter une formule capable de le transformer en un soldat aux capacités extraordinaires. Alors que Steve découvre avec stupéfaction son nouveau corps, le Dr. Erskine est tué par un espion allemand et disparait avec lui le secret de la formule. D’abord considéré comme un simple porte-parole, celui que l’on appelle Captain America va rapidement devenir un héros dans cette guerre et devra affronter l’armée du terrible Red Skull (Hugo Weaving).

    cinéma, film, action, adaptation, comics, captain america, first avenger, Chris Evans, Hayley Atwell, Sebastian Stan,

    C’était l’adaptation à ne pas louper d’une part parce que Captain America n’est pas qu’un simple super-héros, il est une icône dans l’univers du comic et d’autre part car ce film est la pierre angulaire du prochain blockbuster The avengers. Le risque était qu’on nous serve un film débordant de patriotisme, un hymne au héros américain mais on est vite rassuré ; pas question ici de faire de la surenchère. Contrairement à ses potes d’enfance Iron Man ou Thor, Cap trouve ses origines au cœur de la Seconde guerre mondiale et ça donne l’occasion de découvrir un film de super-héros dans un contexte bien différent. Il ne faut donc pas s’attendre à un film aussi spectaculaire que ceux de ses collègues vengeurs mais il n’en reste pas moins que Captain America : First Avenger est une belle réussite. Reste plus qu’à attendre la réunion des plus grands héros de la terre et ça va être long !

     

    Il faut le voir pour : Arrêter de faire de la musculation, on va bien finir par la trouver cette formule secrète !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire