Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

patrick chesnais

  • Le grand partage

    star 02.jpg

    AFF1 (2).jpg

    A situations exceptionnelles, mesures exceptionnelles. Une vague de grand froid s’abat sur la France et l’État a décidé d’agir avec un décret obligeant les propriétaires de grands logements à partager leur hébergement. Inutile de préciser que dans ce bel immeuble du 7ème arrondissement de Paris, la nouvelle fait jaser et notamment notre pote Pierre Dubreuil (Didier Bourdon). D’autres se réjouissent de pouvoir aider et d’avoir par la même occasion un peu de compagnie. Grégory Bretzel (Michel Vuillermoz) aimerait se montrer aussi généreux mais sa femme Béatrice (Valérie Bonneton) est beaucoup moins encline à ouvrir ses portes malgré ses idéologies politiques.

    01.jpg
    Le grand partage ça aurait pu être une sorte de Qu’est ce qu’on a fait au bon Dieu ? à savoir une comédie basée sur une avalanche de clichés. En la matière, le film d'Alexandra Leclère n’y va pas avec le dos de la cuillère ; de la sempiternelle opposition politique Droite / Gauche à la gardienne ouvertement raciste, on ne nous épargne rien. Si tout cela s’accompagnait de crises de rires, on aurait pu se montrer plus conciliant seulement ici c’est loin d’être le cas. Le personnage de Didier Bourdon devient vite irritant, on ne comprend pas trop ce que vient faire Patrick Chesnais dans ce fatras ; ce casting qui apparaissait comme un atout n’apporte finalement pas grand-chose à une comédie ratée.

     


    Il faut le voir pour : Voter au centre !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • La liste de mes envies

    star 02.jpg

    aff.jpg

    Jocelyne (Mathilde Seigner) vit à Arras où elle tient une boutique de mercerie qui connait un succès grandissant grâce au blog qu’elle vient de lancer. Elle a aussi la chance d’avoir en face d’elle deux véritables potes d’enfance avec Danielle & Danielle (Virginie Hocq & Frédérique Bel) et c’est d’ailleurs par leur intermédiaire que son destin va changer. Il y avait 1 chance sur 76 millions et c’est sur Jocelyne que c’est tombé ; elle vient en effet de remporter la cagnotte de 18 millions d’euros. Une fortune dont elle ne sait pas quoi faire car elle estime qu’elle a déjà tout pour être heureuse et surtout elle ne souhaite pas révéler cette incroyable nouvelle à son entourage et à commencer par son mari Jo (Marc Lavoine).

    01.jpg

    A première vue, on se disait que La liste de mes envies allait être une énième comédie autour d’un gagnant à la loterie avec sa petite morale de circonstance. C’est en partie vrai puisque le film de Didier Le Pêcheur introduit également un aspect dramatique à travers les difficultés qu’a subies notre pote Jocelyne. Cela aurait peut-être pu fonctionner avec une autre actrice car Mathilde Seigner se montre peu empathique voire ridicule lorsqu’il s’agit de nous émouvoir en tentant de verser des larmes. Heureusement que les présences des jumelles Hocq / Bel, de Cécile Rebboah sans oublier la psychologue Julie Ferrier viennent nous redonner un peu le sourire même si cela est fortement surjoué. Un film qui ne donne pas du tout envie, loin de là !

     

    Il faut le voir pour : Fouiller les chaussures de votre femme !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • 12 ans d’âge

    star 01.5.jpg

    aff.jpg

    Après 30 ans de bons et loyaux services dans cette banque, l’heure de la préretraite a sonné pour Charles (François Berléand). Après des adieux mémorables à ses anciens collègues, il peut enfin profiter du temps qu’il lui reste pour … ne rien faire ! Trainer avec son pote d’enfance Pierrot (Patrick Chesnais), déguster un verre de vin ou encore se détendre à la pêche ; voilà le programme de ses journées. Et puis un jour jaillit une idée folle dans son esprit ; Charles veut faire un braquage en compagnie de Pierrot et pas n’importe où puisqu’il veut rendre visite à son ancienne banque mais on ne s’improvise pas bandits du jour au lendemain.

    01.jpg

    Pour nos potes François Berléand & Patrick Chesnais, la retraite a tout d’une seconde jeunesse et quand il s’agit de faire des blagues potaches, ils ne sont jamais les derniers. Dans un premier temps, il est donc plutôt amusant de voir ces 2 inséparables potes d’enfance essayer de se faire un plan à trois ou encore provoquer une baston mais tout ça manque de rythme. Le scénario est poussif à l’image de cette idée de braquage qui tombe un peu du ciel et qui n’est qu’un prétexte pour encanailler nos 2 retraités. On a même l’impression de revoir Paulette quand ces messieurs s’essaient au deal ; non vraiment 12 ans d’âge est bien parti pour mal vieillir !

     

    Il faut le voir pour : Apprendre une bonne technique de pêche pour faire venir le poisson.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Les beaux jours

    star 03.jpg

    aff.jpg

    Caroline (Fanny Ardant) traverse une période difficile ; elle vient de perdre sa pote d’enfance et doit, depuis quelques mois, se faire à la vie de retraitée. Ses filles lui ont donc offert un bon de découverte  pour Les beaux jours, un centre où diverses activités sont proposées mais que Caroline considère comme une maison de retraite. Sa première impression est loin d’être positive mais en assistant au cours d’informatique, elle va faire la connaissance de Julien (Laurent Lafitte) dont le charme ne va pas tarder à opérer. Bien que cela paraisse totalement déraisonnable, cette femme veut vivre cette passion mais la différence d’âge et leurs situations respectives pourraient les amener à reconsidérer la question.

    01.jpg

    Découvrir la relation entre une dame d’un certain âge avec un homme plus vigoureux fait d’abord penser qu’on a une nouvelle cougar sous les yeux. Il serait vraiment réducteur et surtout faux de résumer le film de Marion Vernoux à ce terme péjoratif puisqu’il y est question avant tout d’amour entre Fanny Ardant & Laurent Lafitte. Rien à reprocher à ces deux là d’ailleurs, ils sont impeccables dans leurs rôles, la comédienne livrant une touchante prestation. Reste juste l’histoire plutôt sommaire qui ne va pas forcément emballer les foules et notamment le jeune public en dehors de ça, il fera assurément Les beaux jours des autres spectateurs.

     

    Il faut le voir pour : Vous poser des questions su votre grand-mère fait des progrès fulgurants en informatique !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Bienvenue parmi nous

    star 0.5.jpg

    aff.jpg

    Les journées passent et se ressemblent pour notre pote Paul Taillandier (Patrick Chesnais) ; il est totalement lassé par la vie et songe à mettre fin à ses jours. Sa femme Alice (Miou-Miou) et l’ensemble de sa famille sont pourtant à ses cotés pour essayer de le soutenir mais ce peintre décide soudainement de tout quitter. Roulant sans trop savoir quelle sera sa destination, il va alors croiser le chemin de Marylou (Jeanne Lambert), une adolescente chassée de son foyer par un beau-père violent et une mère qui feint l’indifférence. Taillandier décide alors de la prendre sous son aile pendant quelques jours, il loue une maison près de la mer où ils vont pouvoir tous deux se poser et apprendre à se connaitre l’un l’autre.

    01.jpg
    Si on imagine aisément notre cher Patrick Chesnais dans la peau de ce vieux grincheux dépressif, très vite on sent que le film ne sonne pas très juste. Un sentiment qui ne fait que se confirmer avec l’apparition de la jeune Jeanne Lambert qui à vouloir faire preuve de spontanéité joue trop souvent avec excès. Agaçant également cette galerie de personnages antipathiques composée du réceptionniste de l’hôtel, la femme de l’agence immobilière et le serveur à se demander si Becker n’a pas voulu réaliser une comédie. Bienvenue parmi nous ne lésine donc pas dans la caricature ajouté au jeu des comédiens qui est loin d’être au diapason, on aura surtout envie de faire rapidement ses adieux au film !

     

    Il faut le voir pour : Apprendre que les jeunes peuvent manger autre chose que des hamburgers !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • Tu seras mon fils

    aff1.jpg

    Les vendanges approchent à grands pas et Paul De Marseul (Niels Arestrup) vient d’apprendre une terrible nouvelle : son régisseur et pote d’enfance François (Patrick Chesnais) est atteint d’un cancer ! Bien entendu, l’état de santé de son ami occupe ses pensées mais il est également inquiet pour l’avenir de son domaine viticole malgré la présence à ses cotés de Martin (Lorànt Deutsch). Il faut dire que les relations entre le père et le fils sont particulièrement difficiles et Paul n’imagine pas une seule seconde que celui-ci soit capable de prendre en charge les vendanges. Il entre alors en contact avec Philippe (Nicolas Bridet), fils de François actuellement en Californie pour l’informer de la maladie de son père. Lorsque celui-ci fait son retour au domaine, l’idée de faire de lui le prochain régisseur fait progressivement son chemin.

    01.jpg

    Que celles et ceux qui apprécient le cinéma et le bon vin se lèvent car voici le film indispensable du moment pour eux. Tu seras mon fils, c’est la confrontation entre un père et son fils unis en apparence mais tellement étrangers l’un pour l’autre à la suite un drame qui aura bouleversé leurs vies. A l’image d’un bon vin, plus le temps s’écoule et plus l’immense Niels Arestrup devient irrésistible et c’est l’occasion de découvrir Lorànt Deutsch dans un registre bien différent lui qu’on a plutôt l’habitude de voir dans des comédies. Le film de Gilles Legrand évoque également l’univers des vignobles où se perpétue savoir-faire ancestrale et traditions familiales, une plongée véritablement passionnante. Un excellent cru à déguster sans modération !

     

    Il faut le voir pour : Eviter les vins de l’année 1963, ils ont un gout particulier.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • 600 kilos d’or pur

    aff.jpg

    Bien décidé à prendre une retraite anticipée, notre pote Virgil (Clovis Cornillac) a mis sur pied un plan afin de subtiliser 600 kilos d’or. Un projet de grande envergure qu’il a mis au point avec l’aide conjuguée de plusieurs potes d’enfance : Lionel, Georges, Enzo & Rémi (Jean-Pierre Martins, Patrick Chesnais, Claudio Santamaria & Bruno Solo). Alors qu’ils s’apprêtent à mettre leur plan à exécution, Lionel meurt lors d’une attaque et c’est sa femme Camille (Audrey Dana) qui va prendre la relève. Ils parviennent à s’emparer de l’or mais leur fuite est contrariée ; l’hélicoptère est touché et ils doivent atterrir d’urgence en plein cœur d’une jungle hostile.

    01.jpg

    On ne peut que se réjouir de voir débarquer 600 kilos d’or pur, qui nous propose une visite guidée de la jungle équatorienne, dans les salles obscures car les films d’aventures français ne courent pas les rues. Eric Besnard a effectué un bon boulot, bien dosé en termes d’action au cœur de cette végétation luxuriante et oppressante (la jungle devenant pour ainsi dire un personnage à part entière) le film est porté également par un beau casting. Clovis Cornillac, Audrey Dana, Patrick Chesnais ou encore Bruno Solo nous accompagne dans un périple divertissant. S’il est loin d’être dénué de défauts, il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’un genre peu exploité chez nous qu’il est toujours agréable de découvrir.

     

    Il faut le voir pour : Eviter de trainer dans la jungle, c’est pas très rassurant !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Quelque chose à te dire

    aff.jpg

    Comme le chantait si bien Maxime Le Forestier, on ne choisit pas sa famille car il y a fort à parier que si cela était possible, notre pote Alice (Mathilde Seignier) en changerait tout de suite. Avec son frère Antoine (Pascal Elbé), c’est le conflit permanent ; sa mère Mady (Charlotte Rampling) l’exaspère et il n’y a encore qu’avec son père et sa petite sœur que les choses semblent bien se dérouler. Sa vie est pour le moins chaotique ; elle se satisfait d’aventures sans lendemain et n’est pas à son premier avortement. Ses mauvaises fréquentations vont d’ailleurs la mener directement en prison où elle va croiser Jacques de Parentis (Olivier Marchal), une rencontre qui sera un tournant dans leur existence.

    01.jpg

    Si l’on excepte la rencontre entre Alice & Jacques beaucoup trop inconcevable pour être le fruit du simple hasard, Quelque chose à te dire doit beaucoup au casting très réussi. Pascal Elbé est attendrissant dans le rôle de ce frère orgueilleux mais tellement naïf, Charlotte Rampling a la langue bien pendue pendant que Patrick Chesnais manie avec virtuosité le narcissisme. Bref c’est un portrait de famille dressé au vitriol, une famille avec ses qualités et ses défauts à laquelle on s’attache vite. Le seul faux pas reste donc un scénario qui manque vraiment de crédibilité qui gâche l’ensemble du film.

     

    Il faut le voir pour : Se renseigner sur les origines de votre frère.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • Home sweet home

    aff.jpg

    Pour son anniversaire, on lui avait organisé une jolie fête mais Claire (Judith Godrèche) n’est revenue chez elle que le lendemain. En guise de surprise, elle n’a pas été déçue puisqu’elle a découvert son petit-ami Edwin (Nicolas Gob) au lit avec une autre femme. Ni une, ni deux, elle part se ressourcer dans la maison familiale auprès de son père Albert (Daniel Prévost) et de leur pote d’enfance Gédéon (Patrick Chesnais). Sa venue coïncide avec un fait divers qui chamboule tout le village, la mort suspecte d’un homme va déterrer un lourd secret familial concernant la jeune femme.

    01.jpg

    Nombreux sont les spectateurs qui seraient tentés de quitter la salle au bout de la première demi-heure tant on s’ennuie ferme ! Non pas que le reste de Home sweet home soit beaucoup mieux mais au moins il y a un peu plus d’animation et quelques scènes susceptibles de vous faire rire. Maigre lot de consolation avec le tête à tête entre Patrick Chesnais & Lorant Deutsch ou encore avec le personnage totalement caricatural du flic gaffeur. En dehors de ça, le manque de rythme et le peu d’humour rendent donc le film plus que quelconque.



    Il faut le voir pour : S’assurer que votre scooter volé n’as pas été volé/retrouvé par des flics

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2008 0 commentaire
  • Une chanson dans la tête

    90df4c9a9458d897b6cc1ca24b38e8d0.jpg

    Pour le prochain anniversaire de sa femme Randa (Julia Kassar) ; Jamil Harfouche (Pierre Chamassian), riche homme d’affaires du Liban a décidé de lui faire un grand plaisir. Pour cette occasion si particulière, il a réussi à convaincre Bruno Caprice (Patrick Chesnais), un chanteur français de venir se produire à Beyrouth. Pourtant, il est loin le temps où Bruno chantait car aujourd’hui il travaille comme réceptionniste dans un grand hôtel. C’est après une déception amoureuse qu’il décide d’accepter la proposition de M. Harfouche mais à son arrivée, il apprend que Randa a été kidnappée !

    bd3d7904f2a1be19eb91d56f39e5fa7f.jpg

    Pour son premier film, Hany Tamba signe là un film plutôt décalé mettant en vedette un ancien chanteur qui se retrouve embarqué dans une drôle d’histoire. Aussi démodé que soit le chanteur Bruno Caprice, sa seule et unique chanson a marqué les esprits et notamment les personnages de Randa & Nadine. Alors que de profonds souvenirs sont ravivés, Patrick Chesnais excelle dans son rôle et maintient le rythme dans un film qui s’égare parfois dans des chemins qu’on a du mal à comprendre. Ce qui est sur en tout cas c’est qu’à la sortie de la salle vous aurez forcément Une chanson dans la tête !

     

    Il faut le voir pour : Toujours garder une photo de sa voiture dans son portefeuille.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2008 0 commentaire