Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

naomi watts

  • Birdman

    star 03.5.jpg

    AFF.jpg

    Son avenir se joue dans les prochains jours, notre pote Riggan Thomson (Michael Keaton) a décidé d'adapter Raymond Carver à Broadway, Oui vous avez bien lu, l'interprète culte du célèbre super-héros Birdman monte sur les planches pour relancer sa carrière mais c'est loin d’être évident. Alors que la grande première se rapproche à grands pas, l'un de ses interprètes principaux se retrouve hors-course après avoir reçu un projecteur sur la tête, ce qui n'est pas forcément une grande perte. Il sera vite remplacé par Mike Shiner (Edward Norton), comédien talentueux et populaire mais aussi très imprévisible !

    01.jpg

    Non ce film au titre trompeur n'est pas là pour concurrencer les blockbusters de chez Marvel & DC, bien au contraire ! Déjà, on saluera le retour au premier plan de Michael Keaton, le Batman de la saga de Burton dans un rôle qui semble écrit pour lui. La réalisation du mexicain Alejandro González Iñárritu va elle aussi vous interpeller car Birdman est en fait constitué d'un plan séquence. Si on ne peut que saluer la performance des acteurs (avec un sacré casting) dans cet exercice particulier, pour le spectateur ça reste tout de même assez éprouvant lorsque cela s'étend sur 2H. Un film qui vous entraîne malgré tout irrémédiablement dans sa douce folie.

     

    Il faut le voir pour : Essayer d'aller voir autre chose que les films de super-héros au cinéma !

    Lien permanent Catégories : L'avant-première impression, Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Diana

    star 02.jpg

    aff.jpg

    1995. Diana Spencer (Naomi Watts) vit désormais séparé du Prince Charles et les tabloïds ne manquent pas une occasion d’évoquer un divorce qui ferait mauvais effet à la cour d’Angleterre. En se rendant à l’hôpital elle rencontre Hasnat Khan (Naveen Andrews), un brillant chirurgien dont elle va tomber amoureuse mais leur relation est-elle seulement possible ? Pourchassée continuellement par les paparazzis, tout ce qui concerne la vie privée de Diana est immédiatement déballé au grand public et Hasnat ne peut concevoir une vie aussi médiatisée. La Princesse de Galles rêve d’une autre vie à l’étranger et fera son possible pour le réaliser mais le 31 Aout 1997, le monde pleurera sa disparition tragique.

    01.jpg

    Jouissant d’une incroyable popularité, il était inévitable de voir un jour la vie de la Princesse Diana déballée sur le grand écran. Le film d’Oliver Hirschbiegel n’est pas ce qu’on pourrait considérer comme un véritable biopic puisqu’il s’intéresse essentiellement à la vie amoureuse de la femme et plus particulièrement à sa rencontre avec Hasnat Khan. Un aspect de la vie de Diana qu’on ne cherchait pas forcément à découvrir là où on attendait plutôt l’incroyable destin qui l’a conduit à devenir la reine des cœurs des anglais. On a donc rien de plus qu’une vulgaire tragédie romantique qui se repose sur l’aura de la Princesse de Galles.

     

    Il faut le voir pour : Surveiller les rues, il y a peut-être des princesses cachées sous une perruque !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Diana

    Alors que le couple princier d'Angleterre découvre les joies de la parentalité, la Princesse Diana refait parler d'elle 16 ans après sa tragique disparition. C'est Naomi Watts qui prêtera ses traits à la Princesse de Galles mais ce biopic réussira t-il à passionner les foules ?

     

    Date de sortie : 02 Octobre 2013


    Lien permanent Catégories : La B.A. du jour 0 commentaire
  • Perfect Mothers

    star 03.jpg

    aff.jpg

    Véritables potes d’enfance, Roz & Lil (Robin Wright & Naomi Watts) forment avec leur fils respectifs Tom & Ian (James Frecheville & Xavier Samuel) un quatuor qui a tissé des liens extrêmement forts. Un soir, ils franchissent une ligne dangereuse. Tom surprend sa mère avec Ian et ne tarde pas  révéler toute l’histoire à Lil qui a encore bien du mal à le croire. Contre toute-attente, un autre couple va se former mais les 2 mères décident de faire preuve de raison et veulent stopper immédiatement leurs relations or l’appel du cœur est le plus fort. Le temps passe et les 2 couples continuent de se fréquenter mais Ian doit se rendre à Sidney pendant 1 mois où il va rencontrer Mary (Jessica Tovey).

    01.jpg

    Pour cette adaptation du roman de Doris Lessing, c’est la française Anne Fontaine qui a hérité du projet qui ne vous laissera certainement pas indifférent. Il y a en effet un certain malaise qui s’instille dans Perfect Mothers puisque ce qui lie ces 2 mères dépasse le stade de la simple amitié et on pourrait les assimiler à des sœurs. Même si l’on ne peut pas qualifier leurs relations d’incestueuses on en est pas loin et le spectateur est donc forcément troublé par l’histoire. Naomi Watts & Robin Wright sont parfaites au point d’éclipser totalement leurs jeunes prétendants qui ont du mal à exister.

     

    Il faut le voir pour : Ne plus jamais ramener vos potes à la maison !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • The impossible

    star 03.jpg

    aff.jpg

    Maria & Henry Bennett (Naomi Watts & Ewan McGregor) et leurs 3 enfants Lucas, Thomas & Simon (Tom Holland, Samuel Joslin, Oaklee Pendergast) se sont offerts de magnifiques fêtes de fin d’année. C’est en Thaïlande, à Khao lak qu’ils célèbrent ainsi Noël mais le paysage idyllique va bientôt laisser place à un vrai cataclysme. Le 26 Décembre 2004, le monde découvre avec horreur les ravages provoqués par le plus grand tsunami de l’histoire dévastant tout sur son passage et faisant des milliers de victimes. La famille Bennett n’échappe à la tragédie, Maria & Simon parviennent à se retrouver mais la mère est gravement blessée et semble résignée à l’idée d’avoir perdu son mari et ses 2 autres fils.

    01.jpg

    Au cœur de cette terrible tragédie qu’a représenté le Tsunami de 2004 émergent tout de même quelques belles histoires comme celle vécue par une famille espagnole qui a inspiré ce film. Evidemment ce n’est pas vraiment trahir le secret en vous révélant que la fin "heureuse" et on a également un peu de mal à supporter cette mise en scène finale beaucoup trop théâtrale. Notre regard se posera plutôt sur l’environnement apocalyptique que nous propose le réalisateur Juan Antonio Bayona. The impossible est parsemée de certaines images très violentes, de scènes intenses reflétant l’horreur provoquée par cette catastrophe naturelle et c’est ce qu’on préférera garder de ce drame.

     

    Il faut le voir pour : Ne plus avoir honte de porter un maillot de bain ridicule car ça peut servir !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • Woody Allen : a documentary

    star 03.5.jpg

    aff.jpg

    C’est dans les rues de Brooklyn qu’a grandit notre pote Allen Stewart Königsberg celui que le monde entier apprendra à connaitre sous le nom de Woody Allen ! Alors que ses camarades de classe s’engagent dans des carrières de médecin ou d’avocat, lui va construire sa réputation en écrivant des blagues. Il débute ainsi par être publié et très vite son potentiel comique séduit et le propulse sur le devant de la scène où ses premiers pas sont hésitants mais sa carrière est lancée. Après avoir participé à l’écriture du film Quoi de neuf, Pussycat ?, il devient ensuite réalisateur et en 1969 sort son tout premier long-métrage : Prends l’oseille et tire-toi.  40 ans plus tard, Woody Allen continue de séduire les spectateurs comme en témoigne le succès rencontré par son dernier film Minuit à Paris.

    01.jpg

    Que l’on connaisse ou non le réalisateur, Woody Allen : a documentary est justement là pour nous présenter une incroyable carrière jalonnée de succès mais aussi de déroutes. Biographie tout ce qu’il y a de plus chronologique, c’est l’occasion également de revoir quelques extraits de ses plus grands films de quoi vous donner envie de (re-)découvrir les œuvres comme Bananas, Manhattan ou Annie Hall. Un hommage qui se complète avec tous les artistes qui ont eu l’opportunité de travailler avec lui et qui ne manquent pas de louanges à son égard sans oublier les muses que sont Diane Keaton ou Mia Farrow. Un documentaire qui traine parfois en longueur mais incontournable pour les fans et instructif pour ceux qui connaissent peu ou pas l’homme et sa riche filmographie.

     

    Il faut le voir pour : Ressortir votre vieille machine à écrire, elle peut encore servir !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • J. Edgar

    star 03.jpg

    aff.jpg

    C’est peu dire que notre pote John Edgar Hoover (Leonardo DiCaprio) aime son pays, il lui est totalement dévoué ! Il fut d’abord l’un des plus fervents assaillants contre l’expansion des communistes et son engagement couplé à une organisation sans faille va le conduire à prendre la tête du Bureau des Investigations. Beaucoup de choses vont alors changer ; les hommes qui seront sous ses ordres devront être irréprochables et il trouve d’ailleurs le bras droit idéal en la personne de Clyde Tolson (Armie Hammer). Commence alors un long règne qui durera 48 ans et pendant lesquels il va servir sous pas moins de 8 présidents, Hoover devient l’une des figures emblématiques des Etats-Unis et fondateur du désormais célèbre FBI.

    01.jpg
    C’est un personnage historique peut-être davantage aux Etats-Unis que de par chez nous mais J. Edgar a l’envergure d’un grand homme. Un biopic qui réunit 2 autres géants à savoir Clint Eastwood derrière la caméra et Leonardo DiCaprio qui se glisse dans la peau du célèbre directeur du FBI ; le résultat ne pouvait pas être décevant. Dans un sens c’est exact ; on apprécie la performance de DiCaprio qui incarne le personnage à travers le temps mais dans ce portrait il nous manque ce qui caractérisait Hoover à savoir plus de controverses. Ça reste donc très sage d’autant plus que la réalisation à base d’aller et retour entre passé et présent n’apporte pas grand-chose et amène au contraire un peu de confusion dans nos esprits. Bon film mais certainement pas la grande œuvre espérée.



    Il faut le voir pour : Finir de se convaincre qu'Hoover détenait beaucoup de vérités !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • Dream house

    aff.jpg

    La décision n’était pas évidente mais notre pote Will Atenton (Daniel Craig) a franchi le pas et a démissionné pour se consacrer davantage à sa famille. Sa femme Libby (Rachel Weisz) et leurs 2 filles accueillent évidemment cette nouvelle avec plus d’enthousiasme et ils vont pouvoir profiter comme il se doit de cette maison qu’ils viennent d’acquérir dans la ville de New Ashford. Leur vie va cependant être perturbé par quelques incidents, ce sont d’abord les filles qui prétendent avoir aperçu un homme étrange rodé dans le jardin et puis par la suite Will surprend des jeunes dans sa cave. C’est là qu’il découvre la vérité ; cette maison fut le théâtre d’un horrible massacre dont le responsable serait un certain Peter Ward.

    01.jpg

    On pourrait facilement confondre ce film à un vulgaire film d’épouvante et d’ailleurs la première demi-heure conforte notre ressenti mais quand on se rend compte qu’à la distribution on a Daniel Craig, Rachel Weisz & Naomi Watts et que le réalisateur est Jim Sheridan (Brothers / Réussir ou mourir …) on se dit que Dream house cache certains secrets. Effectivement après une révélation tonitruante, ce qui s’apparentait à un film d’horreur devient soudainement un thriller plaisant mais qui ne propose rien de bien exceptionnel. Une fois le coup de théâtre révélé, l’intérêt du film va en décroissant et on en vient vite à attendre avec une certaine impatience que l’histoire trouve son dénouement.

     

    Il faut le voir pour : Vérifier le passé des anciens locataires de votre maison !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Mother & Child

    aff.jpg

    Sa fille va bientôt fêter son 37ème anniversaire et Karen (Annette Bening) ne sait rien de cet enfant qu’elle a été forcée d’abandonner. Tombée enceinte à l’âge de 14 ans, elle ne pouvait assumer une telle responsabilité et cette séparation a provoquée une véritable cassure au point qu’aujourd’hui encore elle souffre de cette absence. De son coté, Elizabeth (Naomi Watts) n’a jamais cherché à connaitre ses origines ; elle consacre tous ses efforts pour construire sa carrière mais cette brillante avocate ne sait pas rester en place. Pendant ce temps, Lucy & Joseph (Kerry Washington & David Ramsey) sont en pleine procédure d’adoption ; ils sont à la recherche d’un bébé afin de pouvoir enfin fonder une famille.

    01.jpg

    Ça risque de pleurer dans les chaumières avec ce drame familial constitué du portrait de 3 femmes. Au départ, on se demande tout de même ce que vient faire l’histoire de Kerry Washington et la réponse viendra dans la dernière demi-heure. Pour peu que l’on adhère à une histoire trop bien écrite pour être crédible, on saura apprécier ce film reposant essentiellement sur la relation entre les personnages d’Annette Bening & Naomi Watts. Mother & Child, de par son scénario, trouvera plus d’écho auprès du public féminin qui partagera avec plus d’enthousiasme ces diverses expériences de femmes à propos de la maternité.

     

    Il faut le voir pour : Arrêter votre femme avant qu’elle ne dise une bêtise (vous allez avoir du boulot !)

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Fair Game

    aff1.jpg

    Au lendemain des attaques du 11 Septembre 2001, les Etats-Unis préparent activement leur riposte et toutes les agences secrètes sont sur le pied de guerre. Dans la vie publique Valérie Maple (Naomi Watts) travaille dans une société d’investissements mais en réalité, elle est membre de la prestigieuse CIA. Intervenant aux quatre coins du monde afin de prévenir la moindre menace terroriste, son réseau de contacts est immense. D’ailleurs, l’agence fait appel à son mari Joseph Wilson (Sean Penn), ancien diplomate pour une mission au Niger où l’on suspecte un trafic d’uranium avec l’Irak.

    02.jpg

    Pour justifier l’intervention américaine en Irak, on a beaucoup évoqué cette soi-disant présence d’Armes de Destruction Massive et Fair Game revient sur les prémices de cette annonce. Si le Maplegate est connu outre-Atlantique, on a beaucoup moins entendu parler chez nous de Valérie Maple sacrifiée sur l’autel de la propagande. Film plutôt passionnant détaillant ainsi les coulisses du pouvoir et l’habilité de celui-ci à diffuser des informations n’ayant pour seul but que de détourner l’attention des médias et surtout du grand public. A noter également la belle prestation de Sean Penn qui ne semble pas avoir eu à chercher bien loin son inspiration pour témoigner son mépris envers l’ancien gouvernement américain.

     

    Il faut le voir pour : Considérer vos potes qui travaillent dans des sociétés d’investissement d’un autre œil.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire