Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

anne fontaine

  • Les innocentes

     

    cinéma film, drame, Les innocentes, Anne fontaine,  Lou de Laâge, Vincent Macaigne, Agata Buzek,

    cinéma film, drame, Les innocentes, Anne fontaine,  Lou de Laâge, Vincent Macaigne, Agata Buzek,

    Décembre 1945 en Pologne. Notre pote Mathilde Beaulieu (Lou de Laâge) est médecin au sein de la Croix Rouge française et reçoit la visite d'une religieuse qui sollicite son aide. Elle va ainsi l'accompagner jusqu'à un couvent où elle découvre qu'une sœur est alitée et qu'elle s'apprête à donner naissance à un enfant. Mathilde apprend alors le drame qui s'est abattu ici où des soldats russes ont abusé des religieuses rendant certaines d’entre elles enceintes. Bien entendu, ce secret n'a jamais quitté ces murs et la Mère supérieure (Agata Kulesza) refuse que cela s’ébruite mais elle sait aussi qu’elle a besoin d’aide. C’est ainsi que Mathilde va être désignée pour prendre soin de ces bonnes sœurs et cela elle devra le faire dans la plus grande des discrétions.

     

    cinéma film, drame, Les innocentes, Anne fontaine,  Lou de Laâge, Vincent Macaigne, Agata Buzek, Agata Kulesza, Joanna Kulig, Eliza Rycembel, Anna Próchniak, Katarzyna Dabrowska

    Après le sympathique Gemma Bovery, la réalisatrice Anne Fontaine change totalement de registre en s'inspirant d'un véritable drame qui s'est déroulé durant la Seconde Guerre Mondiale. Les innocentes revient ainsi sur la tragique histoire vécue par ces religieuses polonaises, victimes collatérales de ce conflit. Un scénario intense qui se trouve magnifiquement interprété avec la présence d’une Lou de Laâge qui s’impose tout en douceur dans le paysage cinématographique français. A noter aussi la présence à ses côtés d’Agata Kulesza, un visage que l’on a eu l’occasion d’apercevoir dans Ida mettant lui aussi en scène la vie de bonnes sœurs. Un récit bouleversant, de merveilleuses actrices ; tout simplement un bon film à découvrir !

     


    Il faut le voir pour : Dire que vous avez une maladie contagieuse ça fera toujours fuir les hommes !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Gemma Bovery

    star 03.jpg

    AFF.jpg

    Cela fait 7 ans que notre pote Martin Jourbert (Fabrice Lucchini) a quitté Paris pour s’installer en Normandie reprenant la boulangerie paternelle. Comme beaucoup d’autres citadins, il cherchait la paix et la tranquillité mais l’arrivée de nouveaux voisins allait tout bouleverser. C’est un couple d’anglais qui s’est installé en face de chez lui ; Charlie & Gemma Bovery (Jason Flemyng & Gemma Arterton) et immédiatement il a été subjugué par la jeune femme. Certes, elle est d’une beauté renversante mais surtout elle lui rappelle l’héroïne de sa jeunesse Madame de Bovary et pour Martin ce n’est certainement pas un hasard si elle s’est installée en Normandie là où même Flaubert a écrit son œuvre.

    01.jpg

    Si l’inspiration du titre de Flaubert est manifeste, il faut savoir qu’à la base il existe d’abord un roman graphique signé Posy Simmonds (à qui l’on doit déjà Tamara Drew) dont est adapté Gemma Bovery. Idée plutôt originale donc de donner une figure contemporaine à cette héroïne de romans du moins aux yeux d’un Fabrice Lucchini avec son éternel allure de pince-sans-rire. C’est donc un duo inattendu qu’il forme avec Gemma Arterton au charme dévastateur et le décalage entre ces deux personnages offre de beaux moments de réjouissances. Reste tout de même que la dernière demi-heure est moins enjouée malgré tout Anne Fontaine réussit à nous donner envie de découvrir ou redécouvrir le roman original à déguster avec un petit verre de Calva !

     

    Il faut le voir pour : Ne plus utiliser de mort aux rats !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Gemma Bovery

    En se retirant à la campagne et en reprenant cette boulangerie, notre pote Fabrice Luchini pensait trouver la tranquillité. C'était vrai jusqu'à ce qu'un couple d'anglais deviennent ses nouveaux voisins et notamment la charmante Gemma Bovery !

    Date de sortie : 10 Septembre 2014.


     

    Lien permanent Catégories : La B.A. du jour 0 commentaire
  • Perfect Mothers

    star 03.jpg

    aff.jpg

    Véritables potes d’enfance, Roz & Lil (Robin Wright & Naomi Watts) forment avec leur fils respectifs Tom & Ian (James Frecheville & Xavier Samuel) un quatuor qui a tissé des liens extrêmement forts. Un soir, ils franchissent une ligne dangereuse. Tom surprend sa mère avec Ian et ne tarde pas  révéler toute l’histoire à Lil qui a encore bien du mal à le croire. Contre toute-attente, un autre couple va se former mais les 2 mères décident de faire preuve de raison et veulent stopper immédiatement leurs relations or l’appel du cœur est le plus fort. Le temps passe et les 2 couples continuent de se fréquenter mais Ian doit se rendre à Sidney pendant 1 mois où il va rencontrer Mary (Jessica Tovey).

    01.jpg

    Pour cette adaptation du roman de Doris Lessing, c’est la française Anne Fontaine qui a hérité du projet qui ne vous laissera certainement pas indifférent. Il y a en effet un certain malaise qui s’instille dans Perfect Mothers puisque ce qui lie ces 2 mères dépasse le stade de la simple amitié et on pourrait les assimiler à des sœurs. Même si l’on ne peut pas qualifier leurs relations d’incestueuses on en est pas loin et le spectateur est donc forcément troublé par l’histoire. Naomi Watts & Robin Wright sont parfaites au point d’éclipser totalement leurs jeunes prétendants qui ont du mal à exister.

     

    Il faut le voir pour : Ne plus jamais ramener vos potes à la maison !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Coco avant Chanel

    aff.jpg

    Placée dans un orphelinat par son père, Gabrielle Chanel (Audrey Tatou) a longtemps espéré qu’il reviendrait la chercher. Hélas, ce ne fut jamais le cas mais celle que l’on surnomme désormais Coco peut néanmoins compter sur sa pote d’enfance, sa sœur Adrienne (Marie Gillain). Des années plus tard, on retrouve les 2 femmes proposant un spectacle dans un vieux cabaret en espérant pourquoi pas se produire un jour à l’Alcazar. Un rêve qui ne se réalisera jamais puisque Adrienne abandonne la danse à la demande de son futur mari, un baron. N’ayant plus rien à perdre, Coco laisse tout derrière elle et part tenter sa chance en s’installant chez Etienne Balsan (Benoit Poelvoorde), un riche aristocrate qu’elle a rencontré auparavant.

    01.jpg

    Figure emblématique de la mode, Coco Chanel a désormais droit à son biopic sur grand écran mais ne vous imaginez pas que vous aurez droit à un défilé de sa dernière collection. Le film s’attache plutôt à nous présenter toute la période qui précède l’émergence de la célèbre couturière et notamment la romance vécue avec Boy Capel. Bien que Audrey Tautou & Benoit Poelvoorde soient tous deux formidables, Coco avant Chanel est plutôt ennuyeux car hormis cette histoire d’amour tragique il n’y a pas beaucoup d’autres bouleversements dans sa vie. Un film qui traine en longueur et terriblement vide en-dessous de son habit d’apparat.

     

    Il faut le voir pour : Montrer à votre femme qu’elle peut faire ses propres vêtements plutôt que de tout dépenser dans les boutiques.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • La fille de Monaco

    e55f5124b79c300202db7e19b7911bd3.jpg

    A Monaco, l’affaire Lassalle passionne les médias ; un fait divers que découvre Maitre Bertrand Beauvois (Fabrice Lucchini) qui est devenu l’avocat de la famille Lassalle. Parce que ce procès peut s’avérer dangereux, Bertrand se voit assigner un garde du corps en la personne de Christophe Abadi (Roschdy Zem) ce qui n’est pas vraiment pour le ravir. Pendant son séjour au sein de la principauté ; l’avocat va faire une belle rencontre avec Audrey (Louise Bourgoin). Cette belle jeune femme un brin excentrique va monopoliser toute son attention, il est complètement hypnotisé et semble prêt à tout pour lui faire plaisir.

    ff4e228fbc69e055a212c7b9fc9caca2.jpg

    Pour prolonger un peu plus vos vacances d’été, venez donc faire un tour chez La fille de Monaco qui marque par ailleurs les premiers pas sur le grand écran de Louise Bourgoin. Dans la peau d’une envoutante sirène, l’ex miss météo de Canal Plus n’offre certes pas une performance exceptionnelle mais révèle des potentialités d’actrice. Autour d’elle, Fabrice Lucchini à la langue pendue tel le coyote de Tex Avery tandis que Roschdy Zem en homme plus avisé tente désespérément de le mettre en garde. A l’image des tenues vestimentaires de Louise Bourgoin dans le film, le tout est assez léger et manque de réels retournements de situation.

     

    Il faut le voir pour : Trouver une belle idée de cadeau d’anniversaire.
    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2008 0 commentaire
  • Nouvelle chance

    f5af8bbe1ccef13e2513c7a8fa2c941e.jpg

    Augustin (Jean-Chrétien Sibertin-Blanc) est un homme passionné, passionné par le monde enchanteur du théâtre. Loin de la médiatisation, les pièces qu’il monte ne suffisent pas à subvenir à ses obligations familiales et il doit donc travailler à temps partiel dans un grand hôtel parisien. Il est sur un nouveau projet, une adaptation de la correspondance de Madame du Deffand & Julie de Lespinasse. L’idée lui est venue après sa rencontre avec Odette (Danielle Darrieux) autrefois grande artiste à qui il va offrir une nouvelle chance de monter sur scène. Reste encore à trouver les autres comédiens à commencer par l’héroïne Julie de Lespinasse. Opportuniste, il saisit sa chance auprès de la célèbre Bettina Fleischer (Arielle Dombasle) qui fréquente la piscine de son hôtel.

    647d62ceccfcbce3ec4d64f03176e00a.jpg

    Voilà ce que l’on pourrait appeler un film à la française avec le coté péjoratif que cela connote. Sans faire dans la méchanceté gratuite, il faut dire que Nouvelle chance a un coté vieillot qui fait qu’on pourrait se demander s’il ne s’agit pas plutôt d’un téléfilm. Il n’apporte rien au patrimoine cinématographique français si ce n’est une ligne de plus sur le CV de chaque comédien. On retiendra quand même le coté candide et sympathique d’Augustin, un personnage récurrent utilisé pour la troisième fois par la réalisatrice Anne Fontaine mais ce qui est certain c’est que je ne donnerais pas une nouvelle chance à ce film !

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2006-2008 0 commentaire