Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

romance

  • Free dance

    star 01.5.jpg

    AFF1 (3).jpg

    Passionnée par la danse, Ruby (Keenan Kampa) vit actuellement un rêve éveillé puisqu’elle a l’opportunité de rejoindre le prestigieux Conservatoire des arts de Manhattan. Pour la jeune femme, le plus dur commence car les cours qui y sont dispensés requièrent une extrême exigence mais elle pourra compter sur le soutien de sa nouvelle pote d’enfance Jasmine (Sonoya Mizuno). Ruby fera également la connaissance de Johnnie Blackwell (Nicholas Galitzine), un violoniste talentueux qui n’a malheureusement comme public que les usagers du métro new-yorkais. Si l’amour va les réunir, ils ont aussi décidé de se lancer dans un concours qui pourrait résoudre bon nombre de leurs problèmes.

    02.jpg

    Échange de regards au ralenti, baiser langoureux avec une caméra tournant à 360°, un scénario pondu par un Bisounours ; non décidément Free dance ne nous épargne rien au niveau des clichés. Il faut aussi souligner des dialogues profonds dont on retiendra le "Une danseuse, ça danse !" qui s’inspire certainement de l’expression "L’eau ça mouille". Comment ne pas avoir le sourire en coin également devant certaines scènes comme cette confrontation à l’archer de violon digne d’un combat de sabres laser de chez Star Wars. Autant une saga comme Sexy Dance assure le spectacle autant ce film de Michael Damian est d’une infinie tristesse.

     

    Il faut le voir pour : Trainer dans le métro, vous y verrez peut-être une battle de danse !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Joyeuse fête des mères

    star 01.5.jpg

    AFF1 (3).jpg

    Bien que divorcés, nos potes Sandy & Henry (Jennifer Aniston & Timothy Olyphant) ont gardé d'excellents rapports pour le plus grand bonheur de leurs deux fils. La jeune femme femme a remarqué un changement dans le comportement de son ex-mari et elle commence à se demander s'il n'essaierait pas de recoller les morceaux. Pendant ce temps, à l'approche de la fête des mères, Jesse (Kate Hudson) se met à penser à la sienne avec laquelle elle s'était disputé et à qui elle n'a pas adressé la parole depuis. Poussée par sa sœur Gabi (Sarah Chalke), elle se décide à la recontacter sans se douter que cela va provoquer des retrouvailles qui s'annoncent animées !

    02.jpg

    On dirait bien que Garry Marshall a trouvé un bon filon pour pérenniser sa carrière de réalisateur puisque après Valentine's day & Happy new year ; voilà qu'il vient nous souhaiter une Joyeuse fête des mères ! La formule n'a pas changé d'un iota avec la présence d'une multitude de personnages et d'histoires oscillant entre l'émotion (les histoires de Bradley & Kristin) et le vaudeville de bas-étage (Jesse et ses parents). Mielleux à souhait et aussi prévisible qu'un discours politique en pleine campagne présidentielle, la comédie est digne de ses prédécesseurs à savoir un produit sans saveur. Vous aurez peut-être envie d'aller le voir avec votre mère mais je ne suis pas certain qu'elle prenne cela comme un cadeau !


    Il faut le voir pour : Apprendre à tweeter si vous voulez être une maman branchée !

     

    En savoir plus sur Valentine's day ?

    En savoir plus sur Happy new year ?

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Alaska

    star 03.jpg

    AFF.jpg

    Paris. Notre pote Nadine (Astrid Bergès-Frisbey) est venue pour passer un casting et c'est à cette occasion qu'elle rencontre Fausto (Elio Germano). Lui est un employé de l’hôtel où se déroule le casting et en voulant impressionner la jeune femme, il lui a proposé d'aller visiter la plus luxueuse chambre de l’établissement. Ils seront cependant surpris par le client et éclate ensuite une bagarre qui condamnera Fausto à 2 ans de prison. Durant son incarcération, il ne cessera de penser à Nadine qui entretemps est devenue mannequin et qui vit désormais à Milan. Elle ne lui a donné aucunes nouvelles mais sera présente lorsqu'il retrouve la liberté.

     01.jpg

    Le bonheur des uns fait le malheur des autres, une expression qui est encore plus difficile à vivre lorsqu'il est ramené au duo Nadine / Fausto. Pour son 3ème long-métrage, le réalisateur italien Claudio Cupellini a donc choisi de nous présenter l'histoire de ce couple qui s'étale sur plusieurs années. Une relation évidemment empreinte d'amour et de passion mais traversée aussi par les moments de doute et les drames. Si Alaska se montre passionnant c'est en grande partie grâce aux présences de ces amants magnifiques que sont Astrid Bergès-Frisbey & Elio Germano qui sont simplement impeccables. Un beau film qui nous rappelle qu'il n'est pas toujours facile d'aimer !

     


    Il faut le voir pour : Ne pas dire à votre conjoint où vous planquez vos économies !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Carol

    star 03.jpg

    AFF1 (2).jpg

    1952 à New York. Therese Belivet (Rooney Mara) est vendeuse dans le rayon jouets du grand magasin Frankenberg. Nous sommes à quelques jours de Noël et c'est en ce lieu qu'elle va faire la connaissance de Carol Aird (Cate Blanchett), une cliente à la recherche d'un cadeau pour sa fille. A son départ, la mère de famille oublie ses gants que Therese va prendre soin de lui renvoyer. C'est ainsi que les deux femmes reprennent contact et vont passer de plus en plus de temps ensemble ce que ne semble pas apprécier Harge (Kyle Chandler), le mari de Carol. Ce couple semble se désunir jour après jour mais ils font tout leur possible pour préserver leur fille Rindy (Kennedy K. Heim).

    01.jpg

    Adaptation du roman de Patricia Highsmith (en partie autobiographique), cette romance entre deux femmes n'aura pas manqué de provoquer quelques remous dans l'Amérique du début des années 1950. Une histoire d'amour qui se heurte à l'incompréhension de l'époque notamment à travers le personnage de Carol tiraillée entre sa condition de femme et celle de mère. La réalisation de Todd Haynes fait preuve d'une grande délicatesse à laquelle vient s'ajouter un formidable duo d'actrices. Si Cate Blanchett livre une nouvelle fois une prestation parfaite, on en oublie pas pour autant sa partenaire Rooney Mara. Un film à découvrir avant tout pour l'interprétation car l'histoire elle, reste somme toute assez classique.

     

    Il faut le voir pour : Offrir un train électrique à votre fille ça la changera des poupées !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Flashdance

    star 02.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Le jour elle travaille sur un chantier de Pittsburgh et il faut attendre la nuit tombée pour découvrir la véritable Alexandra Owens (Jennifer Beals) ! En effet, c'est au Mawby's bar qu'elle peut s'exprimer librement à travers sa seule et unique passion : la danse ! Du talent elle en a indéniablement, il n'y a qu'à voir tous ces regards scotchés durant chacune de ses prestations, la seule chose qui lui manque c'est de la confiance. Alexandra n'a jamais eu l'occasion de fréquenter les écoles de danse et a tout appris seule. Lorsqu'elle se présente dans des concours, elle se sent dévalorisé face aux autres mais grâce à son entourage, ses rêves pourraient un jour se réaliser.

    01.jpg

    Classique des années 1980, c'est toutefois en 2015 que je découvre pour la première fois ce film d'Adrian Lyne (et produit par Don Johnson & Jerry Bruckheimer !) ; une précision qui a son importance quand a défilé devant mes yeux les Sexy Dance ou Street Dance. Flashdance a été l'un des précurseurs du genre puisqu'on retrouve le schéma maintenant bien connu de la jeune femme sympa, pas avare d'efforts, qui va tomber amoureuse bref tout ce qu'il faut pour s'attirer la compassion des spectateurs. Le plus décevant reste toutefois que visuellement c'est pauvre, on a que peu l'occasion de voir Jennifer Beals - ou du moins sa doublure - en action. Cela ne compense pas ses faiblesses mais le film a tout de même eu droit à une belle bande originale.

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2015-2016 0 commentaire
  • Le goût des Merveilles

    star 02.5.jpg

    AFF1 (2).jpg

    A la disparition de son mari, notre pote Louise (Viriginie Efira) a repris ses activités dans l'agriculture mais elle rencontre de nombreuses difficultés financières. Heureusement, elle peut compter sur le soutien de ses enfants Emma & Felix (Lucie Fagedet & Léo Lorléac'h) mais la vie de cette famille va être bouleversée avec l'arrivée de Pierre (Benjamin Lavernhe). Tout a commencé lorsque Louise l'a percuté avec sa voiture et l'a invité à la maison pour le soigner mais il s'avère que cet homme est différent. Il va ainsi passer la nuit chez Louise où il se sent particulièrement bien ce qui est plutôt curieux lui qui n'est d'ordinaire pas l'aise avec les inconnus.

    01.jpg

    L'air pur de la campagne et un brin de romance ; voilà ce qui vous attend avec Le goût des Merveilles. Inutile de s'interroger très longtemps sur l'issue de la comédie d'Eric Besnard mais elle a tout de même la spécificité de nous présenter un personnage atypique et c'est pour nous l'occasion de découvrir un peu plus Benjamin Lavernhe, pensionnaire de la Comédie française. Pierre c'est un peu le mélange de Rain man et Forrest Gump ce qui le rend évidemment attachant mais le jeu de l'acteur peut aussi par moments agacer. Un film qui offre un petit moment d'évasion malgré des personnages beaucoup trop lisses.

     

    Il faut le voir pour : Pincer les gens quand vous les aimez !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Marguerite et Julien

    star 03.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Ils se connaissent depuis toujours et sont quasiment inséparables ; Marguerite (Anaïs Demoustier) aime Julien (Jérémie Elkaïm) et c’est réciproque mais de tels sentiments sont inappropriés aux yeux de leur entourage et pour cause ils sont frère et sœur ! Une relation que surveille de près leur oncle qui ira jusqu’à convaincre leurs parents de les séparer. C’est ainsi que durant de nombreuses années Julien et son frère Philippe (Bastien Bouillon) quittent leur foyer pour parfaire leur éducation. Durant tout ce temps, Marguerite refusera tous les prétendants qui se présentent à elle jusqu’au retour tant attendu de son frère.

    01.jpg

    Valérie Donzelli n’entend pas entrer dans le moule des réalisateurs et le prouve une fois de plus avec cette romance pour le moins particulière. Difficile en effet de ne pas se laisser envahir par le sentiment de malaise devant cette relation incestueuse qui se dévoile devant nos yeux. Ce scénario peu ordinaire s’est inspiré de la véritable histoire du couple Marguerite et Julien De Ravalet datant du 17ème siècle et comme pour souligner l’aspect hors-norme du récit, le film se retrouve truffé d’anachronismes. Marguerite et Julien ne peut pas laisser indifférent tout comme la belle prestation d’Anaïs Demoustier qui ne trouve que peu d’écho face à un Jérémie Elkaïm bien fade.

     


    Il faut le voir pour : Se réjouir d’être enfant unique !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Mon roi

    star 03.5.jpg

    AFF1 (2).jpg

    C'est au terme d'une soirée en boite de nuit que nos potes Tony & Georgio (Emmanuelle Bercot & Vincent Cassel) se sont rapprochés. L'attirance mutuelle entre les deux sautait aux yeux, leur complicité naissante a fait le reste pour un couple qui n'attendait qu'à couler des jours heureux. Le bonheur est cependant toujours fragile et Agnès (Chrystèle Saint-Louis Augustin), l'ex-compagne de Georgio va avoir un rôle important dans leur histoire. Elle supporte mal le fait de voir son ancien compagnon refaire sa vie et ce dernier n'est pas non plus exempt de tous reproches. Du rire aux larmes, de l'amour à la haine ; les frontières peuvent rapidement être franchies.

    01.jpg

    C'est une réalisatrice qui ne peut pas vous laisser indifférente et c'est pourquoi Maïwenn était encore une fois attendue avec Mon roi. Le film s'ouvre sur une femme brisée à la fois physiquement et mentalement ; les origines de ce mal nous sont alors dévoilés progressivement à renforts de flashbacks. Évidemment tous nos regards sont braqués sur une formidable Emmanuelle Bercot très justement récompensée par le Prix d'interprétation féminine durant le Festival de Cannes 2015. Un film intense qui nous fait passer par toutes les émotions servi par un casting solide et une mise en scène moderne.

     


    Il faut le voir pour : Essayer le coup du "Tu prends mon téléphone ?" mais peut-être pas avec votre dernier Samsung Galaxy S6.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Crimson peak

    star 03.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Notre pote Edith Cushing (Sofia Wells / Mia Wasikowska) a eu le malheur de perdre sa mère alors qu'elle n'était qu'une enfant. La jeune fille a cependant eu l'occasion de sentir de nouveau sa présence ; c'est son fantôme qui est apparu devant elle en lui demandant de se méfier de Crimson Peak. Un nom qui restera mystérieux durant de longues années. En grandissant, Edith s'est découvert une passion pour l'écriture mais rares sont ceux qui la prennent au sérieux ; il n'y a que Sir Thomas Sharpe (Tom Hiddleston) qui s'est réellement intéressé à son travail. Ce dernier est venu aux États-Unis accompagné de sa sœur Lucille (Jessica Chastain) avec un but bien précis.

    01.jpg

    Après nous avoir offert le monstrueux Pacific Rim, notre pote Guillermo Del Toro revient à un univers plus familier. Crimson peak met un peu de temps à se dévoiler ou plus exactement on a du mal à y trouver la patte du réalisateur mexicain. Il faut donc attendre de pénétrer dans Allerdale Hall et surtout de découvrir ce magnifique manoir au toit ouvert pour retrouver l'ambiance baroque et la poésie qu'on lui connaît. On regrettera par contre un scénario qui est loin de nous emballer et on se consolera avec ce casting 3 étoiles où brillent Mia Wasikowska, Jessica Chastain & Tom Hiddleton. S'il ne se montre pas forcément exceptionnel, le film réussit sans mal à nous embarquer.

     

    Il faut le voir pour : Apprendre à danser la valse avec une bougie

    Lien permanent Catégories : L'avant-première impression, Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • We are your friends

    star 03.jpg

    AFF1 (2).jpg

    La gloire et la richesse, c’est ce qui fait rêver nos potes Cole, Mason, Ollie & Squirrel (Zac Efron, Jonny Weston, Shiloh Fernandez & Alex Shaffer) mais jusqu’à maintenant la chance ne leur a pas souri. S’ils s’en sortent c’est grâce au business de Mason et au talent de DJ de Cole. Ce dernier a d’ailleurs l’occasion d’aborder James (Wes Bentley), un grand nom dans le métier qui va le prendre sous son aile. Le jeune DJ montre un vrai potentiel mais doit avant tout apprendre à offrir un son plus authentique pour espérer conquérir le public. Dans le même temps, il va faire la connaissance de Sophie (Emily Ratajkowski) qui ne le laisse pas indifférent mais qui se trouve être la petite-amie de James !

    01.jpg

    Si les noms de Bob Sinclar ou David Guetta ne vous évoquent rien, il se pourrait que ce film n’est pas fait pour vous ! Au cours de ces dernières années, le DJ est devenu une icône de la fête jusqu'à susciter aujourd’hui de véritables vocations comme pour notre pote Zac Efron. Qui dit milieu de la nuit dit boites de nuits, filles sexy et consommation de drogues ; une vision caricaturale mais qu'on retrouve dans We are your friends. Au départ, le film pulse plutôt bien nous offrant même une petite leçon de DJ pour les nuls et puis d’un coup ça devient brusquement banal avec les mésaventures de Cole et sa romance. C'est divertissant mais ça ne va pas plus loin.

     

    Il faut le voir pour : Arrêter de demander au DJ de passer Drunk in love !!

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire