Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jake lacy

  • Rampage - Hors de contrôle

    star 02.jpg

    AFF1 (3).jpg

    Primatologue passionné à la réserve naturelle de San Diego, notre pote Davis Okoye (Dwayne Johnson) a une relation privilégiée avec George, un gorille albinos qu’il a recueilli lorsque celui-ci n’était qu’un bébé. L’animal a vu son comportement brusquement se modifier car il vient de terrasser un grizzly et surtout il a grandi dans des proportions impressionnantes. Cette agressivité soudaine et cette transformation physique sont en fait la conséquence d’une exposition à une expérience menée illégalement par le groupe Energyne sous l’égide de Claire & Brett Wyden (Malin Akerman & Jake Lacy). Ces derniers savent également que George n’est pas un cas isolé puisqu’un loup géant a également fait son apparition dans le Wyoming et ils ont bien l’intention d’attirer ces cobayes à Chicago !

    01.jpg

    A la base c’était un simple jeu vidéo sorti dans les années 1980 dans les salles d’arcade puis adapté ensuite sur consoles. Le jeu se résume à des monstres combattant au beau milieu d’une ville, un scénario suffisamment élaboré pour justifier une adaptation cinématographique du coté d’Hollywood. Pour doper le film, on a fait appel au roc qu’est Dwayne Johnson toujours aussi à l’aise quand viennent les scènes d’action mais ça s’arrête là. Rampage - Hors de contrôle est loin d’être aussi fun qu’on pouvait l’espérer ; à la limite j’aurais préféré voir davantage les monstres semer la destruction plutôt que de devoir se taper des personnages aussi lisses voire antipathiques comme les Wyden.

     

    Il faut le voir pour : Se raser le crâne !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2018 0 commentaire
  • Célibataire, mode d'emploi

    star 02.5.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Après 4 ans de vie en couple avec Josh (Nicholas Braun), notre pote Alice (Dakota Johnson) a décidé qu'il fallait faire une pause dans leur relation. La jeune femme commence en effet une nouvelle expérience en allant s'installer à New York où elle partagera l'appartement de sa sœur Meg (Leslie Mann). Dans le cadre de son travail, elle fait la connaissance de Robin (Rebel Wilson) qui va lui apprendre à profiter de son nouveau statut de célibataire. Ça commence par une sortie au bar de Tom (Anders Holm) qui se trouve être un bel homme à la réputation de coureur de jupons, bref le mec idéal pour tout oublier !

    02.jpg Pour certains le bonheur se conjugue au pluriel et pour d'autres le célibat est synonyme de liberté, un sujet vaste qui donne l'occasion à notre pote Christian Ditter de signer sa 6ème réalisation avec une comédie girly. Célibataire, mode d'emploi met ainsi en scène 4 héroïnes avec des profils très différents (ou on peut aussi dire stéréotypés), chacune vivant sa propre aventure. Tandis que Dakota Johnson joue l'ingénue sans réelles nuances, Leslie Mann se découvre des envies de maternité, Alison Brie squatte les sites de rencontres sans oublier Rebel Wilson qui fait le show auquel elle nous a habitué. Destiné essentiellement à un public féminin, le film a tout de même bien du mal à nous faire décrocher les sourires.

     

    Il faut le voir pour : Connaitre votre quota de bouteilles !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Carol

    star 03.jpg

    AFF1 (2).jpg

    1952 à New York. Therese Belivet (Rooney Mara) est vendeuse dans le rayon jouets du grand magasin Frankenberg. Nous sommes à quelques jours de Noël et c'est en ce lieu qu'elle va faire la connaissance de Carol Aird (Cate Blanchett), une cliente à la recherche d'un cadeau pour sa fille. A son départ, la mère de famille oublie ses gants que Therese va prendre soin de lui renvoyer. C'est ainsi que les deux femmes reprennent contact et vont passer de plus en plus de temps ensemble ce que ne semble pas apprécier Harge (Kyle Chandler), le mari de Carol. Ce couple semble se désunir jour après jour mais ils font tout leur possible pour préserver leur fille Rindy (Kennedy K. Heim).

    01.jpg

    Adaptation du roman de Patricia Highsmith (en partie autobiographique), cette romance entre deux femmes n'aura pas manqué de provoquer quelques remous dans l'Amérique du début des années 1950. Une histoire d'amour qui se heurte à l'incompréhension de l'époque notamment à travers le personnage de Carol tiraillée entre sa condition de femme et celle de mère. La réalisation de Todd Haynes fait preuve d'une grande délicatesse à laquelle vient s'ajouter un formidable duo d'actrices. Si Cate Blanchett livre une nouvelle fois une prestation parfaite, on en oublie pas pour autant sa partenaire Rooney Mara. Un film à découvrir avant tout pour l'interprétation car l'histoire elle, reste somme toute assez classique.

     

    Il faut le voir pour : Offrir un train électrique à votre fille ça la changera des poupées !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Obvious child

    star 02.5.jpg

    AFF.jpg

    Lorsqu’elle monte sur scène pour faire son petit numéro de stand-up, Donna (Jenny Slate) proche énormément dans ses expériences personnelles. Elle aura encore beaucoup de choses à raconter au public puisqu’elle vient de se faire plaquer par Ryan (Paul Briganti) et qui plus est avec ce qui semblait être une pote d’enfance. Une rupture difficile à accepter si bien que Donna finit un soir par abuser un peu trop de l’alcool et termine la nuit avec un certain Max (Jake Lacy) qu’elle vient à peine de rencontrer. L’histoire aurait pu s’arrêter là mais quelques semaines après, elle va avoir une énorme surprise !

    01.jpg

    On est bien loin des comédies américaines formatées avec Obvious child qui apporte assurément de la fraicheur. L’héroïne du film interprétée par la pétillante Jenny Slate y est aussi pour beaucoup et dès les premières lignes de dialogues, le ton est donné avec une jeune femme totalement décomplexée. Dans un premier temps, il est donc plutôt amusant de découvrir un tel personnage mais son histoire finit progressivement par tomber dans une certaine normalité voire banalité. Un premier long-métrage de la part de la réalisatrice Gillian Robespierre qui doit beaucoup à sa comédienne principale mais qui ne réussit à nous séduire que par à-coups.

     

    Il faut le voir pour : Essayer les Crocs pour vérifier si ils sont aussi confortables !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire