Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ryan gosling

  • Le conducteur - Drive

    01.jpg

     

    Le conducteur : Vous me donnez une heure et un lieu. Je vous donne un créneau de cinq minutes, pendant ces cinq minutes, je vous lâche pas, quoi qu’il arrive. J’interviens pas pendant le braquage, je ne porte pas d’arme… Je conduis.

     

     

     

     

    En savoir plus sur Drive ?

    Lien permanent Catégories : La réplique culte 0 commentaire
  • Only God forgives

    star 04.jpg

    aff.jpg

    Julian (Ryan Gosling) et son frère Billy (Tom Burke) s’occupent d’un club de boxe en Thaïlande du moins c’est ce que les apparences laissent à penser. Leurs revenus ils le doivent surtout au trafic de drogues qu’ils mènent clandestinement. Un soir, Billy fait une virée en enfer et il ne croit pas si bien dire puisqu’il va violer et assassiné sauvagement une jeune fille de 16 ans. Un acte qui ne restera pas impuni ; le père de la victime, exhorté par le chef de la police Chang (Vithaya Pansringarm), rend sa propre justice. Lorsque Julian apprend la mort de son frère, il part immédiatement à la recherche de son meurtrier mais quand il découvre la vérité décide finalement de l’épargner.

    01.jpg

    Après l’excellent Drive, la collaboration entre Nicolas Winding Refn & Ryan Gosling se poursuit dans un film d’un tout autre genre. Plongée dans les bas-fonds thaïlandais, Only God forgives bénéficie d’une atmosphère étouffante qui vous prend littéralement à la gorge. Une réalisation chirurgicale baignant dans les couleurs rouge, bleu et jaune ; des dialogues minimalistes et des personnages implacables. On appréciera tout particulièrement cette mère sanguinaire incarnée par la géniale Kristin Scott-Thomas et surtout Vithaya Pansringarm, ce flic au visage impassible aussi doué au maniement du sabre que d’un micro de karaoké ! Coup de cœur Ciné2909 pour cette nouvelle claque de Refn.

     

    Il faut le voir pour : Eviter de provoquer la police, surtout en Thaïlande !

    Lien permanent Catégories : Les coups de coeur, Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Gangster squad

    star 02.5.jpg

    3502058702.105.jpg

    1949, Los Angeles appartient à Mickey Cohen (Sean Penn) et tout le monde semble s’incliner devant son incroyable influence sauf l’irréductible Sergent John O’mara (Josh Brolin). Il est l’un des rares flics à avoir conservé son intégrité mais son combat contre le crime n’est-il pas vain ? Jusqu’à présent, il se sentait un peu seul jusqu’au jour où le Chef Bill Parker (Nick Nolte) lui propose de recruter quelques hommes afin de perturber autant que possible les activités de Cohen. Une brigade composée de potes d’enfance se forme et va se charger de nettoyer les rues de Los Angeles, ils partent en guerre mais gare aux représailles !

    01.jpg

    Un gangster qui a la mainmise sur Los Angeles et un super flic déterminé à faire respecter la loi, ce n’est pas l’originalité qui étouffera Gangster squad. Difficile de faire une histoire plus téléphonée que celle qui nous est proposée d’autant plus que la réalisation de notre pote Ruben Fleischer est correcte mais n’apporte rien d’exceptionnel. On se dit alors qu’il y a pas mal de gâchis surtout à la vue d’un casting pléthorique réunissant Sean Penn, Josh Brolin, Ryan Gosling, Nick Nolte et dans une moindre mesure Robert Patrick, Giovanni Ribisi, Michael Peña sans oublier Emma Stone en guise de potiche. Du beau monde mais un thriller ronronnant au point de se laisser parfois abandonner à l’ennui.

     

    Il faut le voir pour : Se demander si vous porteriez bien le chapeau ?

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Les sorties du 06 Février

    aff.jpg

    Pas mal de nouveautés sur le grand écran cette semaine avec encore un biopic consacré à un cinéaste mondialement connu : Alfred Hitchcock. C’est Anthony Hopkins qui est chargé de lui donner vie dans Hitchcock à la veille du tournage d’un film qui restera pour l’éternité, Psychose. Le casting se complète avec les présences d’Helen Mirren et de Scarlett Johansson.

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : Les sorties de la semaine 0 commentaire
  • Les marches du pouvoir

    aff.jpg

    L’avenir des Etats-Unis est en marche. Nous sommes en plein cœur de la course à l’investiture démocrate et le débat entre les 2 candidats que sont le Gouverneur Mike Morris (Georges Clooney) & Ted Pullman sera décisif dans la course à la Présidence.  Les résultats dans l’Ohio seront déterminantes et au sein des 2 camps, chacun s’active pour faire pencher la balance du coté de son candidat. Mike peut compter sur le soutien indéfectible de son directeur de campagne Paul (Philip Seymour Hoffman) mais aussi de Stephen (Ryan Gosling) véritable prodige de la communication. Alors que les prochaines heures s’annoncent décisives, Stephen reçoit un appel de Tom Duffy (Paul Giamatti), responsable de la campagne de Pullman et qui va tenter de le convaincre de changer de camp.

    01.jpg

    La sortie de ce film à 1 an des prochaines élections présidentielles aux Etats-Unis est-elle un hasard, on ne peut pas en être si sur surtout quand c’est Georges "What else ?" Clooney himself qui joue les réalisateurs. Les marches du pouvoir décrit les coulisses d’un système d’élection un peu complexe que par chez nous ce qui n’empêche pas un film intense porté par l’autre beau gosse en vogue à savoir Ryan Gosling. Manipulations et mensonges se mêlent à l’honnêteté et les bonnes volontés prônées par nombre de discours politiques, on n’est plus véritablement surpris par ces dérives et cela ne va pas aller en s’améliorant ! Un thriller politique très bien mené et qui nous prépare à une année 2012 qui s’annonce riche dans ce domaine.

     

    Il faut le voir pour : Laisser vos stagiaires tranquille !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Drive

    aff.jpg

    Il n’y a pas de plus grand plaisir pour lui que d’enfiler ses gants et de prendre le volant d’une belle voiture et il en a d’ailleurs fait son métier. Il (Ryan Gosling) est ainsi devenu cascadeur et entre 2 tournages bosse dans le garage de son pote Shannon (Bryan Cranston). Un mec plutôt tranquille en apparence mais qui tient à exploiter à fond ses talents de pilote et propose ainsi ses services aux braqueurs de Los Angeles. 5 minutes, c’est le temps qu’il laisse à ses complices d’un soir pour conclure leur affaire ; le délai écoulé il entre en scène et jusqu’à maintenant personne n’a eu à se plaindre de ses services.

    01.jpg

    Drive est déjà un évènement en soi puisqu’il s’agit du premier long métrage du remarquable Nicolas Winding Refn sur le sol américain. Après Bronson & Le guerrier silencieux, Valhalla Rising ; on aurait d’ailleurs pu s’interroger sur l’accueil réservé au réalisateur danois. Au final, on se rend vite compte qu’il est resté égal à lui-même tout en rendant son cinéma plus accessible au grand public. Son polar se caractérise par son élégance sans aucune mesure (qui doit aussi beaucoup à la prestation de Ryan Gosling) rythmé par une bande originale eighties merveilleuse et quelques éclairs de violence qu’on lui connait si bien. Un film qui fait du bien aux spectateurs et donne un nouveau souffle bienvenue à l’industrie d’Hollywood.

     

    Il faut le voir pour : Vous acheter des gants pour la conduite, vous aurez la classe désormais dans votre Twingo !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Crazy, stupid, love

    aff1.jpg

    La soirée s’achevait et le diner s’était plutôt bien déroulé jusque-là mais en guise de dessert Cal (Steve Carell) vient d’apprendre que sa femme Emily (Julianne Moore) demande le divorce après 25 ans de mariage. Ce n’est pas tout puisqu’elle lui révèle également qu’elle l’a trompé avec David Lindhagen (Kevin Bacon), un collègue de bureau. Cal redevient donc bien malgré lui célibataire et noie ses soirées dans un bar où il ressasse ses désillusions à qui veut bien l’entendre et justement cela arrive aux oreilles de Jacob (Ryan Gosling) qui va le prendre en main. Celui-ci est le tombeur de la boite, (presque) aucune femme ne lui résiste et il va révéler tous ses secrets à son nouveau pote d’enfance. Première mission : changer complètement sa garde-robe et en un instant Cal va devenir le nouveau playboy du coin.

    01.jpg

    Quand Julianne Moore fait sa crise de la quarantaine, c’est notre pote Steve Carell qui en fait les frais et ça donne une comédie bien sympathique. Il ne faut pas être trop regardant sur le scénario qui reste très basique mais on s’attache rapidement aux personnages de Crazy, stupid, love et même le beau gosse Ryan Gosling parvient à se rendre charmant avec ses abdominaux en béton qui en énerveront plus d’un. Les seconds rôles (Jessica & Robbie) ont également une place importante dans le film et apportent un peu plus de fantaisie ainsi qu’une pointe de fraîcheur à l’histoire. Ça n’a rien de la comédie incontournable mais c’est en tout cas un film agréable qui vous fera sans aucun doute passer un bon moment.

     

    Il faut le voir pour : Répéter la chorégraphie de Dirty Dancing.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Blue valentine

    aff.jpg

    La rencontre entre Cindy & Dean (Michelle Williams & Ryan Gosling) est une belle histoire même si le couple a du traverser de terribles épreuves avant d’en arriver là où ils sont aujourd’hui. Parents d’une petite Frankie (Faith Wladyka), ils sont pourtant au bord de la séparation ; nous sommes bien loin de l’époque où ils étaient fous amoureux. C’est en faisant un déménagement que notre pote Dean a croisé pour la première fois Cindy et il est tombé immédiatement sous son charme. Il a fallu du temps avant que son coup de cœur ne trouve un écho car la jeune Cindy traversait une période difficile ; elle est tombée enceinte et ne se sentait pas prête à assumer cet enfant.

    01.jpg

    Elle en a fait du chemin depuis ses débuts dans Dawson notre chère Michelle Williams et on la retrouve dans un drame romantique assez perturbant. On est en effet un peu décontenancé lorsque le film se met à remonter le temps et le seul repère que j’ai pu trouver c’est l’évolution capillaire de Ryan Gosling ! Blue valentine s’attache donc à nous faire vivre de manière simultanée la formation d’un couple et son délitement conséquence d’un amour disparu. C’est un bon petit film qui doit énormément à son couple vedette mais pas de quoi marquer nos mémoires.

     

    Il faut le voir pour : Louer une chambre futuriste la prochaine fois que vous allez à l’hôtel.

    Lien permanent Catégories : L'avant-première impression, Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Half Nelson

     

    16aa5b5b5a17451c65eda9e5cac6f47e.jpg

    Il est rare de rencontrer de bons enseignants et notre pote Drey (Shareeka Epps) peut dire qu’elle a un prof d’histoire plutôt cool. En effet, Dan Dunne (Ryan Gosling) a une manière d’enseigner assez spécial mais il réussit à rendre ses cours intéressants et surtout ne pas prendre ses élèves pour des idiots. En plus de cela, il s’occupe également du club de basket de l’école et même si les résultats ne suivent pas ; toutes les filles donnent le meilleur d’elles-mêmes. Après un de ces matchs, Drey surprend son professeur caché dans les toilettes en train de fumer du crack, une découverte qui va changer leurs relations.

    c2422be2476626cb0b5d4c80ac038d10.jpg

     

    Contrairement à beaucoup de films du même genre, on échappe au schéma du professeur donneur de leçon au jeune en prise aux quartiers difficiles et c’est ce qui rend Half Nelson plus singulier que les autres films. Dans le déroulement de l’histoire également, on ne retrouve pas les éléments habituels d’autant que pour une fois, on ne se base pas sur une histoire réelle bref c’est un tantinet différent de ce que l’on a pu voir jusqu’à présent. Le point fort de ce film reste Ryan Gosling que je trouvais superficiel dans La faille et qui délivre cette fois une prestation digne du comédien qu’il est sans oublier la performance de la jeune Shareeka Epps dont c’est le premier grand rôle.

     

    Il faut le voir pour : Considérer toute notre histoire sous un nouvel angle.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2007 0 commentaire
  • La faille

     

    medium_aff.495.jpg

    Apprendre que l’on est trompé par sa femme est loin d’être réjouissant, pour notre pote Ted Crawford (Anthony Hopkins) et il est bien décidé à lui faire payer ! Il a réfléchi minutieusement à un plan machiavélique : il va tuer sa femme et demander à être libéré. Impossible ? C’est aussi ce que pensait le jeune prodige du barreau Willy Beachum (Ryan Gosling) qui a pris cette affaire comme une simple formalité puisqu’il avait une arme et des aveux signés. Il va apprendre à ses dépens que son adversaire a plus d’un tour dans son sac et qu’il pourrait bien parvenir à ses fins mais tout le monde a bien une faille !

     

    medium_01.479.jpg

    Anthony Hopkins est loin d’être un amateur et une fois encore il démontre tout son talent dans ce film qu’il porte vraiment à bout de bras. Face à lui, le jeune Ryan Gosling fait donc bien pâle figure constituant ainsi La faille de ce long métrage homonyme. Franchement, j’ai été emballé par le scénario et puis Hopkins est tellement savoureux dans son rôle de mari trompé et calculateur pernicieux. Impressionnant de charisme, cela accentue davantage la différence qui existe entre ce grand comédien et le jeune talent qu’est Gosling. Autre regret concernant la fin beaucoup trop prévisible et qui fait perdre un peu d’intérêt à ce film.

     

    Il faut le voir pour : Se dire que le crime parfait n’existe (toujours) pas.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2007 0 commentaire