Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 600 kilos d’or pur

    aff.jpg

    Bien décidé à prendre une retraite anticipée, notre pote Virgil (Clovis Cornillac) a mis sur pied un plan afin de subtiliser 600 kilos d’or. Un projet de grande envergure qu’il a mis au point avec l’aide conjuguée de plusieurs potes d’enfance : Lionel, Georges, Enzo & Rémi (Jean-Pierre Martins, Patrick Chesnais, Claudio Santamaria & Bruno Solo). Alors qu’ils s’apprêtent à mettre leur plan à exécution, Lionel meurt lors d’une attaque et c’est sa femme Camille (Audrey Dana) qui va prendre la relève. Ils parviennent à s’emparer de l’or mais leur fuite est contrariée ; l’hélicoptère est touché et ils doivent atterrir d’urgence en plein cœur d’une jungle hostile.

    01.jpg

    On ne peut que se réjouir de voir débarquer 600 kilos d’or pur, qui nous propose une visite guidée de la jungle équatorienne, dans les salles obscures car les films d’aventures français ne courent pas les rues. Eric Besnard a effectué un bon boulot, bien dosé en termes d’action au cœur de cette végétation luxuriante et oppressante (la jungle devenant pour ainsi dire un personnage à part entière) le film est porté également par un beau casting. Clovis Cornillac, Audrey Dana, Patrick Chesnais ou encore Bruno Solo nous accompagne dans un périple divertissant. S’il est loin d’être dénué de défauts, il n’en reste pas moins qu’il s’agit là d’un genre peu exploité chez nous qu’il est toujours agréable de découvrir.

     

    Il faut le voir pour : Eviter de trainer dans la jungle, c’est pas très rassurant !

    Lien permanent 0 commentaire
  • Le bruit des glaçons

    aff.jpg

    Ecrivain en mal d’inspiration, notre pote Charles (Jean Dujardin) noie sa détresse en vidant des bouteilles de vin. D’ailleurs, il dégustait un bon petit blanc lorsque cet homme est venu sonner à sa porte ; un invité bien curieux puisque celui-ci s’est présenté comme étant son Cancer (Albert Dupontel) ! Moment d’étonnement d’abord et puis après avoir repris quelques gorgées de blanc, il tente de s’en débarrasser en le jetant par-dessus la rambarde mais le cancer est un mal coriace ! Bien décidé à s’insinuer dans la plus stricte intimité de son hôte, il aimerait bien le faire mourir très vite mais Charles a une dernière volonté : lui laisser le temps d’aimer Louisa (Anne Alvaro).

    01.jpg

    Le dernier film de Bertrand Blier ne passera pas inaperçu déjà par son sujet -un cancer incarné par le toujours très bon Albert Dupontel- et aussi par sa forme. Bravo donc pour l’atypisme du scénario pourtant on déplore vite que l’enthousiasme s’évanouit au fil des minutes, le huis-clos dans cette villa finit par nous lasser des personnages malgré un Jean Dujardin d’excellent cru. Heureusement quelques répliques cinglantes nous font tenir le coup sans quoi la bouteille de vin blanc aura été un élément indispensable pour apprécier Le bruit des glaçons. A découvrir essentiellement pour l’originalité de son histoire.

     

    Il faut le voir pour : Prévoir une bouteille … d’eau pour ce soir !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Marmaduke

    aff.jpg

    C'est une opportunité qui ne se présentera qu'une fois pour Phil (Lee Pace) et la famille Winslow; ils laissent derrière eux le Kansas pour la Californie. Une nouvelle vie commence donc pour eux mais aussi pour leur chien Marmaduke qui va découvrir les joies du parc canin où il ne tarde pas à se trouver de nouveaux potes d'enfance. Le seul souci c'est que son arrivée ne plait pas à tout le monde et notamment Bosco, le chef des chiens de race et accessoirement le copain de la belle Jezebel. Comment Marmaduke pourra t-il s'imposer face à lui ? C'est tout simple, il va simplement le ridiculiser lors d'une compétition de surf et devient alors le toutou le plus cool du parc mais son nouveau comportement commence à en agacer certains.

    à&.jpg

    Si je vous dis Marmaduke, vous me demanderez certainement qui c'est ? Héros méconnu sur notre continent, il est plus populaire aux Etats-Unis où il est né du crayon de Brad Anderson en 1954. Si l'adaptation cinématographique aurait pu permettre à ce personnage d'acquérir un peu plus de notoriété, il aurait tout de même fallu ne pas pondre une comédie aussi affligeante. Un chien qui parle avec ses congénères et qui fait du break-dance ne suffit pas pour nous faire rire et quand l'inspiration manque, il suffit de lui faire jouer les pétomanes. Plus consternant que drôle, les jeunes enfants lui accorderont certainement plus de crédit mais pour les vrais spectateurs, repérez vite la sortie de la salle !

     

    Il faut le voir pour : Ne plus laisser votre chien monter dans votre lit !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Tell tale

    aff.jpg

    Il y a 5 mois, lorsque notre pote Terry (Josh Lucas) a eu la transplantation de son nouveau cœur, il se disait qu’une autre vie allait commencer pour lui et sa fille Angela (Beatrice Miller). Cette dernière souffre également d’une maladie rare et est suivie avec beaucoup d’attention par le docteur Elizabeth Clemson (Lena Headey). Jusqu’à présent, Terry se sentait bien mais ces derniers temps il est pris de malaises accompagnés de visions qu’il n’explique pas. Il va alors comprendre que tous ces symptômes sont liés à son nouveau cœur, l’organe a été prélevé auprès d’un certain Vieillard qui a été sauvagement assassiné.

    01.jpg

    L’histoire nous rappelle un film comme The eye à la différence qu’ici on a préféré se tourner vers le genre thriller au lieu de l’épouvante. Le résultat n’est pas forcément bien meilleur, Tell tale se laisse voir il n’y aucun doute là-dessus malheureusement, il ne possède aucun atout valable pour tracer sa route au cinéma. Que ce soit au niveau de l’intrigue, de l’interprétation ou bien encore le rythme du film ; rien ne le fait émerger de l’océan de médiocrité. A voir puis à oublier ou alors à oublier tout de suite !

     

    Il faut le voir pour : Ne pas vous faire implanter n’importe quel cœur !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Cleveland contre Wall street

    aff1.jpg

    Le quartier Est de Cleveland, Ohio connait une véritable crise. Chaque semaine qui passe, des maisons sont saisies et des familles sont expulsées ruinées par les nombreux emprunts qu’ils ont contractés et notamment les célèbres subprimes. Les victimes se sont réunies pour porter cette affaire en justice car pour elles, les responsables sont les banques qui règnent à Wall Street. L’avocat Josh Cohen est devenu l’avocat des parties civiles et il est chargé d’attaquer 21 banques mais jusqu’à présent aucun procès ne s’est ouvert. Avec la collaboration du réalisateur Jean-Stéphane Bron, ils vont organiser le procès qu’ils attendent avec les véritables acteurs de cette affaire en espérant qu’un jour la justice américaine se réveille.

    02.jpg

    Cleveland contre Wall street n’est pas à proprement parler un documentaire puisque le procès auquel il s’intéresse est en réalité une simulation d’un procès attendu. On nous plonge dans la détresse de nombreuses familles de Cleveland ruinées par la fameuse crise et qui cherchent maintenant à faire payer les vrais coupables : la machine financière de Wall Street. D’un coté, les victimes s’estiment lésés et trompés par les grosses banques d’affaires qui de leur coté réfutent toutes responsabilités. C’est donc un jeu de ping-pong qui s’instaure entre les 2 parties mais sans aboutissement si ce n’est de voir un jour ce procès avoir réellement lieu dans la justice américaine. Intéressant notamment pour les spectateurs qui veulent un cours de rattrapage pour comprendre le marasme économique dans lequel sont plongées certaines régions américaines.

     

    Il faut le voir pour : Réfléchir à 2 fois avant de prendre un nouveau crédit.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • D’amour et d’eau fraiche

    aff.jpg

    A 23 ans, Julie Bataille (Anaïs Demoustier) cherche une certaine stabilité dans sa vie. Pour le moment, elle a trouvé un CDD dans une boite de communication grâce aux relations de son grand frère mais ce travail est loin de répondre à ses attentes. Coté cœur, ce n’est guère plus réjouissant, la jeune femme accumule les aventures sans lendemain et cette situation instable n’est pas sans inquiéter son entourage. Au cours d’un entretien pour un nouveau job, elle fait la connaissance de Ben (Pio Marmaï) un soi-disant comédien qui lui aussi se cherche un peu. Dès lors, ils ne se quittent plus et lors d’un voyage, Julie découvre la vérité au sujet de son compagnon.

    01.jpg

    Itinéraire d’une jeune femme un peu paumée aussi bien du point de vue sentimental - elle enchaine les aventures sans lendemain - que professionnel - elle galère pour trouver un boulot qui la passionne. Le portrait de Julie Bataille est le reflet d’une génération qui remet en cause le système dans lequel ils évoluent sans en comprendre forcément tous les rouages. Anaïs Demoustier & Pio Marmaï forment un joli couple malgré tout leur complicité ne saute pas aux yeux ce qui handicape pas mal D’amour et d’eau fraiche, un film au final assez léger et sans grandes prétentions.

     

    Il faut le voir pour : Se demander si ça vaut le coup d’avoir un diplôme à Bac + 5 …

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Sexy Dance 3 - The battle

    aff.jpg

    Moose (Adam G. Sevani) a décidé d'être sérieux et il a promis à ses parents qu'il arrêterait la danse pour mieux se consacrer à ses études. Il intègre donc l'université avec sa pote d'enfance Camille (Alyson Stoner) mais il n'a pas encore franchi les portes qu'il est déjà parti faire étalage de ses talents au cours d'une battle. Une prestation qui n'est pas passé inaperçu aux yeux de Luke (Rick Malambri) qui voit en lui un nouveau membre de son crew les Pirates. Une bonne nouvelle n'arrivant jamais seule, la belle et non moins talentueuse Natalie (Sharni Vinson) fait également son apparition et toute la bande est fin prête à participer au grand tournoi du World Jam.

    01.jpg

    Crew, battle, jam ; si ces termes barbares ne vous inspirent rien alors vous êtes définitivement dépassés par la mode de ces films de danse hip-hop. On reprend donc une recette que l'on connait par cœur ; une bande de potes d'enfance réunis par l'amour de la danse, une romance tumultueuse et un obstacle qui apparait comme par miracle avant le grand final. Sexy Dance 3 - The battle n'invente donc rien par contre les chorégraphies sont de toute beauté intégrant notamment des jeux de lumière qui font leur effet. Cinématiquement parlant, c'est un film sans grande valeur mais coté spectacle the show must go on !

     

    Il faut le voir pour : Créer votre propre poignée de mains pour rester dans le coup !

     

    En savoir plus sur Sexy Dance ?

    En savoir plus sur Sexy Dance 2 ?

    En savoir plus sur Sexy Dance 4 - Miami Heat ?

    En savoir plus sur Sexy Dance 5 - All in Vegas ?

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Crime d’amour

    aff.jpg

    Sérieuse et extrêmement appliquée, Isabelle (Ludivine Sagnier) est une assistante hors-pair pour Christine (Kristin Scott-Thomas) qui profite sans gêne de l’investissement de sa subalterne. Alors qu’Isabelle s’était rendue en Egypte pour présenter un dossier qu’elle a personnellement monté du début jusqu’à la fin, Christine s’est attribuée tous les mérites ce qui lui a permis de se voir offrir un poste particulièrement prisé à New-York. Entre les 2 femmes, l’entente jusqu’ici cordiale se métamorphose peu à peu en un règlement de comptes où tous les coups sont permis.

    01.jpg

    Crêpage de chignons sur fonds de thriller où les apparences sont souvent trompeuses. Femmes ambitieuses que rien n’arrêtent, Kristin Scott-Thomas & Ludivine Sagnier ne lésinent pas sur les coups bas et manipulent leur entourage comme des marionnettes. On ne peut pas dire que Crime d’amour soit un mauvais film mais son principal défaut est de ne jamais réussir à emballer une intrigue manquant de spontanéité. Même le twist des dernières minutes ne parvient pas à nous sortir de la torpeur dans laquelle on finit par se noyer, un film qu’on a vite fait d’oublier une fois qu’on l’a vu donc est-ce que ça vaut réellement la peine d’aller le voir …

     

    Il faut le voir pour : Garder votre ticket de cinéma, ça pourrait vous disculper de meurtre !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Expendables : Unité spéciale

    aff.jpg

    Vilena est une île située en Amérique latine où le régime dictatorial du général Garza (David Zayas) provoque actuellement de nombreuses inquiétudes. Cela est d'autant plus vrai que dans son ombre se cache un homme du nom de James Monroe (Eric Roberts) qui apporte à cette île un apport financier aussi important que suspicieux. La CIA a décidé d'agir de manière informelle, elle a fait appel à des mercenaires aux méthodes explosives mené par Barney Ross (Syvester Stallone). Il part donc en reconnaissance en compagnie de son pote d'enfance Lee Christmas (Jason Statham) et rencontre un contact sur place ; Sandra (Gisèle Itié) qui n'est autre que la fille du général. La mission est de mettre fin aux agissements de Garza et de son armée de plus de 200 soldats, une broutille pour les Expendables !

    01.jpg

    Avant même sa sortie en salles, Expendables : Unité spéciale est d'ores et déjà un film culte pour son casting de rêve : Stallone, Statham, Lundgren, Li, Couture, Austin et des apparitions remarquées de Bruce Willis, Mickey Rourke et du gouverneur Arnold Schwarzenegger. La testostérone déborde de ce film d'action, ça canarde dans tous les sens et les corps se déchiquettent, Stallone sait parfaitement comment divertir les spectateurs et il ne nous reste plus qu'à déguster le résultat avec son paquet de pop-corn. Évidemment, les femmes risquent de se sentir exclues devant un tel film mais pour les vrais mecs, c'est le film à ne pas louper et donc un Coup de cœur Ciné2909 !

     

    Il faut le voir pour : Apprendre que plus un flingue fait du bruit, plus il est efficace !

    Lien permanent Catégories : Les coups de coeur, Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Karaté Kid

    aff.jpg

    C'est une toute nouvelle vie qui commence pour Tre Parker (Jaden Smith) et sa mère Sherry (Taraji P. Henson) ; ils quittent Detroit pour la Chine ! Le déménagement n'emballe pas vraiment le jeune garçon et à peine est-il arrivé qu'il est déjà pris en grippe par Cheng (Zhenwei Wang) et sa bande. Après s'être pris une belle raclée, Tre cherche à apprendre le kung-fu mais manque de bol, l'école qui l'intéressait est fréquentée par son pire ennemi. Il va alors trouver un professeur providentiel en la personne de M. Han (Jackie Chan), le concierge de sa résidence qui s'avère être un redoutable combattant. Son entrainement débute mais les méthodes utilisées sont pour le moins étranges.

    01.jpg

    Les souvenirs vont vite remonter à la surface, Karaté Kid était à l'époque un film qui a marqué toute une génération. Exit Ralph Macchio & Pat Morita et place à la jeunesse de Jaden Smith (qui peut remercier papa Will Smith le producteur) et le célèbre Jackie Chan. Loin d'être friand des remakes, celui-ci tient bien la route avec notamment des combats très dynamiques et Jackie Chan employé à autre chose qu'à faire le guignol de service. Malgré une durée de 2H19, on est déçu que le tournoi final ne soit pas plus développé histoire de montrer un peu plus de combats.

     

    Il faut le voir pour : Accrocher correctement votre veste quand vous rentrez à la maison.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire