Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

geneviève mnich

  • Les héritiers

    star 03.5.jpg

    aff.jpg

    Cela fait 20 ans que notre pote Anne Gueguen (Ariane Ascaride) enseigne et elle s’efforce de le faire sans faire tomber ses élèves dans la morosité. Professeur d’Histoire-Géographie au lycée polyvalent Léon Blum de Créteil, elle est le professeur principal d'une classe de seconde loin d’être exemplaire. Chahutages, retards, résultats catastrophiques ; le deuxième trimestre semble être sur la lancée du premier et pour certains, ces adolescents ne sont rien de plus que des cas désespérés. Anne n’étant pas du genre à abandonner ses élèves va inscrire cette classe à un concours prestigieux sur la résistance et la déportation. Un choix curieux car les élèves eux-mêmes ne s’estiment pas capables de conduire un tel projet.

    01.jpg

    Des élèves en difficultés scolaires, un professeur qui croit en eux et une belle histoire ; je ne sais pas vous mais moi ça me rappelle immédiatement Esprits rebelles. Là aussi le film de Marie-Castille Mention-Schaar est basé sur la réalité et va jusqu’à utiliser la même recette comme la relation amoureuse naissante, le pote effacé qui finit par s’affirmer ou l’élève d’abord réfractaire mais qui finit par rejoindre le groupe. Malgré cela, Les héritiers réussit à nous toucher d’abord grâce à une Ariane Ascaride éblouissante et par le sujet fort qui y est évoqué. Certains passages vous feront sans doute monter les larmes aux yeux et on a souvent la gorge nouée comme avec ce témoignage poignant de Léon Zyguel. Un film qui brille par l’énergie déployée par ses jeunes comédiens et son sujet nous faisant oublier les quelques facilités scénaristiques.

     

    Il faut le voir pour : Demander à vos profs d’être moins moroses !

    Lien permanent Catégories : L'avant-première impression, Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Bowling

    star 02.jpg

    2535282206.14.jpg

    Un hôpital situé à Carhaix en Bretagne, c’est là que Catherine (Catherine Frot) vient d’être nommée DRH. Elle est venue pour dresser un bilan et le directeur de l’établissement souhaiterait notamment se débarrasser du service Maternité qui est largement déficitaire. Il y a le travail d’un coté et le loisir de l’autre et c’est ainsi qu’elle va rejoindre le club de bowling de la ville où l’accueillent ses nouvelles potes d’enfance Mathilde, Firmine & Louise (Mathilde Seignier, Firmine Richard & Laurence Arné). Une amitié qui sera mis à mal puisque Mathilde & Firmine travaillent justement à la maternité de Carhaix et elles sont effondrées à l’annonce de sa fermeture. Loin de baisser les bras, elles vont tout faire pour sauver leur emploi.

    01.jpg

    Drame social, film de bonnes copines ou encore comédie franchouillarde ; Bowling c’est un peu un mélange de toute cela à la fois. L’histoire inspirée de faits réels est belle et la réalisatrice Marie-Castille Mention-Schaar qui signe sa première expérience sur le grand écran ne fait que l’enjoliver. Pas beaucoup d’enthousiasme non plus à travers notre quatuor d’héroïnes, elles peuvent heureusement compter sur la gouaille de la bretantillaise Firmine Richard pour nous amuser un peu. Il y avait ensuite ce "sport" ; le bowling qui n’a pas su être mis en valeur et qui se résume en un quelconque championnat sans engouement. En résumé on est loin du Strike !

     

    Il faut le voir pour : Ne pas oublier d’avertir les autres automobilistes lorsque vous vous garez.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • Happy Few

    aff.jpg

    Rachel et Vincent (Marina Foïs & Nicolas Duvauchelle) se sont rencontrés dans le cadre de leur travail et comme le courant passait bien entre eux ; ils sont rapidement devenus potes d’enfance. Ils décident alors de faire une rencontre avec leurs conjoints respectifs Teri (Elodie Bouchez), la femme de Vincent et Franck (Roschdy Zem), le mari de Rachel Là encore, les affinités sont immédiates mais l’histoire de ces couples prend une tout autre tournure lorsque Franck embrasse Teri. N’ayant pas l’intention de garder un tel secret, il se confie immédiatement et la réaction est pour le moins étonnante. Rachel & Vincent forment à leur tour un couple et ces 4 adultes décident sans complexes d’échanger leurs partenaires lorsque l’envie se fait sentir.

    02.jpg

    Du désir à l’amour il n’y a parfois qu’un pas ! Le film d’Antony Cordier dévoile sans retenue aucune la vie sexuelle débridée de 2 couples à la recherche d’une nouvelle passion et qui va se muer en une véritable relation. Coté casting c’est un sans faute ; Marina Foïs, Elodie Bouchez, Roschdy Zem & Nicolas Duvauchelle se livrent corps et âme dans leur rôle sans que cela ne tombe une seule seconde dans la vulgarité. Le petit détail qui intervient à la fin de l’histoire ravive un peu l’intérêt que l’on porte à Happy Few malgré tout ça reste un film où il ne se passe strictement rien. C’est un peu comme le désir sexuel, une fois qu’on a eu ce qu’on voulait on s’en lasse très vite.

     

    Il faut le voir pour : Apprendre à donner une gifle.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Le bruit des glaçons

    aff.jpg

    Ecrivain en mal d’inspiration, notre pote Charles (Jean Dujardin) noie sa détresse en vidant des bouteilles de vin. D’ailleurs, il dégustait un bon petit blanc lorsque cet homme est venu sonner à sa porte ; un invité bien curieux puisque celui-ci s’est présenté comme étant son Cancer (Albert Dupontel) ! Moment d’étonnement d’abord et puis après avoir repris quelques gorgées de blanc, il tente de s’en débarrasser en le jetant par-dessus la rambarde mais le cancer est un mal coriace ! Bien décidé à s’insinuer dans la plus stricte intimité de son hôte, il aimerait bien le faire mourir très vite mais Charles a une dernière volonté : lui laisser le temps d’aimer Louisa (Anne Alvaro).

    01.jpg

    Le dernier film de Bertrand Blier ne passera pas inaperçu déjà par son sujet -un cancer incarné par le toujours très bon Albert Dupontel- et aussi par sa forme. Bravo donc pour l’atypisme du scénario pourtant on déplore vite que l’enthousiasme s’évanouit au fil des minutes, le huis-clos dans cette villa finit par nous lasser des personnages malgré un Jean Dujardin d’excellent cru. Heureusement quelques répliques cinglantes nous font tenir le coup sans quoi la bouteille de vin blanc aura été un élément indispensable pour apprécier Le bruit des glaçons. A découvrir essentiellement pour l’originalité de son histoire.

     

    Il faut le voir pour : Prévoir une bouteille … d’eau pour ce soir !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire