Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alicia vikander

  • The danish girl

    star 02.5.jpg

    AFF1 (2).jpg

    C'est l'amour qui a réuni Gerda & Einar Wegener (Alicia Vikander & Eddie Redmayne) mais ce couple partage aussi une passion commune pour la peinture. Alors que notre pote Einar a construit sa renommée avec ses splendides représentations de paysages, sa femme préfère elle travailler les portraits. Pour la jeune femme, le succès n'est pas encore au rendez-vous car Gerda n'a pas encore trouver sa muse et c'est une certaine Lili qui va lui donner l'inspiration. Ce modèle est présentée à tous comme étant la cousine d'Einar mais derrière ce travestissement se cache en réalité le peintre lui-même. Lilli fait ressortir sa féminité et il se rend compte qu'il s'agit là de va véritable personnalité.

    01.jpg
    Le réalisateur Tom Hooper associé à l'Oscarisé Eddie Redmayne, ce biopic consacré au destin de Lili Elbe partait ainsi sous les meilleurs auspices. Après sa performance remarquée dans Une merveilleuse histoire du temps, l'acteur britannique se montre une fois de plus brillant et nous bluffe avec son physique androgyne. On saluera aussi à ses cotés la belle prestation d'Alicia Vikander formant ainsi un joli duo à l'écran. Le souci c'est que, hormis ces belles performances, l'histoire que dévoile The danish girl agit auprès du spectateur comme une anesthésie. Un film en demi-teinte ; les acteurs sont magnifiques mais se perdent dans une mise en scène sans passion.

     

    Il faut le voir pour : Consulter votre mec / mari avant de choisir votre prochaine nuisette !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • A vif !

    star 03.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Le nom d'Adam Jones (Bradley Cooper) était autrefois connu dans le milieu culinaire mais après avoir été récompensé par 2 étoiles au guide Michelin, il a tout gâché ! Il a ainsi quitté la France et durant 3 ans, il ne s'est contenté que d'ouvrir des huîtres en Louisiane jusqu'à aujourd'hui où il veut plus que tout relancer sa carrière. Le voilà à Londres où il va se faire engager dans le restaurant de son pote Tony (Daniel Brühl) avec l'objectif annoncé d'obtenir sa 3ème étoile. Pour composer sa brigade, il va faire appel à ceux avec qui il a travaillé auparavant mais va également débaucher de jeunes talents comme Helene (Sienna Miller).

    01.jpg

     La gourmandise appelle une nouvelle fois les spectateurs dans les salles. A vif ! Nous invite donc à suivre le retour au premier plan d'Adam Jones, personnage qui sait se montrer aussi attachant qu'il est arrogant. Un scénario somme toute assez fade mais qui est compensé par une réalisation plutôt dynamique de la part de notre pote John Wells enrobée par des images qui pourrait rapidement vous donner l'eau à la bouche. Un film totalement convenu mais qui n'en reste pas moins plaisant surtout qu'en plus il réunit du beau monde comme Emma Thompson, Daniel Brühl, notre pote Omar Sy, Riccardo Scamarcio ou encore un passage furtif d'Uma Thurman.

     

     
    Il faut le voir pour : Connaître le protocole qui vous fera passer pour des critiques du guide Michelin !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Le septième fils

    star 01.5.jpg

    AFF.jpg

    Notre pote Tom Ward (Ben Barnes) est quelqu’un de spécial car il est le 7ème fils d’un 7ème fils. D’ailleurs, des pouvoirs se sont manifestés en lui sous la forme de visions ainsi lorsqu’il a vu arriver Maitre Gregory (Jeff Bridges), il savait qu’il devrait le suivre en devenant son apprenti. Cet homme est en fait un épouvanteur c’est-à-dire qu’il combat les créatures de l’ombre et un grand danger menace notre monde. Mère Malkin (Julianne Moore) s’est libérée et sa première victime fut l’ancien apprenti de Gregory ; elle s’apprête maintenant à faire déferler les ténèbres et cela se fera lorsque la lune de sang sera pleine.

    01.jpg

    C’est une nouvelle œuvre d’Heroic-Fantasy qui débarque sur nos écrans avec cette adaptation des livres de Joseph Delaney. Au programme, un jeune homme possédant un grand potentiel, un monde en danger et au milieu de tout ça de la magie, des sorcières, des ogres et j’en passe. Si Le septième fils peut compter sur des scènes d’action plutôt agréables sans pour autant être époustouflantes, la galerie de personnages ne possède pas beaucoup de charme. On croirait notre pote Jeff Bridges débarqué du film R.I.P.D. Brigade fantôme, Ben Barnes n’est pas loin d’être transparent et les méchants de service sont anecdotiques. Un film qui au final ne dispose que de peu d’intérêt et donc on s’en passera volontiers.

     

    Il faut le voir pour : Prendre vos précautions après votre 6ème enfant !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Le cinquième pouvoir

    star 02.5.jpg

    aff.jpg

    Wikileaks. En 2007, personne ne connait réellement ce site d’informations révolutionnaire qui écrira une page de l’histoire et rendra Julien Assange (Benedict Cumberbatch) célèbre à travers le monde. Partisan de la vérité ou terroriste, chacun se forgera sa propre opinion sur ce personnage controversé capable de faire trembler des gouvernements. Quand notre pote Daniel Domscheit-Berg (Daniel Brühl) fait sa rencontre et s’associe avec lui,  il ne s’imaginait certainement pas qu’ils auraient autant de pouvoirs entre leurs mains. Leur site dévoile au grand jour les secrets les plus inavouables, les images qu’on a cherché à cacher au grand public jusqu’à ce jour fatidique où plus de 90 000 documents militaires américains sont publiés.

    01.jpg

    A moins de se réveiller d’un profond coma ou d’être resté au Minitel, impossible d’avoir manqué la médiatique affaire Wikileaks. C’est aussi à ce moment là qu’on a commencé à entendre le nom de Julien Assange, le fondateur et pendant un temps ennemi numéro 1 de nombreux gouvernements. Le cinquième pouvoir revient donc sur ce scandale avec un incroyable Benedict Cumberbatch bluffant dans la peau de ce justicier aux desseins ambigus. C’est clairement sa performance qui permet au film de surnager car en dehors de ça, c’est assez plat puisque le film se contente d’une reconstitution des coulisses du scandale. On pourra s’interroger aussi sur l’objectivité de ce portrait quand on sait qu’il s’inspire notamment du livre écrit par son ancien associé Daniel Domscheit-Berg.

     

    Il faut le voir pour : Apprendre les véritables explications des cheveux blancs d’Assange !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Anna Karenine

    star 02.5.jpg

    2535282206.20.jpg

    Russie impériale en 1874. Afin de consoler sa belle-sœur Dolly (Kelly Macdonald), Anna Karénine (Keira Knightley) laisse pendant quelque temps mari et enfant pour se rendre à Moscou. A son arrivée, elle croise le regard du Comte Vronski (Aaron Taylor-Jonhson) et le coup de foudre est aussi instantané qu’il est réciproque mais l’officier est déjà engagé auprès de Kitty (Alicia Vikander). Pour éviter un scandale, Anna décide de retourner auprès de sa famille à Saint-Pétersbourg mais à sa grande surprise, Vronski l’a suivi. Elle aura tout fait pour résister à cette tentation mais l’amour est plus fort que tout et très vite des rumeurs naissent sur leur relation qui arrivent aux oreilles de l’époux d’Anna, Alexei (Jude Law).

    01.jpg

    L’œuvre de Tolstoï n’en est pas à sa première adaptation cinématographique aussi fallait-il que le réalisateur Joe Wright nous propose quelque chose d’inédit. C’est donc à travers une mise en scène particulièrement soignée que vous allez (re-)découvrir les malheurs d’Anna Karenine et c’est un spectacle plutôt enchanteur du moins au début. Le spectateur se retrouve dans les mêmes conditions que dans une salle de théâtre, de simples décors succèdent à de véritables paysages et tout ça apporte un vrai dynamisme qui s’éteint assez soudainement. Reste alors plus qu’à suivre les échanges entre Knightley, Taylor-Jonhson & Law qui finissent rapidement par rendre le film bien monotone.

     

    Il faut le voir pour : Préparer une soupe aux choux à la russe pour votre diner.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • Royal affair

    star 03.5.jpg

    aff.jpg

    Fin du 18ème siècle. Alors qu’elle n’a jamais eu l’occasion de quitter l’Angleterre, Caroline Mathilde (Alicia Vikander) est devenue souveraine du Danemark. On a en effet arrangé son mariage avec le roi Christian VII (Mikkel Boe Folsgaard) et si elle avait au départ l’espoir de rencontrer un homme d’exception, la réalité la ramène vite sur terre. Il est vrai que Christian est un drôle d’énergumène et certains diraient même qu’il est fou. C’est pour cela qu’on lui adjoint un médecin personnel et son choix va se porter sur Johann Struensee (Mads Mikkelsen) qui deviendra également un vrai pote d’enfance. Son influence sur le roi est telle qu’elle va permettre au Danemark d’entrer de plein pied dans une nouvelle ère mais le médecin va également se faire remarquer en entretenant une relation avec Caroline.

    01.jpg

    L’histoire de la monarchie danoise ne figure pas forcément dans nos centres d’intérêts mais cette reconstitution historique mérite bien un coup d’œil. Déjà la présence de Mads Mikkelsen est un gage de qualité d’autant plus qu’il est en charmante compagnie avec la belle Alicia Vikander mais tous deux se font voler la vedette par Mikkel Boe Folsgaard dans le rôle de ce roi excentrique. Que ce soit à travers ses actions ou bien même sa façon de s’exprimer, on croirait ce personnage tout droit sorti d’une comédie ce qui fait donne à Royal affair une vraie identité. Une belle distribution, une histoire captivante mais aussi drôle ; c’est vraiment une bonne découverte qui nous change des reconstitutions trop souvent poussiéreuses.

     

    Il faut le voir pour : Commencer à s’intéresser à l’Histoire du Danemark !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire