Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Belle comme la femme d’un autre

    star 01.5.jpg

    aff.jpg

    La prochaine étape pour nos potes Clémence & Gabriel (Zabou Breitman & Olivier Marchal) c’est le mariage mais la jeune femme a encore quelques doutes. Après un premier mariage qui a tourné au fiasco et aussi avec tous ces couples en crise qu’elle voit passer à son bureau de juge, elle est en proie à de nombreux doutes. C’est pour cela qu’elle a fait appel à l’agence Darling Trap qui se charge de tester la fidélité des hommes. La testeuse s’appelle Olivia (Audrey Fleurot) et c’est à la Réunion qu’elle va s’occuper du cas de Gabriel. Prise de remords, Clémence décide finalement d’interrompre l’expérience mais il semblerait bien qu’il soit déjà trop tard !

    01.jpg

    L’homme fidèle est-il une espèce en voie de disparition ? Il semblerait bien que oui au regard de ce second film de Catherine Castel et le moins que l’on puisse dire c’est que la gente masculine en prend pour son grade. Le scénario est propice à une série de quiproquos malheureusement Belle comme la femme d’un autre n’est pas loin de l’ennui sidéral. Lorsqu’ils ne sont pas totalement caricaturaux (M. Smith et son assistant), les personnages se montrent sans saveur et surtout l’humour semble lui aussi avoir succombé à de nombreuses infidélités. Une comédie sans idées et qu’on va ranger sur l’étagère des films à oublier ou ignorer au choix.

     

    Il faut le voir pour : Tester la chemise hawaïenne avec le costume !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Lulu femme nue

    star 03.5.jpg

    aff.jpg

    Elle était venue jusqu’à Saint-Gilles-Croix-de-Vie pour passer un entretien pour un poste de secrétaire mais cela n’a pas marché. Ce n’est décidément pas une bonne journée pour notre pote Lulu (Karin Viard) puisqu’elle manque le dernier train pour rentrer chez elle à Agen et doit donc passer la nuit dans un petit hôtel. Le lendemain, elle comptait retourner à la maison mais finalement une alliance égarée va prolonger son séjour. La jeune femme aura ainsi l’occasion de rencontrer Charles (Bouli Lanners) qui va lui faire oublier les tracas du quotidien mais dans son entourage, on s’inquiète. C’est d’abord sa sœur Cécile (Marie Payen) qui vient la chercher bientôt rejoint par Morgane (Solène Rigot), la fille ainée de Lulu.

    01.jpg

    On ne s’ennuie jamais avec le cinéma de Solveig Anspach et après l’atypique Queen of Montreuil, elle adapte une bande-dessinée en l’occurrence celle d’Etienne Davodeau. Lulu femme nue, c’est le portrait d’une mère de famille quelconque mais qui a soudainement l’occasion de prendre du recul sur son quotidien et faire en quelque sorte un bilan. S’en suit alors une émouvante aventure humaine où rayonne Karin Viard ainsi que cette galerie de personnages secondaires dont les marrants Pascal Demolon & Philippe Rebbot sans oublier la touchante Claude Gensac. Un film qui brille tant par sa simplicité que par la sincérité qui s’en dégage et donc une belle surprise à découvrir.

     

    Il faut le voir pour : Penser à prendre un croissant pour accompagner votre café !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Dragon Ball Z : La menace de Namek

    star 02.jpg

    aff.jpg

    La Terre vit-elle ses derniers instants ? C’est ce que l’on imagine lorsqu’on voit qu’un astre gigantesque s’apprête à entrer en collision avec notre planète. Il reste un mince espoir et c’est Sangoku et son pote d’enfance Krilin qui vont venir à notre secours. La planète échappe de peu à la destruction mais une nouvelle menace surgit ; un vaisseau spatial est apparu avec à son bord des soldats obéissant aux ordres d’un certain Slug. Sangohan intervient alors pour défendre les habitants de la Terre mais il ne fait pas le poids et surtout la boule de cristal qu’il arbore sur son chapeau va réveiller de vieux souvenirs chez Slug. Ce dernier demande immédiatement à ses hommes de récupérer les 7 boules de cristal afin d’invoquer le dragon et d’obtenir la jeunesse éternelle.

    01.jpg

    Alors que dans le manga d’Akira Toriyama on découvrait les origines de Piccolo, voilà qu’un de ses lointains cousins vient nous rendre visite sur Terre et mon petit doigt me dit qu’il ne vient pas avec de bonnes intentions. Coté scénario, on ne s’est pas beaucoup foulé avec Dragon Ball Z : La menace de Namek puisqu’à peu de choses près on a quasiment le même qu’avec Le combat fratricide où notre planète court un grand danger. C’est toutefois l’occasion d’apprendre un des points faibles du peuple vert à travers une mélodie qui pourrait bien rester dans la tête (et éventuellement vous taper sur les nerfs).  A noter que le titre japonais fait mention de la transformation en Super Saiyajin mais que Goku n’arbore pas encore sa célèbre chevelure dorée. Encore un film dont on se serait bien passé !

     

    En savoir plus sur Dragon Ball Z : A la poursuite de Garlic ?

    En savoir plus sur Dragon Ball Z : Le robot des glaces ?

    En savoir plus sur Dragon Ball Z : Le combat fratricide ?

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2013-2014 0 commentaire
  • Le jeu de la vérité

    star 02.5.jpg

    aff.jpg

    Réunis pour leur traditionnel diner ; nos potes Jules, Pascal & Fabrice (Philippe Lellouche, Christian Vadim & David Brécourt) sont loin d’imaginer la soirée mouvementée qui les attend. C’est en fait la présence d’un 4ème invité qui va apporter un peu d’animation et il ne s’agit pas de n’importe qui. En effet, Jules a eu la surprise de reprendre contact avec Margaux (Vanessa Demouy) via Facebook et au temps du lycée elle avait fait tourner la tête de tous les garçons. L’occasion était donc trop belle pour ne pas organiser leurs retrouvailles 20 ans après. Alors qu’ils sont déjà comme des fous à l’idée de la revoir s’imaginant déjà la séduire, lorsque celle-ci fait enfin son apparition ils vont avoir une drôle de surprise.

    01.jpg

    Quand on rencontre le succès au théâtre, on est évidemment tenté de le mettre en scène sur le grand écran. La formule n’est pas nouvelle mais ne garantit pas toujours le succès et Le jeu de la vérité laissera un sentiment mitigé. On ne peut pas dire que le passage au cinéma mette en valeur des dialogues pas toujours très raffinés et un humour loin de nous garantir les crises de rires malgré l’alchimie évidente de cette bande. En revanche, ce qui est bien plus intéressant, ça reste cette histoire autour du personnage de Margaux (qu’on ne peut évidemment pas dévoiler)  qui vient peut-être pas briser mais ébranler quelques tabous. Une adaptation qui n’ose pas beaucoup et c’est bien ce qu’on regrette le plus.

     

    Il faut le voir pour : Insister pour que vos enfants regardent plutôt Bambi que Le roi lion !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Prêt à tout

    star 02.5.jpg

    aff.jpg

    Max (Max Boublil) a fait fortune avec ses potes d’enfance Malik & Jim (Redouanne Harjane & Steve Tran) grâce à un site Internet mais il est toujours à la recherche de l’amour. La femme de sa vie, il l’a rencontré voici 8 ans sur les bancs de la fac mais à l’époque il s’était pris un énorme râteau. Quand il a revu le visage d’Alice (Aïssa Maïga) à la télévision, son cœur a de nouveau chaviré et aujourd’hui il se sent prêt à tout pour la séduire. C’est donc sans hésitations qu’il a racheté l’usine de Bang où travaille justement la jeune femme pour se rapprocher d’elle. Mieux encore, il va se faire passer pour un ouvrier récemment embauché mais même avec tout ça, c’est loin d’être gagné !

    01.jpg

    C’est en partant du vieil adage que l’argent ne fait pas le bonheur que s’est construit le scénario de Prêt à tout, énième comédie romantique. Ce n’est pas du coté de l’histoire et encore moins de son dénouement écrit d’avance (Max réussira-t-il à séduire Alice, quel suspense !!) qu’on trouvera la moindre satisfaction reste donc le couple Aïssa Maïga / Max Boublil. On ne peut pas dire que l’alchimie du duo soit flagrante mais ils parviennent quand même à apporter un peu de bonne humeur sans jamais provoquer les fous rires. Pas grand-chose à retenir de ce film donc, on passe tout de même un bon moment ce qui vous permettra de vous changer les idées mais rien de plus.

     

    Il faut le voir pour : Faire une grève au boulot pour obtenir des massages au bureau !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • L’attaque des tomates tueuses

    star 01.5.jpg

    aff.jpg

    C’est l’affolement général aux Etats-Unis et même le Président semble impuissant face à la menace que représentent … les tomates ! Ces fruits ont fait l’objet de curieuses expériences sous le nom de code Projet GD-3 et ont soudainement pris vie s’attaquant maintenant à toux ceux qu’ils croisent. Mason Dixon (David Miller) est chargé de contrôler cette crise et surtout éviter de provoquer une panique générale auprès de la population. Pour l’aider dans sa mission, on lui a assigné 4 des meilleurs agents de terrain dont un expert du camouflage ou encore une championne de natation. Cette équipe parviendra-t-elle toutefois à contenir les attaques de plus en plus fréquentes de ces tomates tueuses !

    01.jpg

    Oh, ne vous marrez pas tout de suite car avec les OGM et toutes ces manipulations qui sait si cette incroyable histoire ne deviendra pas un jour réalité. Bon d’ici là, c’est sur qu’il est bien difficile de prendre L’attaque des tomates tueuses au sérieux. Réalisée en 1978, cette comédie n’a pas très bien murie même si le second degré très prononcé donne lieu à quelques moments de rigolades. Le must reste évidemment les scènes où entrent en action les fameux fruits rouges sans pitié faisant couler à flot de la sauce tomate ce qui pourrait bien vous dégouter pendant quelques temps du ketchup. Un nanar annoncé et assumé, un film qui pourrait bien égayer une soirée entre potes d’enfance autour d’un bon plat de tomates farcies !

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2013-2014 0 commentaire
  • R

    star 03.jpg

    aff.jpg

    Premier jour d’incarcération à la prison d’Horsens pour notre pote Rune (Pilou Asbæk) qui a écopé d’une peine de 2 ans. Les gardiens l’ont prévenu, il est attendu et plus particulièrement par Mureren (Roland Møller)  qui ne manque pas l’occasion de lui mettre tout de suite la pression. En fait le deal est simple ; si Rune veut rester vivant il devra d’abord s’occuper de l’Albanais et se montrer particulièrement docile avec ses nouveaux potes d’enfance. Débarquant dans un environnement dont il ignore tout tout, il n’a pas d’autres choix que de s’exécuter jusqu’à jouer les fées du logis. Il va toutefois trouver sa place lorsqu’il trouve une combine discrète pour faire passer de la drogue à l’aile Ouest de la prison mais attention à ne pas avoir les yeux plus gros que le ventre !

    01.jpg

    Quand Tobias Lindholm & Michael Noer, réalisateurs respectivement d’Hijacking & de Northwest s’associent ça nous donne R, nouveau film sur l’univers carcéral. Ce n’est pas du coté de l’histoire qu’on trouvera de l’évasion puisque celle-ci se révèle assez classique même si les dernières minutes apportent une petite surprise. Rien à redire en ce qui concerne le casting, les acteurs sont excellents tout en sachant qu’une bonne partie des personnages sont incarnés par d’anciens détenus. Un film qui fait beaucoup penser à la série Oz et en dépit de telles qualités, il faut aussi reconnaitre qu’il n’apporte vraiment rien à ce qui a déjà été fait auparavant.

     

    Il faut le voir pour : Ranger vos oranges et apporter des Kinder Surprise pour les prochaines visites en prison !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • A coup sûr

    star 02.jpg

    aff.jpg

    Grace à son père, Emma (Laurence Arné) a hérité d’un tempérament de vainqueur et c’est ainsi qu’elle a toujours donné le meilleur d’elle-même. Alors quand un homme, en l’occurrence son dentiste, lui dit qu’elle est aussi énergique qu’une limace au lit, elle voit rouge. D’autant plus qu’après un quiproquo avec son collègue de travail Tristan (Eric Elmosnino), le doute va s’installer un peu plus dans l’esprit de la jeune femme. Et si justement son célibat était la conséquence de ses piètres performances sexuelles ? Emma se met ainsi à étudier sérieusement la question d’abord en consultant les meilleurs livres sur le sujet et elle ira jusqu’à interviewer un acteur porno pour obtenir avec plus ou moins de discrétion quelques conseils.

    01.jpg

    Le sujet devient de moins en moins tabou et il n’y a rien de plus confortable qu’une comédie pour évoquer le sexe. On accompagne ainsi Laurence Arné au cours de son apprentissage bien particulier ce qui lui réserve quelques situations insolites mais c’est un premier grand rôle au cinéma qui la dépasse un peu. A la limite les quelques apparitions de Valérie Bonneton sont même plus amusantes. Il y a bien quelques moments qui vous dérideront le visage mais sur la durée, les rires sont loin d’être assurés A coup sûr ! On ne s’attardera donc pas sur les personnages caricaturés (comme le stagiaire) quand ils ne sont pas tout simplement transparents. Une comédie téléphonée qui ne laissera pas un grand souvenir.

     

    Il faut le voir pour : Envisager d’acheter une nappe en PVC parce que ça a l’air bien pratique.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • V/H/S 2

    star 0.5.jpg

    aff.jpg

    Après avoir surpris un mari en pleine séance d’adultère, notre pote Larry (Lawrence Michael Levine) accompagné d’Ayesha (Kelsy Abbott) se dirige vers un nouveau job. Ce détective privé est en effet chargé de retrouver un jeune étudiant ayant mystérieusement disparu. Il se rend ainsi à la dernière adresse où il vivait et c’est une maison semble-t-il vide que découvrent Larry & Ayesha. Dans une pièce, ils trouvent toutefois de nombreux téléviseurs ainsi qu’un ordinateur où le jeune homme a enregistré une vidéo. Il y a également de nombreuses cassettes vidéos éparpillées dans la pièce et en en visionnant quelques, ils vont découvrir des choses incroyables.

    01.jpg

    Toujours pas décidé à se mettre au DVD, on a donc droit à un V/H/S 2 reprenant la même recette que son prédécesseur. Pour rappel, il s’agit en fait d’une compilation de courts-métrages ayant pour point commun de proposer du found-footage version horrifique. On pourra déjà se réjouir que le nombre d’histoires ait été ramené de 5 à 4 ce qui réduira un peu le calvaire des spectateurs car une fois de plus la qualité n’est pas au rendez-vous. Au programme cette fois ; une invasion de zombie filmée à la caméra Gopro, l’arrivée d’extraterrestres ou encore une secte dépeinte de façon grossière. La seule chose positive de ce projet est de donner leur chance à de jeunes réalisateurs mais rien ne garantit qu’ils auront d’autres opportunités après ce désastre collectif !

     

    En savoir plus sur V/H/S ?

    En savoir plus sur V/H/S : Viral ?

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2013-2014 0 commentaire
  • Les brasiers de la colère

    star 02.5.jpg

    aff.jpg

    Alors qu’il rentrait chez lui, notre pote Russel Baze (Christian Bale) a eu un terrible accident de voiture qui coutera la vie à 2 passagers dont 1 enfant. Condamné à la prison, sa vie va être bouleversée à commencer par la mort de son père et par la suite lorsqu’il retrouve la liberté, c’est le couple qu’il formait avec Lena (Zoe Saldana) qui se brise. Russel tente de retrouver une vie normale en retournant travailler à l’aciérie de Braddock mais il est préoccupé par son frère. Soldat américain qui a été plusieurs fois envoyé en Irak, Rodney (Casey Affleck) éprouve bien du mal à trouver ses repères et à force de faire n’importe quoi, il a accumulé une sacrée ardoise auprès de John Petty (Willem Dafoe). Aujourd’hui, il en est même venu à participer à des combats clandestins ce qui va le mettre sur le chemin d’un certain Harlan DeGroat (Woody Harrelson).

    01.jpg

    C’est le visage d’une Amérique meurtrie qui nous est présenté par le film de Scott Cooper, on est plongé en plein cœur d’une petite ville qui doit sa prospérité à une aciérie principal pourvoyeur d’emplois mais menacée par la concurrence chinoise. Il y a aussi Casey Affleck, soldat torturé depuis ses expériences traumatisantes en Irak et qui va finir par perdre pied. Dans la description des maux qui hantent Braddock, Les brasiers de la colère se révèle plutôt réussi mais c’est une intrigue qui met trop de temps à se mettre en place qui plombe un peu tout ça. Le casting est phénoménal avec toutefois un bémol sur Woody Harrelson dont le personnage frôle à certains moments la caricature et une Zoe Saldana uniquement présente pour apporter un peu de féminité.

     

    Il faut le voir pour : Arrêter immédiatement les paris !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire