Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

kad merad

  • Marseille

    star 02.5.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Alors qu’il était en vacances, notre pote Paolo (Kad Merad) a reçu un appel de son frère Joseph (Patrick Bosso) qui lui annonce une mauvaise nouvelle. Leur père Giovanni (Venantino Venantini) s’est fait renverser par un scooter et se trouve actuellement dans le coma entre la vie et la mort mais quand même plus proche de la mort. Paolo saute donc dans le premier avion avec son fils et décolle du Canada pour se rendre à Marseille où il n’est pas revenu depuis 25 ans et en arrivant il a la surprise de constater que l’état de son père n’était pas si alarmant. Il souffre cependant d’amnésie et a tout oublié ; le visage de ces enfants jusqu’à son propre nom.

    02.jpg
    Quand s’annonce un film appelé Marseille et réunissant le duo Kad Merad / Patrick Bosso ; on s’attend à une comédie s’appuyant sur les clichés mais ce n’est pas totalement le cas . On retrouve effectivement certains lieux communs comme l’accent chantant marseillais (concurrencé quand même par le québecois), le culte pour le football avec un caméo sympathique et comment pourrait-on oublier le traditionnel Pastaga ! La surprise vient en fait de l'histoire qui nous dépeint le portrait d'une famille morcelée malheureusement l'émotion n'est pas vraiment au rendez-vous et tout ça est entourée de naïveté. De bonnes intentions qui ne se traduisent pas à l'écran.

     


    Il faut le voir pour : Dire à vos potes que vous n’avez pas besoin d’un gilet pare-balles pour aller à Marseille !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Hôtel Transylvanie 2

    star 02.5.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Entre nos potes Mavis & John, tout va pour le mieux ! Après un magnifique mariage, ils ont donné naissance un an plus tard à un petit garçon nommé Dennis. Drac est désormais grand-père et il est aux anges, il n'a qu'une hâte que les canines de son petit-fils apparaissent mais celles-ci tardent à se montrer. Et si le petit Dennis n'était qu'un simple humain ? C'est une chose que Drac ne peut pas imaginer et il fait tout son possible pour lui apprendre à se transformer en chauve-souris mais en vain. De son coté, Mavis s'interroge sur l'avenir de sa famille puisqu'elle envisage sérieusement de quitter la Transylvalnie pour s'installer en Californie.

    01.jpg

    Ils sont de retour et si cela peut en laisser certains indifférents, les enfants devraient eux se réjouir de revoir Drac et tous ses monstrueux potes d'enfance. La bande accueille pour l'occasion un tout nouveau venu dans la famille avec l'arrivée du tout mignon Dennis et sa touffe de cheveux roux. Malheureusement, Hôtel Transylvanie 2 ne se montre pas plus enthousiasmant que son prédécesseur et ce dès les premières minutes durant lesquelles on assiste à un mariage mené avec l'énergie d'un zombie. Un film d'animation qui n'a vraiment rien d'exceptionnel mais qui n'oublie pas l'essentiel à savoir amuser les jeunes spectateurs !

     

    Il faut le voir pour : Vérifier si les canines de vos enfants ont poussé.

     

    En savoir plus sur Hôtel Transylvanie ?

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • On voulait tout casser

    star 01.5.jpg

    AFF.jpg

    Tout le monde s'inquiétait pour la santé de Kiki (Kad Merad) mais finalement tout va bien ! Pour célébrer cette bonne nouvelle ses potes d'enfance Bilou, Gérôme, Tony & Pancho (Charles Berling, Benoit Magimel, Vincent Moscato & Jean-François Cayrey) se réunissent pour un bon repas mais ils ignorent la vérité. Atteint d'un cancer, Kiki n'a plus que quelques mois à vivre et il a pris une grande décision en s'offrant un bateau et en décidant de faire le tour du monde. De leurs cotés, Gérôme et Bilou traversent une période difficile ; l'un a du mal à se faire à sa séparation et l'autre apprend qu'il est cocu. Tony lui garde la banane en espérant rencontrer une femme qui fera de nouveau battre son cœur tandis que Pancho … cherche à remplir sa bibliothèque.

     

    01.jpg

    Le film de potes c'est devenu une véritable tendance au cinéma mais la réussite passe par une osmose entre les différents acteurs. Après le sympathique Le fils à Jo, on se disait que le réalisateur Philippe Guillard allait réussir ce pari malheureusement on déchante vite. On retrouve dans On voulait tout casser un peu le même esprit que Le cœur des hommes à savoir les mésaventures des différents protagonistes avec plus ou moins d’intérêt, le destin de Kiki lui sert de fil conducteur. Soyons francs on ne s'attache à aucun moment à cette bande d'amis qui brille par sa superficialité ; ça ne cassera pas trois pattes à un canard (Je sais que c'est pourri mais j'avais envie de placer cette expression) !

     

    Il faut le voir pour : Réfléchir à deux fois avant de faire construire une bibliothèque !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Bis

    star 02.5.jpg

    AFF.jpg

    Ils se sont retrouvés à l'occasion d'un dîner dans la maison de campagne en Normandie et c'est une fin de soirée mélancolique pour nos potes Eric & Patrice (Fabian Wolfrom / Franck Dubosc & Antonin Chalon / Kad Merad). Alors qu'ils descendaient à la cave, ils font une chute brutale mais aussi extraordinaire puisqu'ils se réveillent nus et en 1986, quelques jours avant leurs résultats du bac. Cela paraît invraisemblable mais c'est une occasion unique pour Eric de revoir son Père (Gérard Darmon) tandis que Patrice se demande ce que deviendrait sa vie s'il n'avait pas épousé Caroline (Eden Ducourant / Alexandra Lamy) qu'il a justement rencontré à cette époque.

    01.jpg

    Dominique Farrugia à la baguette, Franck Dubosc et Kad Merad pour déclencher les rires ; on se disait que cette association ne pouvait échapper au succès. Au générique de fin de Bis, cette certitude a disparu pour laisser place à une belle déception. Déjà, on se montrera conciliant avec un scénario qui fait dans le recyclage et au dénouement écrit d'avance. Ça donne tout de même l'occasion de faire vibrer la fibre nostalgique de quelques spectateurs au détours de pubs télévisées, musiques ou produits emblématiques des années 1980. En dehors de la relation entre Eric et son père qui apporte un peu d'émotions, une comédie sans éclat qui ne tient pas ses promesses.

     

    Il faut le voir pour : Profiter de vos cheveux tant que vous le pouvez encore !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Disparue en hiver

    star 02.5.jpg

    AFF.jpg

    Tout a commencé dans ce restaurant où notre pote Daniel (Kad Merad) a ses habitudes où il a croisé le regard d’une jeune femme. Alors qu’il s’apprêtait à partir, cette dernière l’aborde pour être déposée quelque part mais elle a aussi une idée derrière la tête. Alors que la voiture se retrouve au beau milieu de la foret, elle fait une proposition indécente que Daniel refuse net et il décide d’abandonner sa passagère. Le lendemain, en rendant visite à Mme Savielli (Marie-Paule Von Roesgen), il apprend que sa petite-fille Laura (Lola Creton) n’est pas rentrée de la nuit et il se trouve qu’il s’agit de la fille qu’il a rencontrée hier.

    01.jpg

    A travers son scénario et son ambiance glaciale, Disparue en hiver nous fait un peu penser à ces thrillers venus du grand nord. Hélas, la comparaison s’arrête là car dans le cas présent, l’intrigue est bien trop mince et manque de rebondissements pour alimenter le suspense et donc notre intérêt. Si Kad Merad sait se montrer convaincant, le personnage de Daniel se montre lui très conventionnel avec son enquête où l’on retrouve en filigrane une blessure personnelle pas encore refermée. Cette réalisation de Christophe Lamotte a la chance de connaitre une sortie sur le grand écran mais a davantage des allures de téléfilm peu ambitieux.

     

    Il faut le voir pour : Enregistrer des cassettes au cas où ...

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • On a marché sur Bangkok

    star 01.5.jpg

    AFF.jpg

    Enquête de scoops, c’est de la merde ! C’est un jugement sans nuances qui a précipité l’arrêt de cette émission et d’envoyer Serge Renart (Kad Merad) à la météo de 23 heures. Reste à annoncer la nouvelle à son collègue et pote d’enfance Joseph (Gérard Jugnot) qui le prendra assez mal puisqu’on va l’enterrer après qu’il ait succombé à une crise cardiaque ! Même disparu, son devoir de journaliste subsiste et il va confier à Serge une mission de la plus haute importance, un scoop inimaginable. Il était en effet sur le point de découvrir une incroyable révélation concernant les premiers pas de l’homme sur la lune et la vérité se cache à Bangkok !

    01.jpg

    Quand Olivier Baroux joue les réalisateurs, son pote d’enfance Kad Merad n’est jamais très loin et les deux compères signent là leur 5ème collaboration. On a marché sur Bangkok nous promet donc une révélation prodigieuse mais en attendant de découvrir celle-ci, il faut tout de même subir une comédie qui manque cruellement d’humour. Connaissant le passif des 2 comiques, on s’attendait à un festival de scènes absurdes au lieu de quoi le tandem Taglioni / Merad nous confine à l’ennui. D’ailleurs, cela m’a un peu rappelé le peu glorieux RTT et en dehors de voyager un peu en Thaïlande il n’y a vraiment rien à se mettre sous la dent. Un film sur lequel on marchera dessus sans se retourner !

     

    Il faut le voir pour : Travailler votre regard du tigre.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Les vacances du petit Nicolas

    star 02.5.jpg

    aff.jpg

    Le meilleur moment de l’école ça reste quand même le moment où arrivent les grandes vacances et cette année, le jeune Nicolas (Mathéo Boisselier) et ses Parents (Valérie Lemercier & Kad Merad) partent à la mer ! Si son père savoure de pouvoir enfin profiter des joies de la plage, il se réjouira moins de devoir partir avec Mémé (Dominique Lavanant). De son coté, Nicolas est plutôt triste de devoir s’éloigner de la belle Marie-Edwige mais il lui écrira très régulièrement et puis il va aussi se faire plein de nouveaux potes d’enfance. La seule chose qu’il n’avait pas prévu ce sont les retrouvailles entre son père et M. Bernique (Bouli Lanners) et l’arrivée dans sa vie d’Isabelle destinée à devenir sa prochaine épouse !

    01.jpg

    A l’instar de notre pote Ducobu, c’est cette fois au héros de Goscinny & Sempé de profiter des vacances d’été et de se faire un lifting puisque le petit Maxime Godard est remplacé ici par Mathéo Boisselier. En dehors de ça, pas de chamboulements à l’horizon ; le duo Valérie Lermercier / Kad Merad répond présent, Dominique Lavanant joue les mamies 1 bonbon = 1 bisou et puis on a quelques guests par-ci par-là tout cela dirigé par Laurent Tirard. On peut d’ailleurs regretter que le réalisateur n’ait pas tenté d’apporter quoi que ce soit avec cette nouvelle adaptation. Les vacances du petit Nicolas ne vous proposera rien de surprenant, c’est une comédie calibrée pour un public purement familial avec son humour bon enfant tout ça les pieds dans le sable !

     

    Il faut le voir pour : Penser à envoyer une carte postale à votre patron !

     

    En savoir plus sur Le petit Nicolas ?

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • Les vacances du petit Nicolas

    A l'instar de son pote d'enfance Ducobu, nous allons pouvoir accompagner notre pote Mathéo Boisselier dans Les vacances du petit Nicolas. Toujours réalisé par Laurent Tirard, ça sera aussi l'occasion de revoir Valérie Lemercier & Kad Merad.

    Date de sortie : 09 Juillet 2014.


    Lien permanent Catégories : La B.A. du jour 0 commentaire
  • Les choristes

    star 03.5.jpg

    aff.jpg

    C’est le 15 Janvier 1919 que notre pote Clément Mathieu (Gérard Jugnot) a franchi pour la première fois les grilles du Fond de l’étang. C’est dans cette école qu’il va prendre ses nouvelles fonctions de surveillant mais ça ne sera pas de tout repos car il va avoir affaire à des élèves très agités. Si le Directeur Rachin (François Berléand) prône les vertus de l’action / réaction en envoyant les éléments perturbateurs au cachot, Clément va lui s’essayer à une méthode plus douce. Il parvient ainsi à fédérer ses élèves autour de sa passion : la musique ! Qui aurait cru qu’une chorale aurait pu se former avec ses jeunes garçons et comment deviner que le jeune Pierre Morhange (Jean-Baptiste Maunier) avait une voix aussi mélodieuse.

    01.jpg

    "Vois sur ton chemin, gamin oublié égaré donne leur la main pour les mener vers d’autres lendemains" Il fallait certainement être sourd en 2004, époque de la sortie en salles pour ne pas avoir entendu cette chanson qui venait couronner la première réalisation de Christophe Barratier et remake du film La cage aux rossignols. Les choristes nous ramène à la vie de l’après-guerre à travers le quotidien de cette école qui a su réveiller de jolis souvenirs chez des millions de spectateurs. Une nostalgie associée à une galerie de personnages tous plus attachants les uns que les autres ce qui nous donne un beau moment d’émotion qu’on le découvre pour la première fois ou qu’on le revoit.

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2013-2014 0 commentaire
  • Supercondriaque

    star 03.jpg

    aff.jpg

    Alors que dans les rues on fête l’arrivée de la nouvelle année, une ambulance file à toute allure. A son bord se trouve Romain (Dany Boon) et il se trouve qu’il souffre de … eh bien en fait de rien ! C’est un malade et pour être tout à fait exact il s’agit d’un hypocondriaque qui vient de mettre un sacré bazar à la soirée de son médecin et pote d’enfance Dimitri (Kad Merad). Un médecin qui n’en peut plus du cinéma de Romain et il connait le remède pour le guérir : l’amour ! Il tente ainsi de lui faire rencontrer des femmes mais ce n’est pas chose aisée quand on sait que cet homme ne supporte pas les contacts à cause des germes et de cette satanée épidémie de grippe.

    01.jpg

    Comment ne pas repenser au raz-de-marée qu’avait provoqué Bienvenue chez les ch’tis lorsqu’on voit se reformer le duo Dany Boon / Kad Merad. Avec Supercondriaque, la formule n’a pas beaucoup changé avec au programme une comédie teintée d’un élan solidaire et qui vous réserve quelques tranches de rires. Pas de surprise non plus au niveau de l’humour qui va vite diviser les spectateurs par son coté surjoué mais qui donne quand même lieu à des scènes franchement marrantes (la douche avec Valérie Bonneton ou l’attaque du chien). Si on ne tient pas une excellente comédie, on passe un bon petit moment ce qui en fait un remède pour ceux qui ont besoin de se changer les idées.

     

    Il faut le voir pour : Ne plus toucher aux magazines des salles d’attente !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire