Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • 10 Cloverfield lane

    star 03.jpg

    AFF1 (3).jpg

    Notre pote Michelle (Mary Elizabeth Winstead) a pris une décision difficile en quittant Ben (Bradley Cooper) et a ainsi pris la route lorsqu’elle a été victime d'un accident. A son réveil, la jeune femme s'aperçoit qu'elle est retenue captive du moins c'est ce qu'elle pense dans un premier temps. Apparait alors Howard (John Goodman) qui l'a secouru et soigné, celui-ci lui annonce alors une terrible nouvelle. Il y a eu une attaque foudroyante et on ignore encore s'il s'agit d'une déclaration de guerre d'un autre pays ou d'une menace extraterrestre. Toujours est-il que l'air est devenu toxique et que Michelle va devoir rester dans ce bunker en compagnie d'Howard mais aussi d'Emmett (John Gallagher Jr.).

    03.jpg

    Il s'agissait d'une des affaires rentables de l'année 2008, Cloverfield avait su piquer la curiosité des spectateurs et on n'est pas vraiment surpris de voir un nouveau volet débarquer. Un épisode toutefois assez différent d'abord avec la réalisation de Dan Trachtenberg qui laisse de côté le Found-footage pour une réalisation plus classique. Surtout 10 Cloverfield lane introduit de nouveaux personnages qui se dévoilent au cours d'un huis-clos où la tension va grandissant. Avec une pointe d'action dans ses derniers instants, le film sait donc se montrer plutôt divertissant sans pour autant marquer nos mémoires.

     


    Il faut le voir pour : Penser à ajouter un bunker si vous faites construire votre maison !

     

    En savoir plus sur Cloverfield ?

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Triple 9

    star 03.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Un impressionnant braquage vient d'avoir lieu et 5 hommes armés ont pris la fuite avec leur butin ; quelques liasses de billets ainsi que le contenu du coffre d'un particulier. Leur projet a cependant connu un couac, s'en est suivi une fusillade à laquelle ils ont réussi à s'échapper. Cette équipe est composée des frères Russel & Gabe (Norman Reedus & Aaron Paul), Michael, Jorge & Marcus (Chiwetel Ejiofor, Clifton Collins Jr. & Anthony Mackie) ; ces deux derniers se trouvant être des policiers ! Ce braquage a été commandité par Irina Vlaslov (Kate Winslet) pour le compte de son mari et leur travail n'est pas totalement terminé. L'équipe devra encore obtenir des données confidentielles auprès de la Sécurité Intérieure mais la question est de savoir comment neutraliser l'intervention des forces de Police.

    02.jpg
    Les premières minutes sont menées tambour battant et Triple 9 nous met rapidement dans le bain d'autant plus qu'il y a du beau monde au rendez-vous. On retrouve ainsi le tandem Casey Affleck / Anthony Mackie en tête de gondole mais on notera également les présences de Woody Harrelson, Norman Reedus (pour les fans de The walking dead) ou encore Kate Winslet dans un rôle assez étonnant. Un casting riche mais qui accouche de personnages qui sont loin de marquer les esprits des spectateurs. Le thriller de John Hillcoat bénéficie par contre d'un scénario plutôt malin, l'action est là bien qu'elle se montre moins flamboyante dans la seconde partie ; il y a largement ce qu'il faut pour passer un bon moment.

     

     

    Il faut le voir pour : Vous méfier de votre belle-sœur !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Marseille

    star 02.5.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Alors qu’il était en vacances, notre pote Paolo (Kad Merad) a reçu un appel de son frère Joseph (Patrick Bosso) qui lui annonce une mauvaise nouvelle. Leur père Giovanni (Venantino Venantini) s’est fait renverser par un scooter et se trouve actuellement dans le coma entre la vie et la mort mais quand même plus proche de la mort. Paolo saute donc dans le premier avion avec son fils et décolle du Canada pour se rendre à Marseille où il n’est pas revenu depuis 25 ans et en arrivant il a la surprise de constater que l’état de son père n’était pas si alarmant. Il souffre cependant d’amnésie et a tout oublié ; le visage de ces enfants jusqu’à son propre nom.

    02.jpg
    Quand s’annonce un film appelé Marseille et réunissant le duo Kad Merad / Patrick Bosso ; on s’attend à une comédie s’appuyant sur les clichés mais ce n’est pas totalement le cas . On retrouve effectivement certains lieux communs comme l’accent chantant marseillais (concurrencé quand même par le québecois), le culte pour le football avec un caméo sympathique et comment pourrait-on oublier le traditionnel Pastaga ! La surprise vient en fait de l'histoire qui nous dépeint le portrait d'une famille morcelée malheureusement l'émotion n'est pas vraiment au rendez-vous et tout ça est entourée de naïveté. De bonnes intentions qui ne se traduisent pas à l'écran.

     


    Il faut le voir pour : Dire à vos potes que vous n’avez pas besoin d’un gilet pare-balles pour aller à Marseille !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Jodorowsky's Dune

    star 03.5.jpg

    AFF1 (3).jpg

    Après une petite expérience dans le théâtre au Mexique, notre pote Alejandro Jodorowsky s'est invité au cinéma en réalisant des films comme Fando et Lis, El Topo ou La montagne sacrée. Des œuvres totalement décalées qui reflètent la folie de ce génie créateur qui divise tout comme il est capable de nous fasciner et ce fut ainsi une merveilleuse découverte pour le producteur français Michel Seydoux. Une amitié est ainsi née et c'est tout naturellement qu'ils vont collaborer sur un projet commun : l'adaptation au cinéma du livre de Frank Herbert Dune ! Nous sommes en 1975, une époque où Star Wars n'a pas encore envahi les salles et Alejandro Jodorowsky voit son film comme le messie de la Science-fiction.

    02.jpg

    Que ce soit le livre de Frank Herbert ou encore l'adaptation cinématographique de David Lynch, je dois bien avouer que Dune fait partie d'une de mes lacunes culturelles. Jodorowsky's Dune revient ainsi sur le projet incroyable sur lequel avait planché le réalisateur matérialisé en un immense livre. Un casting aux allures de Dream Team, des dessins et esquisses signés par les maitres Moebius, Chris Foss ou encore H.R. Giger ; une Bande-Originale confiée à Pink Floyd et Magma ; tout ça ne peut que nous laisser rêveur. Rien ne dit que ce film fantasmé aurait connu le succès escompté et ce documentaire manque effectivement parfois d'objectivité mais il n'en reste pas moins passionnant. En tout cas, cela donne envie de (re-)découvrir l’œuvre originale !

     


    Il faut le voir pour : Espérer voir un jour le Dune d'Alejandro Jodorowsky !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Seul contre tous

    star 03.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Le Docteur Bennet Omalu (Will Smith) travaille à Pittsburgh, Pennsylvanie en tant que légiste ; un travail qu’il prend très à cœur. Sa manière de traiter les autopsies est en effet assez originale et crée parfois des tensions mais encore récemment cela a permis d’éviter une erreur judiciaire. Son destin va être bouleversé lorsqu’il va devoir examiner le corps de Mike Webster (David Morse), ancien champion de football américain. Si aux yeux du grand public sa mort résulte simplement d’un suicide, les causes de son acte sont bien plus profondes. Les examens approfondis de Bennet vont être édifiantes au point de faire trembler la toute puissante NFL mais personne semble vouloir le prendre au sérieux.

    02.jpg

    Peu de chances que le nom de Bennet Omalu vous dise quelque chose à moins de suivre de très près l’actualité du football américain et la magie du cinéma est là pour réparer cette erreur. Seul contre tous est donc un biopic consacré à un médecin qui se sera battu pour sa légitimité et aura défié la NFL pour la reconnaissance des risques quant à la pratique de ce sport. Un combat qui semblait perdu d’avance quand on connait la place de cette ligue au cœur de la société américaine, un sport devenu presque une religion. Souffrant de quelques longueurs (on se serait bien épargné les scènes du couple Gugu Mbatha-Raw / Will Smith mais il fallait bien une touche de féminité), le film de Peter Landesman se montre aussi très prévisible.

     

     

    Il faut le voir pour : Demander à ce qu’on utilise des instruments neufs si jamais vous deviez être autopsié !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Room

    cinéma,film,drame,room,brie larson,jacob tremblay,joan allen,lenny abrahamson,william h. macy,sean bridgers,amanda brugel,cas anvar,joe pingue

    AFF1 (2).jpg

    Jack (Jacob Tremblay) célèbre aujourd’hui ses 5 ans mais contrairement aux autres enfants de son âge, il n’a pas eu droit à une grande fête avec ses potes d’enfance. L’amitié est d’ailleurs une notion qu’il ignore totalement car depuis sa naissance, ce petit garçon n’a jamais quitté cette chambre où il vit auprès de sa mère Joy (Brie Larson). Leur seul contact avec le monde extérieur c’est la télévision ou cette fenêtre au-dessus de leurs têtes, de temps à autre ils reçoivent aussi la visite du vieux Nick (Sean Bridgers). Jack ignore donc tout du monde qui l’entoure mais Joy a décidé de lui révéler la vérité ; comment sa vie a soudainement basculé il y a 7 ans.

    02.jpg

    Plusieurs faits-divers auront inspiré la romancière Emma Donoghue dont le film de Lenny Abrahamson est l'adaptation. Room s'intéresse ainsi à la captivité d'une femme désespérée dont le seul rayon de soleil reste un fils qui a préservé toute son innocence. Au-delà de ce huis-clos, ce sont aussi les conséquences psychologiques de ce drame pour les personnes concernées directement mais aussi pour leur entourage proche qui nous sont dévoilées. Récompensée par l’Oscar de la meilleure actrice 2016, Brie Larson délivre effectivement une grande performance partagée avec celle de son jeune partenaire Jacob Tremblay lui aussi exceptionnel. Une histoire forte et une interprétation irréprochable pour un film indispensable.

     

     

    Il faut le voir pour : Surveiller les abris de jardin de vos voisins !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Un vrai faussaire

    star 03.5.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Tous les amateurs de tableaux de maitres connaissent les œuvres de Braque, Duffy, Picasso ou encore Matisse mais connaissez-vous le nom de Guy Ribes ? Non il ne s’agit pas d’un grand peintre ou du moins pas dans le sens où vous l’entendez ; cet homme est surtout réputé pour ses pastiches. Passionné par le dessin dès sa plus tendre enfance, il se lancera dans la peinture d’abord pour rendre hommage à ses maîtres puis afin de gagner sa vie. Il acquiert très vite une facilité déconcertante à reproduire le style des différents peintres jusqu’à réaliser ses propres toiles. Durant de nombreuses années, Guy Ribes va ainsi inonder le marché de l’art avec ses tableaux pour lesquels de riches collectionneurs débourseront jusqu’à des centaines de milliers d’euros.

    02.jpg

    Après avoir jeté un œil sur Un vrai faussaire, il est possible que vous observiez les grands tableaux sous un autre angle ! Si jusqu’à aujourd’hui vous n’aviez pas entendu parler de Guy Ribes, une chose est sur c’est que vous ne risquez pas de l’oublier de sitôt ! On a devant nous un véritable personnage qui aura connu un parcours incroyable mais qui surtout se révèle prodigieux pinceau à la main aussi à l’aise pour reproduire du Picasso que du Matisse. Si on laisse volontiers subjugué par les récits offerts par cet artiste, le réalisateur Jean-Luc Leon apporte quelques touches de nuances en faisant intervenir cet agent de la police judiciaire. Un documentaire passionnant !

     

     

    Il faut le voir pour : Éviter d’investir dans les tableaux de maîtres !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Zoolander 2

    star 03.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Justin Bieber vient d’être sauvagement assassiné à Rome et il s’agit là de la sixième pop-star ayant disparu. Avant de s’éteindre, il a trouvé la force de poster une dernière photo sur Instagram et c’est ce qui intrigue Interpol et sa division Mode dirigée par Valentina Valencia (Penélope Cruz). En effet, toutes les victimes arboraient le même visage sur leur ultime selfie et il n’y a qu’un homme qui puisse décrypter ce message : Derek Zoolander (Ben Stiller) ! Malheureusement ce dernier s’est exilé après des évènements dramatiques où il a perdu sa femme et dans la foulée la garde de son fils Derek Jr (Cyrus Arnold). Il faudra la visite de Billy Zane pour le faire sortir de sa tanière et il va ainsi rejoindre Rome où il retrouve également Hansel (Owen Wilson).

    02.jpg

    N'ayant pas encore eu l'occasion de découvrir le Zoolander premier du nom, je m'attendais tout de même à une comédie bien barrée de la part de notre pote Ben Stiller et le rendez-vous a tenu ses promesses ! Clairement c’est un film qu’il faut prendre avec beaucoup de second degré et si l’humour absurde ne vous effraie pas alors vous y trouverez sans mal un divertissement assez sympathique. Le réalisateur / acteur ne fait pas non plus les choses à moitié quand il s’agit de faire venir les guests entre Katy Perry, Anna Wintour ou encore le couple Kim Kardashian / Kanye West, on a l’impression que tout son carnet d’adresses y est passé ! Zoolander 2 c'est donc un univers particulier qui risque d'en consterner certains, les autres ne penseront qu'à se marrer.

     


    Il faut le voir pour : Ne pas oublier de faire un dernier selfie avant de mourir !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Célibataire, mode d'emploi

    star 02.5.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Après 4 ans de vie en couple avec Josh (Nicholas Braun), notre pote Alice (Dakota Johnson) a décidé qu'il fallait faire une pause dans leur relation. La jeune femme commence en effet une nouvelle expérience en allant s'installer à New York où elle partagera l'appartement de sa sœur Meg (Leslie Mann). Dans le cadre de son travail, elle fait la connaissance de Robin (Rebel Wilson) qui va lui apprendre à profiter de son nouveau statut de célibataire. Ça commence par une sortie au bar de Tom (Anders Holm) qui se trouve être un bel homme à la réputation de coureur de jupons, bref le mec idéal pour tout oublier !

    02.jpg Pour certains le bonheur se conjugue au pluriel et pour d'autres le célibat est synonyme de liberté, un sujet vaste qui donne l'occasion à notre pote Christian Ditter de signer sa 6ème réalisation avec une comédie girly. Célibataire, mode d'emploi met ainsi en scène 4 héroïnes avec des profils très différents (ou on peut aussi dire stéréotypés), chacune vivant sa propre aventure. Tandis que Dakota Johnson joue l'ingénue sans réelles nuances, Leslie Mann se découvre des envies de maternité, Alison Brie squatte les sites de rencontres sans oublier Rebel Wilson qui fait le show auquel elle nous a habitué. Destiné essentiellement à un public féminin, le film a tout de même bien du mal à nous faire décrocher les sourires.

     

    Il faut le voir pour : Connaitre votre quota de bouteilles !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • La chute de Londres

    star 02.5.jpg

    AFF1 (3).jpg

    Le monde entier est en émoi ; le Premier ministre anglais est mort. C'est un véritable deuil national auquel on assiste et Londres va ainsi accueillir dans ces tristes circonstances de nombreux chefs d'état parmi lesquels Benjamin Asher (Aaron Eckhart), Président des États-Unis. C'est un voyage qui s'est organisé au dernier moment et pour assurer la protection du Président, il était impossible de se passer de Mike Banning (Gerard Butler). Ce dernier aurait toutefois préféré rester auprès de sa femme Leah (Radha Mitchell) qui va prochainement donner naissance à leur premier enfant. Il ne faudra pas beaucoup de temps pour qu'il regrette ce choix puisque une fois arrivé en Angleterre, de multiples attaques terroristes ébranlent la ville.

    02.jpg

    Les amoureux de la poésie s'étaient déjà bien régalé avec La chute de la Maison Blanche et voilà que notre pote Mike Banning revient pour de nouvelles aventures. Notons toutefois que la réalisation échoit cette fois à Babak Najafi (me demandez pas qui c'est j'en sais rien !) succédant à Antoine Fuqua. Quand on se plante devant La chute de Londres, on ne recherche évidemment pas un scénario très élaboré et en ce sens nos attentes sont totalement comblées. Ajoutons à ça quelques scènes d'action menées sans véritable conviction où l'on peut admirer Gerard Butler dégommer les méchants terroristes avec parfois l'aide du courageux et exemplaire President of the United Sates of America ! Un bon choix si vous souhaitez vider le cerveau mais moins fun que son prédécesseur.

     

    Il faut le voir pour : Réfléchir à deux fois avant de réserver votre week-end à Londres !

     

    En savoir plus sur La chute de la Maison Blanche ?

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2016 0 commentaire