Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • A l'origine

    aff.jpg

    Philippe Miller (François Cluzet) vit de petites combines ; il vole tout ce qui peut se revendre faisant parfois preuve d'un aplomb extraordinaire. Evidemment avec toutes ces arnaques, il est obligé de se déplacer continuellement et c'est ainsi qu'il atterrit dans cette petite commune. Il se fait passer pour un représentant de la compagnie CGI qui gère la construction de routes et très vite il se rend compte qu'il est accueilli comme un messie. Il y a 2 ans, les travaux pour l'autoroute avait été abandonnés du jour au lendemain ce qui a porté un coup fatal à l'économie de la région où l'on compte plus de 25 % de chômage. La présence de Philippe est donc synonyme de reprise des travaux et chacun se met à reprendre espoir.

    01.jpg

    Inspiré d'un réel fait divers qui aurait fait les beaux jours de Sans aucun doute, A l'origine s'intéresse donc à l'histoire d'un homme qui finit par confondre les frontières du réel et de son imaginaire. Impossible de ne pas être admiratif devant l'audace du personnage mentant sans vergognes à qui veut bien l'entendre mais qui finit par se laisser toucher par la volonté de toute une commune de relancer son activité économique. A noter une belle distribution avec un François Cluzet stupéfiant et accompagné de 2 visages qu'on souhaiterait voir plus souvent : Stéphanie Sokolinski (Dans les cordes) & Vincent Rottiers (Je suis heureux que ma mère soit vivante). Entrainant voilà un excellent film.

     

    Il faut le voir pour : Construire un bout d'autoroute près de chez vous.

     

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • Soumission

    aff2.jpg

    Avec un cadavre planqué dans le coffre de leur voiture, Dale & Ron (Teresa Palmer & Travis Fimmel) sont en cavale et plus le temps passe, plus l’étau se resserre autour d’eux. Les poches vides, ils ont absolument besoin d’argent avant de continuer leur route et ils s’arrêtent donc dans la première maison qu’ils croisent, celle-ci appartenant à Andrew (Stephen Moyer). Cet homme vit seul depuis que sa petite-amie l’a quitté et il a la particularité de souffrir d’agoraphobie. Soumis aux menaces du couple, il leur propose 40 000 dollars australiens mais pour cela Dale va devoir se faire passer pour sa petite-amie.

    01.jpg

    Un jeune couple façon Bonnie & Clyde, un mec un peu louche et une belle somme d’argent ; voici lancée l’histoire de Soumission. Thriller psychologique reposant sur une relation des plus ambigües entre ses 3 personnages, le film n’est pas désagréable. On se laisse prendre par le scénario bien que l’on devine assez vite qu’Andrew ne sera pas une victime ordinaire et qu’il va nous réserver quelques surprises. Bref, il ne faut pas s’attendre à un grand film mais ça reste tout à fait raisonnable et puis ça vous permettra de découvrir un peu plus le cinéma australien.

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2009-2010 0 commentaire
  • 2012

    aff.jpg

    C'est en 2009 que l'on a découvert les prémices de la catastrophe, le professeur Adrian Helmsley (Chiwetel Ejiofor) était revenu d'Inde avec d'inquiétantes analyses. Très vite, ces informations ont été communiquées au Président des Etats-Unis (Danny Glover) puis aux autres chefs d'Etat. Nous sommes en 2012, chez Jackson Curtis (John Cusack) qui s'apprête à partir camper avec ses enfants du coté du Parc de Yellowstone. Sur place, le lac qu'il avait connu dans le passé s'est asséché et plus étrange, il constate la présence de l'armée. Il l'ignore encore mais le monde est sur le pont d'être profondément bouleversé, la Terre telle que nous la connaissons vit ses dernières heures.

    01.jpg

    Les films catastrophes ont plutôt bonne cote sur le grand écran et pour cause, ce genre d'évènements s'encre plus que jamais dans notre réalité. Selon de nombreuses croyance mayas, 2012 devrait être la date fatidique, celle où toute vie cessera sur Terre et surtout où Ciné2909 disparaitra ! C'est notre ami Roland Emmerich qui vient une nouvelle fois ravager notre planète avec un film gigantesque au niveau visuel mais au contenu peu novateur (Comment ça c'est un pléonasme ?). On retrouve ainsi le héros, un homme ordinaire qui se transcende pour échapper aux catastrophes en chaine et sauvant par la même occasion sa famille et l'humanité égoïste qui va se repentir. Pop-corn movie à apprécier sur grand écran pour ses effets spéciaux mais pas forcément indispensable.

     

    Il faut le voir pour : Mettre 1 milliard d'euros de coté pour 2012, on sait jamais.

     

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • La grande vie

    aff.jpg

    Grégoire (Laurent Capelluto) est un prof de philo à Saint-Etienne, un homme comme les autres qui s'engage toutefois dans une association venant en aide aux personnes expulsées de leurs foyers. Il est repéré lors d'un reportage et se voit invité à l'émission Le grand bazar présenté par le célèbre Patrick Lefrançois (Michel Boujenah). Plutôt que de défendre ses actions, il est ridiculisé en public mais le même soir il vient en aide à Patrick en le sauvant d'une agression et dès lors ils vont devenir des potes d'enfance. L'animateur télé trouve en Grégoire un conseiller précieux notamment pour sa vie amoureuse.

    01.jpg

    Un prof de philo de banlieue légèrement gauche qui va vivre La grande vie après une rencontre providentielle, voilà en quelques mots l'histoire de ce film pas comme les autres. La bonne surprise c'est de découvrir Laurent Capelluto dans le premier rôle dont le potentiel comique n'est hélas pas complètement exploité ici. C'est un film d'un autre âge où l'on sourit bien davantage que l'on ne rit et surtout le scénario semble faire du sur place ce qui tend à rendre le temps bien long dans la salle ! Heureusement les travaux de Maurice Bénichou étaient là pour rendre le premier long métrage d'Emmanuel Salinger plus solide sinon on se serait déjà écroulé d'ennui.

     

    Il faut le voir pour : Réviser vos cours de philo !

     

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • La loi de Murphy

    aff.jpg

    Tout le monde a fait des bêtises dans sa vie, Elias (Pio Marmaï) en a fait lui aussi mais l'a payé cher en passant quelques temps en prison. Aujourd'hui il est en conditionnel et bosse comme brancardier dans un hôpital mais les ennuis vont soudainement surgir. Il voit en effet débarquer aux urgences son pote d'enfance Rudy (Dominique Pinon) qu'il a connu en prison, victime d'un accident de la route. Un peu plus tôt, celui-ci avait dérobé des diamants aux frères Ortega et avait tenté de s'enfuir pour les refourguer. A quelques heures de la fin de sa conditionnelle, Elias a donc désormais un butin estimé à 10 millions d'euros sur les bras et 3 frères gitans passablement énervés à ses trousses ; la nuit risque d'être longue.

    01.jpg

    Premier film de Christophe Campos, un enfant de la télé qui a œuvré principalement sur Canal + ; La loi de Murphy est un joli fourre-tout où tout semble pouvoir arriver. Sous-titré La loi de l'emmerdement maximum, ça vous donne une idée sur les intentions du réalisateur bien décidé à nous offrir un véritable capharnaüm. Il y a de bonnes idées et le rythme soutenu du film fait qu'on passe plutôt un bon moment mais ce désordre permanent finit par nuire au film. Une comédie avec une belle brochette de comiques (Omar & Fred, Jonathan Lambert & Dominique Pinon + la présence d'Antonio "Huggy les bons tuyaux" Fargas) qui prend un malin plaisir à ne respecter aucunes règles, qui multiplie les références mais qui s'oublie aussi très vite.

     

    Il faut le voir pour : Ne jamais provoquer une fan de Chuck Norris

     

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • Les herbes folles

    aff.jpg

    Tout a commencé un matin où Marguerite Muir (Sabine Azéma) était sortie pour s'acheter de nouvelles chaussures, en sortant du magasin, elle s'est fait voler son sac à main. Quelques temps après, Georges Palet (André Dussolier) trouve un portefeuille rouge à coté de sa voiture appartenant justement à Marguerite. Après avoir longuement tergiversé et tenter de joindre la propriétaire, il décide de remettre l'objet en question à la police mais l'histoire ne s'arrête pas là ! Lorsque Marguerite appelle Georges pour le remercier, celui-ci ressent comme de la déception et la traite avec un certain mépris. Tout de suite après, il s'en veut de s'être comporté ainsi et décide donc de lui écrire une lettre pour s'excuser.

    01.jpg

    Le dernier film d'Alain Resnais a de quoi nous décontenancer transformant un banal fait divers en un rocambolesque numéro de duettiste mené par les inséparables Sabine Azéma & André Dussolier. Au départ, on se laisse amuser par les tribulations de Georges tantôt en époux sage tantôt en psychopathe refoulé se retenant de tuer cette femme qui l'obsède. La suite est moins réjouissante, baisse de rythme accompagné d'un scénario plutôt obscur et Les herbes folles se transforment en mauvaises herbes. L'adaptation du roman de Christian Gailly ne restera pas dans les mémoires et à moins d'être un fan du réalisateur et du duo Azéma/Dussolier, c'est un film dont on peut facilement se dispenser !

     

    Il faut le voir pour : Ne surtout plus ramasser les portefeuilles trouvés par terre !

     

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • Shottas

    affa.jpg

    En grandissant à Kingston en Jamaïque, Biggs & Wayne (Ky-Mani Marley & Spragga Benz) ont vite appris que pour mener la belle vie, il fallait parfois savoir forcer le destin. Ils n'étaient pas encore adolescents lorsqu'ils ont commis leur premier braquage à main armée et depuis ce sont devenus de grands gangsters. Alors que Wayne est resté au pays, Biggs lui s'était envolé pour Miami où il est devenu un caïd d'envergure respecté par tous. 30 ans plus tard, le voilà de retour au pays qui l'a vu naitre et il est accueilli avec joie par Wayne et sa bande. Maintenant qu'il est de retour, ils vont de nouveau faire régner la loi dans la ville !

    02.jpg

    Présenté par certains comme La cité de Dieu version Jamaïcaine, Shottas avait une lourde réputation à défendre. La déception est donc d'autant plus grande quand on se retrouve devant un film de gangsters de seconde zone avec ambiance reggae et parfois des effets sonores qui finissent par taper sur le système. Pour le reste, on retrouve un scénario pour ainsi dire assez classique fait de fusillades, trafic de drogue, sexe et règlements de comptes mais à force de s'appuyer sur ces codes tellement usités, on se demande presque si on est pas devant une parodie. Il ne suffit pas de coller des flingues à des gens fringués en figurants de clips de rap pour faire un film de gangsta-reggae !

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2009-2010 0 commentaire
  • Away we go

    aff.jpg

    C'est arrivé sans vraiment qu'ils s'y attendent, Verona & Burt (Maya Rudolph & Greg Krasinski) vont avoir un enfant. Alors que le terme de la grossesse arrive dans 3 mois, ils apprennent que les parents de Burt vont s'installer à Anvers en Belgique. Une nouvelle qui les choque puisqu'ils étaient venus vivre à proximité de ces futurs grands-parents et les voilà qu'ils se sentent comme abandonnés. N'ayant plus vraiment d'attaches, le couple décide de partir en voyage cherchant la destination de leur futur foyer. Ils vont revoir ainsi de vieux potes d'enfances, des membres de leur famille et vont découvrir que leur futur rôle de parents ne sera pas de tout repos.

    01.jpg

    Le réalisateur des Les noces rebelles nous convie cette fois dans un road-movie décapant où nos futurs parents vont s'interroger sur leurs capacités à élever un enfant. On est rapidement séduit par le couple Maya Rudolph / Greg Krasinski (aussi parce que ça fait du bien de voir de nouveaux visages) mais surtout la galerie de personnages secondaires excentriques provoquent les fous rires. On en vient presque à regretter que Away we go ne dure pas un peu plus longtemps histoire de rester en compagnie de ces héros attachants. Moi qui n'ai jamais été très sensible au cinéma de Sam Mendès, je dois dire que j'ai passé un agréable moment ce qui explique ce Coup de cœur Ciné2909 !

     

    Il faut le voir pour : Réfléchir à deux fois avant d'acheter une poussette !

     

    Lien permanent Catégories : Les coups de coeur, Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • Saw VI

    aff.jpg

    Si John Kramer (Tobin Bell) est bien mort, l’œuvre de Jigsaw continue de plus belle et on a encore découvert de nouvelles victimes de ce jeu pervers. Tout porte à croire que l’inspecteur Peter Straham (Scott Patterson) est le complice de Jigsaw car on a retrouvé ses empreintes sur les paupières de la dernière victime. Une version des faits totalement fausse et Mark Hoffman (Costa Mandylor) le sait très bien puisque c’est lui qui a tout manigancé, il profite de cette fausse piste pour organiser un nouveau jeu. Sa victime se nomme William Easton (Peter Outerbridge) et il a été personnellement choisi par John avant que celui-ci ne meurt.

    01.jpg
    On doit forcément y passer alors allons-y tout de suite ; si vous voulez de la boucherie vous allez être servi avec beaucoup de Saw VI. Devenue une véritable tradition, la sortie de ce nouveau Saw est l’occasion de voir des pièges machiavéliques et surtout des litres de sang souiller le grand écran. Allant toujours plus loin dans la perversité, il faut quand même dire que si vous êtes venus chercher du gore, vous pourriez être un peu déçus car en dehors de la scène d’ouverture, ça s’est un peu assagi. On repart sur les bases de Saw IV où on nous révèle certains points du passé de Jigsaw mais les surprises sont vraiment trop minces pour justifier cette saga à rallonge et on sait désormais qu’on aura encore une suite !

    Il faut le voir pour : Vérifier qu’il vous reste bien de la chair à saucisse à la maison (ça peut aussi servir pour les spaghettis bolognaises, je tiens ça d’un grand chef égyptien).

     

    En savoir plus sur Saw ?

    En savoir plus sur Saw II ?

    En savoir plus sur Saw III ?

    En savoir plus sur Saw IV ?

    En savoir plus sur Saw V ?

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • 10 bonnes raisons de te larguer

    aff.jpg

    Cameron James (Joseph Gordon-Levitt) est un nouveau venu au lycée de Padua et il est vite pris en main par son nouveau pote d'enfance Michael Eckman (David Krumoltz). Il lui présente ainsi le fonctionnement de l'école avec tous les clans qui se côtoient, le beau gosse de service qui se croit tout permis et puis il y a  la belle Bianca Stratford (Larisa Oleynik). Cameron est immédiatement subjugué mais inutile de rêver car un énorme obstacle va se dresser devant lui ; le père de Bianca ! En effet, ce dernier est très clair à ce sujet ; Bianca ne pourra sortir qu'à la seule condition que sa sœur Katarina (Julia Stiles) accepte également de sortir et ça c'est pas gagné !

    01.jpg

    Un teen-movie tout ce qu'il y a de plus classique serait-on tenté de dire avec une histoire franchement peu inspirée. Ce qui attirera un peu plus notre attention, c'est la présence du regretté Heath Ledger dans un des rôles principaux ; une expérience qui précède sa fulgurante ascension à Hollywood. A noter toutefois un humour très second degré avec la principale qui écrit des romans pour adulte ou encore le prof sarcastique qui n'hésite pas à casser ses élèves. Dommage qu'à ce niveau là 10 bonnes raisons de te larguer ne soit pas allé un peu plus loin pour se démarquer un tant soit peu des autres films du même genre.

     

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2009-2010 0 commentaire