Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Albert Dupontel

  • En équilibre

    star 03.jpg

    AFF.jpg

    Notre pote Marc (Albert Dupontel) a été engagé comme cascadeur sur le tournage d'un film où il devait notamment tourner des scènes avec son cheval. Malheureusement, un grave accident a eu lieu et sa colonne vertébrale a été brisée le condamnant désormais à la chaise roulante. Après des mois d'hospitalisation, il retrouve sa maison où d'importants travaux sont entrepris pour s'adapter à son nouvel handicap. Peu après, il reçoit la visite de Florence (Cécile de France), représentante régionale de sa compagnie d'assurances qui va s'occuper du dossier de Marc. Elle est notamment poussée par sa hiérarchie pour le convaincre de signer au plus vite d'importants documents.

    01.jpg

    Ce 9ème film de Denis Dercourt démarre avec une scène où notre pote Albert Dupontel se montre impressionnant et sans cascadeur s'il vous plaît ! L'histoire d'En équilibre c'est celle d'une rencontre et au-delà d'une romance qui apparaît évidente, il y est aussi question de passion. Alors que Marc semble avoir tout perdu, il reste animé par la volonté de remonter sur la selle de son cheval alors qu'à contrario, Florence a une vie pleine mais où elle n'a pu poursuivre son amour pour la musique. Voilà un duo qu'on attendait pas forcément mais qui trouve une belle osmose au cœur d'un film, adapté du roman et de la véritable histoire de Bernard Sachsé, aussi simple qu'il est réussi.

     

    Il faut le voir pour : Prendre votre temps avant de signer avec les assurances !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • 9 mois ferme

    star 03.jpg

    aff.jpg

    Tout ce qui compte pour elle c’est sa carrière de Juge d’instruction et bien entendu elle n’a pas besoin d’un homme à ses cotés pour l’encombrer. La surprise est donc totale lorsque notre pote Ariane Felder (Sandrine Kiberlain) a appris cette malheureuse nouvelle : elle est enceinte ! Elle accuse le coup dans un premier temps puis une question se pose : Qui est le père ? Avait-elle abusé du champagne 6 mois auparavant ce qui l’aurait conduit à commettre l’irréparable avec un de ses confrères ? La réponse est toute autre puisque grâce à des analyses ADN, elle va apprendre que le fécondateur serait un certain Bob (Albert Dupontel), un cambrioleur globophage !

    01.jpg

    Avec sa 5ème réalisation, notre pote Albert Dupontel nous prouve qu’il n’a rien perdu de son humour corrosif enfin presque. Bien sur, dans l’ensemble on passe plutôt un bon moment grâce à cette histoire exubérante et à ce duo formé avec la délirante Sandrine Kiberlain ainsi qu’à un invité spécial qui n’a toujours pas retrouvé la parole. Il n’empêche que 9 mois ferme reste une comédie un peu trop sage ; il n’y a pas de véritables surprises pour déclencher les fous rires et même certains gags sont redondants comme avec le personnage de Maitre Trolos. Amusant mais on est bien loin d’être condamné à la grande éclate et donc il y a un brin de déception dans tout ça.

     

    Il faut le voir pour : Protéger vos yeux la prochaine fois que vous croiserez un voleur !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • le grand soir

    star 03.5.jpg

    2535282206.14.jpg

    A les voir ensemble, impossible de deviner que nos potes Not & Jean-Pierre (Benoit Poelvoorde & Albert Dupontel) sont frères. Ils sont aujourd’hui réunis pour célébrer l’anniversaire de leur mère mais leurs routes se séparent rapidement car ils ont 2 modes de vie totalement différents. Not est un punk dont le seul compagnon est son chien 8-6 tandis que Jean-Pierre a lui une vie plus rangée ; vendeur de matelas avec femme et enfant. Pourtant, ce dernier est actuellement sous pression car il n’a pas atteint ses objectifs de vente et doit se démener pour réaliser ses chiffres. Des efforts qui seront vains et qui vont le mener vers une toute autre voie guidé par son frère ravi de trouver un nouveau partenaire.

    01.jpg

    Ce dont on peut être sur en allant voir un film de l’intenable duo Delépine / De Kervern, c’est que ça ne ressemblera en rien à ce qu’on a pu voir. Autre grand atout avec Le grand soir ; la réunion de Poelvoorde & Dupontel qui sont totalement dans leur élément et qui ne manqueront pas de déclencher les rires dans la salle. On ne manquera pas non plus de souligner la participation remarquée d’une Brigitte Fontaine totalement allumée et la présence d’une guest-star dans la peau du devin. Pour faire évoluer sa galerie de personnages extravagants, il faut également un décor atypique et c’est donc au cœur d’un centre commercial fort en symbolique où nos 2 énergumènes font semer la pagaille. Une comédie inattendue et barrée !

     

    Il faut le voir pour : Surveiller attentivement vos yaourts lorsque vous faites vos courses !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • La proie

    c.jpg

    Franck Adrien (Albert Dupontel) a réussi un casse exceptionnel en s’attaquant à la Caisse d’épargne d’Aix-en-Provence dérobant ainsi un butin de 2 millions d’euros. Seulement il s’est fait serré et se retrouve derrière les barreaux depuis maintenant 18 mois. Sa libération est proche et il va pouvoir remettre les mains sur son fric qu’il avait pris la peine de cacher soigneusement. Son plan est toutefois retardé car sa peine a été allongée après qu’il ait voulu aider son codétenu Jean-Louis Maurel (Stéphane Debac) ; un homme condamné pour viol sur mineur. Ce dernier est néanmoins blanchi et sort de prison ; une occasion pour Franck de lui demander un précieux service mais Maurel est-il vraiment digne de confiance ?

    a.jpg
    Albert Dupontel laisse de coté la comédie pour se plonger dans un thriller plutôt réussi. Coté réalisation, on ne peut pas se plaindre d’un manque d’action car entre le saut à travers la fenêtre ou la course-poursuite à contresens d’une route, on est plutôt bien servi. Au niveau du casting aussi on a assuré avec Alice Taglioni, Caterina Murino,Sergi Lopez, Zinedine Soualem, Serge Hazanavicius mais c’est surtout l’occasion de découvrir Stéphane Debac qui se glisse à merveille dans la peau de ce psychopathe manipulateur. Sans conteste un film réussi, La proie manque juste d’éclat pour parvenir à nous séduire davantage.

     

    Il faut le voir pour : Conserver précieusement les dessins de vos enfants !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Bernie Noël - Bernie

    02.jpg

     

    Bernie : J'm'appelle Bernie Noël, j'ai 29 ans bientôt 32.

    Lien permanent Catégories : La réplique culte 0 commentaire
  • Le bruit des glaçons

    aff.jpg

    Ecrivain en mal d’inspiration, notre pote Charles (Jean Dujardin) noie sa détresse en vidant des bouteilles de vin. D’ailleurs, il dégustait un bon petit blanc lorsque cet homme est venu sonner à sa porte ; un invité bien curieux puisque celui-ci s’est présenté comme étant son Cancer (Albert Dupontel) ! Moment d’étonnement d’abord et puis après avoir repris quelques gorgées de blanc, il tente de s’en débarrasser en le jetant par-dessus la rambarde mais le cancer est un mal coriace ! Bien décidé à s’insinuer dans la plus stricte intimité de son hôte, il aimerait bien le faire mourir très vite mais Charles a une dernière volonté : lui laisser le temps d’aimer Louisa (Anne Alvaro).

    01.jpg

    Le dernier film de Bertrand Blier ne passera pas inaperçu déjà par son sujet -un cancer incarné par le toujours très bon Albert Dupontel- et aussi par sa forme. Bravo donc pour l’atypisme du scénario pourtant on déplore vite que l’enthousiasme s’évanouit au fil des minutes, le huis-clos dans cette villa finit par nous lasser des personnages malgré un Jean Dujardin d’excellent cru. Heureusement quelques répliques cinglantes nous font tenir le coup sans quoi la bouteille de vin blanc aura été un élément indispensable pour apprécier Le bruit des glaçons. A découvrir essentiellement pour l’originalité de son histoire.

     

    Il faut le voir pour : Prévoir une bouteille … d’eau pour ce soir !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Le vilain

    aff.jpg

    Est-ce de la chance ou une punition de Dieu, toujours est-il que rien ne semble pouvoir la blesser. Elle (Catherine Frot) vit seule dans cette maison depuis la mort de son mari et elle se sent d'autant plus isolée que le quartier se vide  à vue d'œil. Chaque maison est rachetée par des promoteurs et elle fait partie des irréductibles qui n'ont pas l'intention d'abandonner leur foyer. Un soir, après 20 ans d'absence, elle reçoit une surprenante visite celle de son fils (Albert Dupontel) adoré qu'elle considère comme un ange. Elle va alors découvrir son véritable visage, celui d'un vilain qui s'adonne dès son plus jeune âge au mensonge et à la tricherie.

    01.jpg

    Qui connait le cinéma d'Albert Dupontel ne sera pas surpris par Le vilain, une comédie bête et méchante avec en vedette Catherine Frot grimée en gentille et revancharde mamie. Sa prestation rehausse d'ailleurs l'intérêt de la nouvelle réalisation de Dupontel car dans l'ensemble on reste dans du classique. Le film ne tient pas le rythme imposé par le départ et doit alors faire intervenir des personnages secondaires pas toujours enthousiasmants pour relancer la machine. Une petite comédie qui reste beaucoup trop sage pour se faire remarquer, dommage le duo entre Catherine Frot & Albert Dupontel était plutôt savoureux à l'écran.

     

    Il faut le voir pour : Ne jamais décevoir votre maman sinon elle vous le fera regretter !

     

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • Odette Toulemonde

    Cher M.Balsan (Albert Dupontel)

    5b5368139f383dc0c5a0e201816a637b.jpg
     

    cb027b3c679575e5762e7252435a74f3.jpgSi je vous écris aujourd’hui c’est parce que je n’ai pas eu la force de vous parler la dernière fois que je vous ai vu. Sachez tout d’abord que je suis l’une de vous plus fidèles lectrices, c’est simple j’ai lu tout ce que vous avez pu écrire.

     

    Ma vie n’était pas très joyeuse avant de vous connaitre, j’ai perdu mon Antoine il ya 10 ans et j’ai 2 enfants. Si Rudy (Fabrice Murgia) s’en sort plutôt bien, ce n’est pas le cas de sa sœur Sue Helen (Nina Drecq) qui recherche sans grand succès du travail et qui vit avec un véritable con.

     

    8803e5c133d5da16de10f8397a2fd613.jpgVos livres ont révolutionné ma vie, désormais c’est avec grand bonheur que je vis intensément chaque jour et pour cela je tiens à vous dire merci.

     

     

     

    Odette Toulemonde (Catherine Frot).

     

     

    En savoir plus sur Odette Toulemonde

    Lien permanent Catégories : Dans la peau du héros 0 commentaire
  • Chrysalis

    c71dd8cb1aa484aea0b9574a4a340af4.jpg

    Il a tout fait pour la sauver mais il a bien fallu que David Hoffmann (Albert Dupontel) accepte la triste vérité, sa femme Sarah (Smadi Wolfman) est morte dans ses bras. C’était une mission dangereuse et il a assisté impuissant à son exécution par Nicolov (Alain Figlarz) qui a réussi à prendre la fuite avec l’aide d’un complice. Il est déterminé à retrouver sa trace mais pour l’heure il doit accueillir sa nouvelle partenaire Marie Becker (Marie Guillard) qui vient d’intégrer la Police Européenne. Ils doivent notamment résoudre une mystérieuse série de meurtres où les victimes portent toutes des marques au niveau de leurs yeux.

    fac8b82ffbea62d07ffd35ebd82d2848.jpg

    Un petit film policier aux relents futuristes qui paraissait intéressant à travers cet univers très froid presque aseptisé. Julien Leclercq joue sur les images où toute notion de couleur est absente pour rendre cette atmosphère glaciale dommage que dans le même temps, il plonge le spectateur dans un état catatonique. Le scénario et la réalisation manque de peps et la mayonnaise ne prend vraiment pas avec Chrisalys. Après L’ennemi intime, Albert Dupontel confirme encore davantage sa période plus dramatique et plus physique de sa carrière de comédien mais il ne réussit malgré tout pas à sauver ce film d’un profond ennui !



    Il faut le voir pour : Travailler votre mémoire.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2007 0 commentaire
  • L'ennemi intime

    a79cffc8810535e202a5ec3a0e91cb70.jpg

    En 1954, l’Algérie voit naitre le mouvement du Front de Libération Nationale qui revendique l’indépendance de leur pays et la France commence alors à intensifier sa présence militaire sur le territoire. 1959, le lieutenant Terrien (Benoit Magimel) a pris la décision de se porter volontaire et le voilà affecté en Kabylie où son prédécesseur vient de trouver la mort. Bien que sa détermination à servir son pays reste intacte, il refuse pour autant de perdre son sens moral. Il s’indigne devant les actes de barbarie gratuites, les séances de tortures inhumaines mais cette guerre a cela de cruel, elle transforme les hommes en véritables animaux.

    9823d8310906265ee746e56ba858fedc.jpg

    L’histoire française est désormais une jolie mine d’inspiration pour les réalisateurs puisqu’après Indigènes, voici L’ennemi intime qui vient de relater la guerre d’Algérie ; une guerre qui ne sera officiellement reconnue qu’en 1999. Florent-Emilio-Siri signe une œuvre efficace sans temps mort, le réalisateur qui a de la bouteille sait ce qui plait aux spectateurs. Interprétation juste de Benoit Magimel et l’on découvre encore un peu plus la face dramatique d’Albert Dupontel bluffant dans son role.

     

    Il faut le voir pour : Réviser son histoire.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2007 0 commentaire