Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

richard gere

  • Indian Palace - Suite royale

    star 02.jpg

    AFF.jpg

    Depuis que notre pote Sonny Kapoor (Dev Patel) a lancé le Marigold, le succès n'a fait que croître à tel point qu'il envisage maintenant d'ouvrir un nouvel hôtel. C'est ainsi qu'il se retrouve aux États-Unis en compagnie de Mme Donnelly (Maggie Smith) afin de vendre cette idée et ça semble intéresser les investisseurs même si rien n'est encore fait. Un visiteur va se rendre au Marigold pour évaluer son potentiel et Sonny devra soigner chaque détail s'il veut concrétiser son projet. Il est tellement obsédé par ce sujet qu'il en oublierait presque son mariage mais heureusement que sa fiancée Sunaina (Tina Desae) est là pour lui remettre les idées en place !

    01.jpg

    Indian Palace premier du nom ne m'avait pas laissé de bons souvenirs en raison de ses personnages hautement stéréotypés. Indian Palace - Suite royale partait donc sur de mauvaises bases d'autant plus que le film démarre par un Dev Patel dopé à la caféine mixé à du Red Bull devenant ainsi vite insupportable. Fort heureusement, ça se calme par la suite pour laisser place aux véritables héros ; le prestigieux casting du précédent épisode a répondu de nouveau présent et vient se glisser un hôte non moins prestigieux avec Richard Gere. La suite tape dans le classique et les spectateurs qui s'étaient régalé avec ces personnages seront ravis de les retrouver, les autres beaucoup moins.

     

    Il faut le voir pour : Préparer une danse pour votre mariage !

     

    En savoir plus sur Indian Palace ?

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • My movie project

    star 01.5.jpg

    aff.jpg

    Il s’agit certainement de sa dernière chance pour s’en sortir ; notre pote Charlie (Dennis Quaid) a donné de sa personne pour rencontrer Griffin (Greg Kinnear). Il tient absolument à lui proposer son film, une œuvre pleine d’émotions comme La couleur des sentiments mais bizarrement quand il commence à décrire les scènes, ce n’est pas exactement ce qu’on attendait. Un Leprechaun retenu prisonnier, une femme nue servant de lecteur MP3 ou encore un homme au cou burné ; voici quelques idées proposées par Charlie et elles sont pour le moins déroutantes. Griffin tente bien d’éconduire son invité mais celui-ci se met alors à le menacer avec une arme et tente le tout pour le tout afin de vendre son film.

    01.jpg

    My movie project est une comédie osée d’abord par sa forme puisqu’elle se structure à travers différents courts-métrages mais aussi par son humour absurde, graveleux et parfois presque gênant. Il faut moins de 5 minutes pour voir Hugh Jackman affublé d’une belle paire de c....... au cou et ce qui vous donne tout de suite un aperçu de l’esprit qui peut se dégager. Le souci c’est que ces différentes séquences, malgré une pléthore de stars, n’ont aucune cohésion entre elles et confiées à autant de réalisateurs ça se ressent forcément au niveau qualitatif. Il faut être clair ce n’est pas un film mais une succession de sketchs ; un projet qui aurait davantage eu sa place sur le petit écran qu’au cinéma.

     

    Il faut le voir pour : Se méfier des hommes qui portent des écharpes !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Arbitrage

    star 02.5.jpg

    aff.jpg

    Tout semble sourire à notre pote Robert Miller (Richard Gere) ; à 60 ans il est à la tête d’un empire financier et est entouré d’une grande et magnifique famille. Pourtant, derrière ce beau portrait se cache une autre vérité ; l’homme d’affaires entretient une relation extraconjugale avec Julie (Laetitia Casta), une artiste française qu’il finance grâce aux fonds de sa compagnie. Un soir, alors qu’il était en voiture avec elle il s’assoupit au volant provoquant un terrible accident qui tue sur le coup la jeune femme. Robert s’en tire avec quelques hématomes mais il n’a pas prévenu les secours craignant que cette affaire n’éclabousse sa vie privée et professionnelle.

    01.jpg

    On ne cessera de vous le répéter ; l’argent ne fait pas le bonheur mais il peut permettre de régler certains problèmes comme ceux de notre pote Richard Gere. On ne peut pas dire qu’on soit vraiment emballé par les déboires de ce golden boy manipulateur qui se retrouve embarqué dans un dangereux engrenage. Il y a bien Tim Roth qui tente de secouer un peu le tout mais ça ne réussit pas non plus à provoquer la moindre passion sans compter une Susan Sarandon oubliée. On retiendra d'Arbitrage simplement cette ultime scène qui nous montre tout le cynisme qui accompagne la reconnaissance du personnage.

     

    Il faut le voir pour : Eviter de travailler en famille.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • Un automne à New York

    star 01.5.jpg

    aff.jpg

    Même s’il approche de la cinquantaine, Will (Richard Gere) ne ressent pas le besoin de fonder une famille. Mieux encore, il enchaine les conquêtes comme un vrai Don Juan ce qui parfois amène à briser quelques cœurs. A peine vient-il de retrouver son célibat qu’il tombe sous le charme de Charlotte (Winona Ryder), une jolie jeune femme venue célébrer son 22ème anniversaire dans son restaurant. Plus charmeur que jamais, il réussit très vite à la séduire et le voilà de nouveau en couple mais leur relation ne sera pas éternelle. Si Will tient à garder sa liberté c’est surtout le triste sort de Charlotte qui condamne leur amour puisqu’elle est atteinte d’une grave maladie du cœur.

    01.jpg

    Certains mettront peut-être ça sur le compte de la jalousie (et c’est même pas vrai !), il n’empêche que Richard Gere n’est plus le playboy d’antan ! Il a davantage les allures de grand-père (ce qui est d’ailleurs confirmé dans le film) que du tombeur qui sa soudainement prendre conscience du vide qui comble sa vie. Heureusement pour nous, la fraicheur de Winona Ryder vient un peu équilibrer les choses mais Un automne à New York reste un drame sentimentale très sirupeux qui ne trouvera un public que parmi les amateurs du genre. Si votre trip est de passer une soirée dans votre canapé avec une petite boite de mouchoirs alors vous avez trouvé de quoi faire votre bonheur.

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2011-2012 0 commentaire
  • Pretty Woman

    star 03.5.jpg

    aff.jpg

    Fraichement séparé de sa petite-amie, notre pote Edouard (Richard Gere) avait bien besoin de se changer les idées et c’est pourquoi il a roulé sans trop réfléchir. Perdu au cœur de Los Angeles, il parvient à trouver de l’aide auprès de Vivian (Julia Roberts), une prostituée qui a désespérément besoin d’argent pour payer son loyer. Edouard est séduit par la spontanéité de la jeune femme et décide ainsi de l’engager pendant 1 semaine pour qu’elle lui tienne compagnie. Ce sera une vraie bouffée d’air frais pour cet homme d’affaire mais avoir une prostituée dans sa chambre d’hôtel fait beaucoup parler et Vivian éprouve beaucoup de difficultés à se faire respecter.

    03.jpg 02.jpg 01.jpg

    C’est l’un des couples de l’histoire du cinéma, Julia Roberts & Richard Gere ont séduit des millions de spectateurs dans un film plutôt inattendu. Difficile en effet de croire que ce Cendrillon des temps modernes mettant en scène une prostituée allait faire un tel carton ! Le rôle de Vivian n’était pas à proprement parler une affaire et Julia Roberts aura eu le nez creux puisqu’il s’agit à n’en pas douter d’un de ses plus grands rôles. Couple emblématique, une belle histoire d’amour ; pas la peine de chercher plus loin, Pretty Woman est juste l’une des références en matière de comédie sentimentale et il suffira d’entendre les premières notes de l’air de Roy Orbison pour s’y replonger.

     

    La scène à ne pas louper : Le shopping de Vivian !

    Lien permanent Catégories : Pour l'éternité 0 commentaire
  • Pretty Woman (Oh, Pretty Woman - Roy Orbinson)

    Toutes les femmes ont cette célèbre chanson de Roy Orbison en tête lorsqu’elles s’adonnent à leur activité préférée : le shopping ! Enfin pour qu’elles puissent réellement en profiter comme le personnage de Vivian Ward encore faudrait-il que vous leur laissiez votre carte bancaire … Pretty Woman est une référence parmi les comédies romantiques ; les hommes se laissent séduire avec plaisir par Julia Roberts tandis que les demoiselles fondent pour le beau Richard Gere. A noter que si on découvre le film en 1990, la chanson Oh, Pretty Woman date elle de 1964 et reste toujours aussi entrainante !


    Lien permanent Catégories : Quand la musique fait son cinéma 0 commentaire
  • Hatchi

    aff.jpg

    Parker Wilson (Richard Gere) était de retour d'un voyage et c'est sur le quai de la Bedridge Station qu'il est tombé nez à nez avec ce petit chiot. Il tente d'abord de le confier au chef de gare mais apprenant que personne ne pourrait s'en occuper, il décide de le ramener chez lui. Au départ, il ne voulait pas s'y attacher et fait tout pour retrouver son maître mais le temps passe et ce chien qu'il a nommé Hatchi prend une place de plus en plus importante dans la vie de la famille. Hatchi est d'autant plus un chien apprécié que chaque jour il se rend à la gare pour attendre le retour de Parker.

    01.jpg

    Ceux qui doutent encore que le chien est bien le meilleur ami de l'homme devrait jeter un œil à Hatchi dont le scénario s'inspire d'une histoire vraie. C'est dans les années 1920 que ce chien de la race des Akita s'est rendu célèbre au point d'avoir une statue immortalisant la fidélité qu'il vouait à son maître à la gare de Shibuya à Tokyo. Beaucoup de bons sentiments donc pour ce remake réalisé par Lasse Hallström mais l'histoire est si émouvante qu'on se laisse tout de même séduire. Un beau petit film qui s'adresse aux petits comme aux grands et qui fera même avoir la larme à l'œil pour les plus émotifs d'entre vous.

     

    Il faut le voir pour : Arrêter d'aller au cinéma et passer plus de temps avec votre chien !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • L'élite de Brooklin

    aff.jpg

    Sal, Eddie & Tango (Ethan Hawke, Richard Gere & Don Cheadle) ne se connaissent pas vraiment et pourtant ils sont tous les 3 flics à New York. Sal traverse une période délicate, en difficulté financière, sa femme va prochainement donner naissance à des jumeaux, une situation qui le pousse à commettre l'irréparable. Eddie lui est proche de la retraite, durant toute sa vie il n'a eu comme seul but que de survivre fermant les yeux sur certaines injustices. Enfin Tango est un agent infiltré dans les gangs de New-York, il a sacrifié sa vie privée pour cela mais trouve que tous ses efforts ne sont pas réellement récompensés.

    01.jpg

    L'élite de Brooklin se compose de 3 flics à la vie bien différente et qui nous amène donc à suivre 3 histoires bien distinctes. Le casting attire l'œil puisqu'en plus du trio cité ci-dessus, on retrouve également notre vieux pote Wesley Snipes qu'on avait perdu de vue depuis la dernière apparition de Blade. Un énième film choral qui a beaucoup de mal à convaincre la faute à un scénario qui est rabâché sans évoquer une fin peu surprenante et Antoine Fuqua n'arrive à aucun moment à rehausser le niveau. Ça reste tout à fait potable mais franchement au bout de 40 minutes on finit par trouver le temps un peu long.

     

    Il faut le voir pour : Démotiver ceux qui veulent entrer dans la Police.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire