Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

david fincher

  • Gone girl

    star 04.jpg

    AFF.jpg

    C’était leur anniversaire de mariage et notre pote Nick Dunne (Ben Affleck) s’attendait à tout sauf à la disparition soudaine de sa femme Amy (Rosamund Pike). A son retour, il découvre en effet une maison vide et surtout une table brisée dans le salon qui laisse présager le pire. La police est immédiatement alertée ; il s’agit là d’une affaire inquiétante que va prendre en charge l’inspectrice Rhonda Boney (Kim Dickens) et son premier suspect est évidemment Nick. Il faut dire que le mari adopte un comportement étrange depuis la disparition d’Amy et il cache en effet un secret qui pourrait le pousser à commettre l’irréparable.

    01.jpg

    Amy Dunne. Retenez bien ce nom car ce personnage va obligatoirement entrer dans l’histoire du Cinéma ! Au départ, Gone girl c’est donc l’adaptation du best seller Les apparences de Gillian Flynn où l’on découvre un fait-divers tristement banal mais qui va prendre une autre dimension. Dans sa première partie, ce thriller s’amorce doucement et nous amène vers une enquête policière très fluide, trop facile et c’est à ce moment précis qu’on se prend une petit claque et où tout bascule. Si la prestation de Ben Affleck nous laisse plutôt de marbre, on ne peut que saluer la performance d’une excellente Rosamund Pike. Parce que notre pote David Fincher nous sort encore un grand film, c’est le Coup de cœur Ciné2909 !

     

    Il faut le voir pour : Se dire que le célibat ce n’est pas si mal !

    Lien permanent Catégories : Les coups de coeur, Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Alien 3

    star 04.jpg

    aff.jpg

    Placée en hypersommeil, Ripley (Sigourney Weaver) n’imaginait pas un instant un épilogue aussi douloureux. Notre pote est en effet la dernière survivante de l’USS Sulaco sur lequel un incendie s’est déclaré provoquée par la présence d’un Alien. Une capsule de secours s’est donc détachée et a fini par s’écraser sur Fiorina 161 où seule Ripley a peu être sauvée. Cette planète est en fait une prison de haute sécurité où ne sont détenus que des hommes ayant commis les pires atrocités et la présence d’une femme ne passe pas inaperçu. Ce sera pourtant le cadet de leurs soucis lorsqu’ils apprendront qu’un Alien se promène également dans le complexe et qu’ils n’ont aucune arme pour le neutraliser.

    03.jpg 02.jpg 01.jpg

    La valse des réalisateurs continue et c’est cette fois David Fincher qui s’attaque à la saga Alien avec d’emblée un film au ton bien différent. L’atmosphère y est à la fois plus violente et dans le même temps plus spirituel à l’image de ces prisonniers convertis à la gloire de Dieu. Un monde brutal qui se traduit également par le sort réservé à la pauvre Ripley et qui va jusqu’à se manifester à travers son apparence physique. Pas forcément l’épisode le plus impressionnant du point de vue de l’action mais incontestablement celui qui arrive à se démarquer du reste et qui reflète le mieux les inspirations de son réalisateur. Un épisode qui sera accompagné de son lot de controverses tant chez les fans que chez Fincher lui-même qui ira jusqu’à renier Alien 3.

     

    La scène à ne pas louper : Le saut de l’ange de Ripley !


    En savoir plus sur Alien, le huitième passager ?

    En savoir plus sur Aliens, le retour ?

    En savoir plus sur Alien, la résurrection ?

    En savoir plus sur AVP : Alien Vs Predator ?

    En savoir plus sur Alien Vs Predator Requiem ?

    En savoir plus sur Prometheus ?

     

    Lien permanent Catégories : Pour l'éternité 0 commentaire
  • William Somerset - Seven

    01.jpg

    William Somerset : Dans la plupart des grandes villes, les gens ont l'art de ne pas se mêler des affaires des autres. On recommande aux femmes, si jamais elles se font agresser, de ne jamais appeler au secours, il faut crier au feu. Si vous criez au secours, personne ne vient.



    En savoir plus sur Seven ?

    Lien permanent Catégories : La réplique culte 0 commentaire
  • Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes

    star 03.5.jpg

    aff.jpg

    Le 22 Septembre 1966 a changé la vie de notre pote Henrik Vanger (Christopher Plummer). Ce jour-là, Harriet (Moa Garpendal) a disparu sans laisser aucunes traces, cela fait 40 ans et pourtant chaque année pour son anniversaire, il reçoit le même cadeau offert par sa nièce. Qui s’amuse à le torturer ainsi ? C’est pour éclaircir ce mystère qu’il a décidé de faire appel au journaliste Michael Blomqvist (Daniel Craig) actuellement en plein déboire juridique. En s’installant à Hedestad et sous couvert d’écrire une biographie sur Henrik, il va découvrir une famille atypique mais le travail qui l’attend est immense et il va avoir besoin d’aide, on lui conseille alors une certaine Lisbeth Salander (Rooney Mara).

    01.jpg

    J’avoue que lorsque j’ai entendu que nos potes américains préparaient une nouvelle adaptation du désormais célèbre roman de Stieg Larsson 3 années seulement après la version suédoise, j’étais vraiment circonspect. Mais quand c’est David Fincher qui s’attelle à la réalisation ça change pas mal de chose et le résultat final est à la hauteur de ce que l’on pouvait attendre. Avec un scénario aussi habilement écrit, le réalisateur de The social network ne pouvait que s’en donner à cœur joie et Millenium : Les hommes qui n’aimaient pas les femmes constitue ainsi un thriller efficace et solide. Une adaptation réussie donc mais s’il faut la comparer avec la version de Niels Arden Oplev, on peut réellement s’interroger sur l’intérêt d’avoir produit aussi tôt cette nouvelle interprétation.

     

    Il faut le voir pour : Ne plus laisser votre chat trainer dehors !


    En savoir plus sur Millénium, le film ?

    En savoir plus sur Millénium 2 - La fille qui rêvait d'un bidon d'essence et d'une allumette ?

    En savoir plus sur Millénium 3 - La reine dans le palais des courants d'air ?




    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • The social network

    aff.jpg

    Fraichement largué par Erica (Rooney Mara), notre pote Mark Zuckerberg (Jesse Eisenberg) n'a rien trouvé de mieux que d'organiser un classement des plus belles filles de l'université via un site internet crée en quelques heures. Comme une trainée de poudre, le site a connu un succès phénoménal et a enregistré un nombre hallucinant de connexions. Mark est alors contacté par des étudiants pour créer un site communautaire select mais lui voit une idée révolutionnaire germer. Avec l'aide de son pote d'enfance Eduardo (Andrew Garfield), il va créer The Facebook, site d'abord connecté aux grandes universités alentours mais qui va connaitre une expansion mondiale avec plus de 500 millions d'inscrits à ce jour.

    01.jpg

    Un film sur Facebook, on pensait que ce projet était une mauvaise plaisanterie mais quand David Fincher en prend les commandes, les choses deviennent soudainement plus sérieuses. Fincher ne s'intéresse pas réellement au phénomène Facebook en tant que tel mais plutôt sur la personnalité atypique de son créateur. On découvre ainsi un Mark Zuckerberg très renfermé sur lui-même, soucieux par l'image qu'il véhicule auprès des autres et incarné avec brio par Jesse Eisenberg. Que l'on soit utilisateur ou non de Facebook ; The social network est (encore) un excellent film de Fincher, passionnant de bout en bout et vous pouvez donc l'accepter dans votre liste d'amis !

     

    Il faut le voir pour : Décrocher quelques instants de votre compte Facebook.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Seven

    aff1.jpg

    David Mills (Brad Pitt) et sa femme Tracy (Gwyneth Paltrow) viennent d'emménager dans cette ville à l'atmosphère étouffante. Lui est flic, jeune détective qui se voit associer à William Somerset (Morgan Freeman), proche de la retraite. Ce duo ne tarde pas à entrer en action ; une série de crimes des plus morbides se déroulent en ce moment. Un détail troublant se retrouve sur chaque victime, les inspecteurs découvrent des annotations se rapportant aux 7 péchés capitaux. L'enquête s'avère longue et difficile et elle est encore loin d'avoir dévoilé tous ses secrets mais surtout personne n'est à l'abri de ce tueur.

     

    01.jpg 03.jpg 02.jpg

     

    Le film qui a lancé la carrière de David Fincher et contribué à l'explosion populaire de Brad Pitt. Seven est une œuvre aboutie sur de nombreux plans ; réalisation millimétrée couplée à une ambiance sombre et macabre et surtout un thriller passionnant qui prend immédiatement aux tripes. Le casting également a de quoi nous laisser sans voix avec Morgan Freeman pour seconder Pitt, Gwyneth Paltrow et un invité surprise en guise de serial killer. Inutile de vous dire que le film a marqué l'histoire du cinéma, qu'il a souvent inspiré d'autres longs métrages mais qu'il restera à jamais inégalé !

     

    La scène à ne pas louper : La mise en scène du dernier meurtre.


    La réplique culte de William Somerset

    Lien permanent Catégories : Pour l'éternité 0 commentaire
  • L’étrange histoire de Benjamin Button

    aff.jpg

    La vie de notre pote Benjamin Button (Brad Pitt) n’a rien de commun avec la notre. C’est à la fin de la Première Guerre Mondiale qu’il voit le jour provoquant malheureusement la mort de sa mère. Le nouvel héritier de la famille Button a l’apparence d’un vieillard et son père sous le choc l’abandonne. Recueilli par Queenie (Taraji P. Henson), on ne lui laisse que peu de temps à vivre et pourtant les années passent et Benjamin est toujours parmi nous. Ce qui est encore plus incroyable c’est qu’il semble rajeunir, retrouvant la vigueur de son corps tandis qu’autour de lui le temps fait son œuvre.

    02.jpg

    C’est une nouvelle de l’auteur Francis Scott Fitzgerald qui a inspiré le nouveau film de David Fincher intronisé chef d’œuvre du 7ème art. La durée du film pourrait vous dissuader de vous rendre en salle mais soyez assuré qu’une fois plongé dans L’étrange histoire de Benjamin Button, vous perdrez vous aussi toute notion du temps. Drôle, touchant mais surtout captivant avec un Brad Pitt méconnaissable dans ses premières années et une Cate Blanchett envoutante ; voilà tout simplement du bon cinéma. Et puis il faut prendre le film avec philosophie, que l’on vieillisse ou que l’on rajeunisse ; on est tous destiné à disparaitre un jour ou l’autre de cette terre.

     

    Il faut le voir pour : Apprendre qu’on peut se faire frapper par la foudre n’importe où et à n’importe quel moment.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire
  • The Zodiac

    0244bab2b0dcb976c8618e833f2f7e75.jpg

    Toute la ville de Vallejo est en émoi ; le 20 Décembre 1968 marque le début de la carrière du tristement célèbre tueur connu sous le pseudonyme du Zodiac. Un premier couple est retrouvé assassiné dans leur voiture et c’est l’inspecteur Matt Parish (Justin Chambers) qui hérite de cette affaire. A la recherche du moindre indice, cette enquête va trainer sur plusieurs années sans réellement connaitre de rebondissements devenant une véritable obsession qui va le conduire à négliger sa famille. Sa femme Laura (Robin Tunney) doit subir ses sautes d’humeur mais elle s’inquiète également pour leur fils Johnny (Rory Culkin), bien étrange depuis le début de cette affaire.

    e9a281a000427abc49996840029866ff.jpg

    Alors que David Fincher sortait sa version du Zodiac dans les salles en Mai 2007, voilà que l’on voyait The Zodiac poindre le bout de son nez sur le marché des DVD un mois plus tard. Voulant évidemment profiter de l’évènement et de la médiatisation de l’affaire du Zodiac, ce film fait plus figure de téléfilm qu’autre chose avec une réalisation désastreusement monotone. Pour ma part, les 2 films n’ont pas vraiment réussi à rendre à l’écran l’impressionnante effervescence et tout le mystère qui entourait cette affaire. Notons la présence de Rory Culkin , petit frère de Macauley et les fans de Prison Break seront ravis d’apercevoir la très belle Robin Tunney.

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2006-2008 0 commentaire
  • Zodiac

     

    a0ef05fb66afb07f709693e833b28374.jpg

    Dans la nuit du 4 Juillet 1969, à San Francisco la police reçoit un coup de fil anonyme déclarant qu’ils vont découvrir 2 cadavres dans un parc. C’est le début d’une longue et macabre série de meurtres qui va tenir en haleine toute la population car un mystérieux individu revendique ces crimes et se fait appeler le Zodiac. Il n’hésite pas à se servir des médias pour entretenir le mystère et édifier dans le même temps une certaine mythologie autour de son personnage qui fascine notamment le dessinateur Robert Graysmith (Jake Gyllenhaal). Obsédé par ce nouveau criminel, il est bien déterminé à découvrir qui se cache derrière le Zodiac.

     

    e5b07b76037ccda975a6940241b25d15.jpg

    De plus en plus, la frontière entre réalité et cinéma s’amenuise et Hollywood aime à transformer les faits divers en long métrage. S’inspirant de l’affaire du Zodiac qui a remué la Californie durant près de 20 ans, David Fincher se lance à son tour en proposant sa vision des choses. Depuis des œuvres cultes comme Seven ou Fight Club, le réalisateur est attendu par ses fans au tournant et ce qui peut expliquer ma relative déception de Zodiac. Souvent mené avec un rythme lent, on finit vite par s’ennuyer au cours de cette enquête qui s’étale sur des années. J’attendais beaucoup mieux de la part de Fincher mais ça reste un thriller bien construit malgré tout.

     

    Il faut le voir pour : Savoir décrypter les messages codés.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2007 2 commentaires
  • Tyler Durden - Fight Club

     

    Tyler Durden : Les choses qu'on possède finissent par nous posséder

    Lien permanent Catégories : La réplique culte 0 commentaire