Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

michael madsen

  • Love addict

    star 02.jpg

    AFF1 (3).jpg

    C’est plus fort que lui, il ne peut pas résister aux femmes et cela attire pas mal de problèmes à notre pote Gabriel (Kev Adams) ! Dernièrement, il a été viré après avoir approché d’un peu trop près la femme et les filles de son désormais ancien patron. Si son CV est impressionnant, sa réputation de séducteur ne plaide pas en sa faveur et s’il veut garder un emploi les choses doivent changer. Gabriel va donc faire appel à un Minder, un coach qui devrait lui permettre de réfréner ses pulsions mais cela commence mal puisque c’est une femme qui va s’occuper de son cas. Après un problème de fenêtres, Marie-Zoé (Mélanie Bernier) doit en effet gérer ce cas plutôt particulier et elle ne va pas lui faciliter la tâche en emménageant avec lui et son oncle Joe (Marc Lavoine).

    01.jpg

    Acteur, scénariste ; Frank Bellocq s’essaie maintenant à la réalisation avec cette comédie romantique qui a tout du produit réchauffé ! Un pressentiment qui se vérifie une fois qu’on se retrouve devant Love addict ; déjà qu’on est loin de s’écrouler de rires on devine très vite un dénouement on ne peut plus téléphoné. Au casting, le réalisateur retrouve Kev Adams, son compère de Soda, qui fait le job avec sa partenaire Mélanie Bernier sans pour autant créer de véritables étincelles. Coup de chapeau d’avoir attiré le charismatique Michael Madsen même si on se demande parfois ce qu’il vient faire dans cette histoire. Un film qui n’a pas vraiment les atouts nécessaires pour faire naitre chez nous la moindre addiction.

     

    Il faut le voir pour : Éviter de laisser vos fenêtres ouvertes !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2018 0 commentaire
  • Les 8 salopards

    star 3.5.jpg

    AFF.jpg

    Une diligence se fraie un chemin dans les paysages enneigés du Wyoming. Conduite par O.B. (James Parks), il y a à son bord un chasseur de primes et pas n’importe lequel le fameux John Ruth dit Le bourreau (Kurt Russel) accompagné de sa prisonnière Daisy Domergue (Jennifer Jason Leigh) dont la tête est mise à prix à 10 000 $. Sur leur route, ils vont accueillir le Commandant Warren (Samuel L. Jackson) et un peu plus tard c’est le futur shérif de Red Rock, Chris Mannix (Walton Goggins), qui complète le tableau. Tout ce beau monde se dirige vers la mercerie de Minnie (Dana Gourrier) afin d’échapper au terrible blizzard. C’est là que les choses sérieuses vont commencer !

    01.jpg

    Pour sa 8ème réalisation, Quentin Tarantino a tout simplement réuni Les 8 salopards pour un western sanglant. Il retrouve quelques potes d’enfance qu’il a déjà côtoyé au cours de sa carrière avec d’abord l’incontournable Samuel L. Jackson, Tim Roth ou encore Michael Madsen. Avec une durée de 2H48, le film démarre doucement même si on se régale des échanges verbaux toujours aussi cinglants. Quand l’action pointe enfin le bout de son nez, autant vous dire que la mercerie a droit à une nouvelle décoration avec une prédominance de rouge écarlate option cervelle sur les murs. Le réalisateur déjanté continue de nous régaler et ça vaut bien un Coup de cœur Ciné2909 !

     

    Il faut le voir pour : Apprendre que le goût d’un ragout est unique !

     

    Lien permanent Catégories : Les coups de coeur, Premières Impressions 2016 0 commentaire
  • Piranhaconda

    star 0.jpg

    aff.jpg

    C’est son père qui avait débuté les recherches à l’époque et bien des années après, notre pote le Professeur Lovegrove (Miachel Madsen) touche au but ! Nous sommes au cœur d’une jungle hawaïenne et il vient de mettre la main sur un œuf qui pourrait valoir cher puisqu’il appartiendrait à une espèce de serpent ayant subi d’importantes mutations. A peint a-t-il posé ses mains sur l’œuf qu’un gigantesque monstre surgi de l’eau pour massacrer ceux qui l’accompagnaient et détruire un hélicoptère. Pendant ce temps, non loin de là se trouve une équipe de tournage dirigée par Milo (Chris De Christopher) pour la réalisation du Coupeur de tête 3 et ils vont avoir le malheur de croiser la route ce de piranhaconda.

    01.jpg

    Je sais que la vie hollywoodienne peut être chère mais quand même quelle (mauvaise) surprise de voir de nouveau Michael Madsen dans un nanar ! Plus puissant que l’anaconda et plus vorace qu’un piranha voici donc venir l’ère du Piranhaconda !! Bon, ce n’est qu’un gigantesque anaconda armé de dents acérés mais qui a une fâcheuse tendance à faire partir ses victimes en fumée rouge et parfois on retrouve des pieds ou des corps mutilés. Le scénario est aussi solide que les effets spéciaux mais il est à noter qu’il se compose de plusieurs petites histoires dont l’une d’entre elle rappelle furieusement Anacondas : A la poursuite de l’orchidée de sang. En dehors de ça ; préparez le papier cadeau pour ce film à offrir à vos pires ennemis.

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2013-2014 0 commentaire
  • L'attaque du crocodile géant

    star 0.jpg

    aff.jpg

    Son parc animalier n’aura jamais été aussi proche de la fermeture mais notre pote Jack McQuade (Peter Tuinstra) ne renoncera pas ! La visite d’Evelyn Namawong (Sherry Phungprasert), une inspectrice est tout sauf un hasard car Konsong (Tawon Saetang) cherche depuis longtemps à faire fermer l’établissement pour ses projets immobiliers. Les coups bas pleuvent comme l’évasion inexplicable des crocodiles du parc qui coïncide avec de dramatiques accidents. La Thaïlande vit en effet sous la psychose d’un crocodile qui a déjà fait de nombreuses victimes, un prédateur géant qui mesurerait plus de 7 mètres et que Croc Hawkins (Michael Madsen) connait bien !

    01.jpg

    Un titre simple pour un film qui ne l’est pas moins ! C’est certain qu’avec L'attaque du crocodile géant on ne risque pas d’écrire l’histoire du cinéma en revanche pour ce qui est de le couler … On se fout complètement du scénario, ce qui nous intéresse ce sont bien sur les scènes où cette créature va dévorer ses victimes et là c’est juste consternant. Le crocodile géant promis n’est qu’un simple carnassier cadré pour faire illusion seulement il faut un peu de talent pour ce genre de chose. Plutôt que de nous abreuver d’hémoglobine, on préfère nous faire coltiner un simili soap-opéra et on espère que Michael Madsen a touché un bon cachet pour venir s’embourber dans cette niaiserie ambulante !

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2011-2012 0 commentaire
  • Sin City

    cinéma,film,action,policier,sin city,bruce willis,mickey rourke,jessica alba,benicio del toro,josh hartnett,jaime king,brittany murphy,carla gugino,clive owen,elijah wood,rosario dawson,michael clarke duncan,michael madsen,robert rodriguez,frank miller,quentin tarantino,devon aoki

    aff.jpg

    Bienvenue à Sin City enfin c’est une façon de parler bien sur car quand vous mettrez les pieds dans cette ville, vous aurez l’impression d’avoir pénétré dans l’antichambre de l’enfer. C’est ici que Jim Hartigan (Bruce Willis), ancien flic déchu cherche la trace de Nancy (Jessica Alba), une jeune femme qu’il avait secouru 8 ans auparavant et dont on l’a injustement accusé de viol. Vous pouvez également faire un tour au Katie’s bar où vous avez de fortes chances de croiser Marv (Mickey Rourke) lui aussi embarqué dans une drôle d’affaire. En tout cas quoi que vous fassiez, ne vous aventurez jamais dans la vieille ville où Gail (Rosario Dawson) et ses potes d’enfance vous feraient vite regretter cette escapade !

     001.jpg  02.jpg  03.jpg

    Ce qui saute immédiatement aux yeux ce sont bien sur les images, c’est un réel choc visuel et, cerise sur le gâteau, totalement fidèle à l’œuvre de Frank Miller. D’ailleurs, ce dernier prolongera l’expérience en s’essayant personnellement à la réalisation avec The spirit et puis Sin City laisse un héritage de poids inspirant notamment 300. Plongé entre le réel et l’imaginaire, ce sont donc 3 récits fonctionnant à la manière d’un film choral dans lesquels on retrouve entre autres Clive Owen, Benicio Del Toro ou encore la regrettée Brittany Murphy. Avec sa réalisation inédite, Robert Rodriguez frappe fort et sait comment faire plaisir aux spectateurs en multipliant les massacres avec un admirable esthétisme. L’une des meilleures adaptations de comic et forcément incontournable pour tout amateur de cinéma d’action.

     

    La scène à ne pas louper : La baston entre Hartigan & Roark Jr !

     

    Découvrir le film Dans la peau du héros !

     

    En savoir plus sur Sin city : J'ai tué pour elle ?

    Lien permanent Catégories : Pour l'éternité 0 commentaire
  • Reservoir dogs - Stealers Wheel / Stuck in the middle with you

    En 1992, Reservoir dogs lançait la carrière d’un réalisateur qui n’allait pas tarder à devenir culte pour des millions de spectateurs. Quentin Tarantino bouscule le monde du cinéma avec ce polar sanglant et au casting ahurissant mais il fait également du bien à nos oreilles avec le célèbre Stuck In the middle with you magnifiquement chorégraphié par Michael Madsen. On n’aura jamais vu une découpe d’oreille aussi funky !


     

    En savoir plus sur Reservoir dogs ?

    Lien permanent Catégories : Quand la musique fait son cinéma 2 commentaires
  • Reservoir dogs

    aff.jpg

    Le coup avait été préparé minutieusement à l’initiative de Joe Cabot (Lawrence Tierney) et de son fils Eddie (Chris Penn). Ils n’avaient qu’à braquer un diamantaire, se retrouver au point de rendez-vous et refourguer la marchandise mais c’est un désastre total. Ce sont d’abord Mr. White & Mr. Orange (Harvey Keitel & Tim Roth) qui atteignent la planque mais ils sont loin d’être indemnes. Orange est salement touché, une balle au ventre et il se vide de son sang, s’il n’est pas rapidement soigné il risque de crever. Ils sont vite rejoints par M. Pink (Steve Buscemi) qui a réussi à s’échapper aux flics et qui est convaincu qu’il y a une balance au sein de leur bande, reste à découvrir de qui il s’agit !

    01.jpg 02.jpg 03.jpg

    Harvey Keitel, Steve Buscemi, Michael Madsen, Tim Roth & Chris Penn ; un casting qui laisse rêveur d’autant plus lorsqu’on sait qu’il s’agit là de la 1ère réalisation de Quentin Tarantino. L’enfant terrible d’Hollywood va marquer le cinéma de son empreinte avec Reservoir dogs, un huis-clos totalement déjanté avec des personnages non moins déments. On entrevoit déjà tout le talent de Tarantino que ce soit à travers son prologue improbable posant un débat sur les œuvres de Madonna, ses répliques mémorables et cette célèbre scène de l’oreille sur fonds de "Stuck in the middle with you" dont on ne se lasse pas de revoir. C’est ce qu’on appelle un classique !

     

    La scène à ne pas louper : Le face à face entre Mr. Pink & Mr. White.

    Lien permanent Catégories : Pour l'éternité 0 commentaire
  • Krach

    aff.jpg

    Erwan Kermor (Gilles Lellouche) a plutôt la belle vie, il est trader à New-York mais son supérieur lui met perpétuellement la pression pour atteindre leurs objectifs annuels. Lors d'une réunion de travail, il tombe sur un graphique qui l'intrigue et qui va se révéler une véritable mine d'or. Après quelques recherches, il se met en contact avec Sybille Malher (Vahina Giocante), professeur au Canada qui va l'aider à mettre au point un modèle permettant de prévoir les mouvements de la bourse. Si cela s'avérait réellement efficace, ce serait le jackpot pour Erwan mais cela implique de prendre de gros risques ce qui ne semble pas vraiment le déranger.

    01.jpg

    En ces temps de crise, il est de bon ton de taper sur les traders et toute ressemblance entre le personnage d'Erwan et le désormais célèbre Jerome Kerviel serait tout à fait fortuite. Si la finance est un milieu qui fascine, cela ne suffit pas pour nous pondre un film potable car Krach voit vite sa cote descendre en flèche. La faute tout d'abord à une intrigue tirée par les cheveux (on est très dubitatif sur ce modèle balancé en 2 temps 3 mouvements) et puis des personnages sans reliefs comme Vahina Giocante juste présente pour atteindre un quota féminin. A l'image de tout le long métrage, la fin est juste ridicule et si vous voulez un conseil ; n'investissez pas !


    Il faut le voir pour : Laisser tomber la bourse ou vous allez faire une crise !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Bloodrayne

    aff.jpg

    Rayne (Kristanna Loken) est une danphyr c’est-à-dire qu’elle est née de l’union d’un humain et d’un vampire. Alors qu’elle n’était encore qu’une enfant, elle a assisté impuissante à l’exécution de sa mère par son propre père Kagan (Ben Kingsley). Les années ont passé et on retrouve notre pote Rayne captive et vedette d’un cirque dont elle vient juste de s’échapper non sans avoir provoqué un vrai carnage. Kagan a enfin retrouvé la trace de sa fille et veut plus que tout la faire disparaitre pour devenir le plus puissant des vampires. En effet, quand il aura mis la main sur les 3 précieuses reliques, rien ne pourra l’arrêter !

    01.jpg

    Adapté du jeu vidéo du même nom, Bloodrayne n’aura pas connu les honneurs d’une sortie sur le grand écran. Etonnant vu les navets auxquels nous avons déjà eu droit ces derniers temps car ce film sans être vraiment exceptionnel tient assez bien la route avec un casting improbable. Michael Madsen, Sir ben Kingsley & Michelle Rodriguez sont ainsi de l’aventure tandis que Kristanna Loken fait davantage valoir sa belle plastique plutôt que ses talents de combattante. Violent et avec un soupçon de sexe, c’est peut-être à cause de cela que la sortie en salles fut compromise. Néanmoins, pas besoin de ça pour voir débarquer une suite.

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2009-2010 0 commentaire
  • Boarding gate

    2f2f628583baf5c86d23cafb98d7af2e.jpg

    Les affaires vont plutôt bien pour Miles Rennberg (Michael Madsen), businessman aisé mais il a besoin de changer d’air. Est-ce parce qu’il rencontre des soucis du coté de sa vie privée, en tout cas il a bien l’intention de revendre ses parts de la boite pour s’installer en Asie. C’est à ce moment là qu’elle réapparait, Sandra (Asia Argento), jeune femme envoutante de désir qui l’a à maintes reprises proposé ses services pour conclure ses contrats. Entre ces deux là, il y a eu une passion encore ardente mais aussi une question d'argent Avec l’aide de Lester (Carl Loong Ng), elle va élaborer un plan pour obtenir ce qu’elle était venue chercher mais les choses ne se déroulent pas comme prévu.

    4d2719df0885c4f9cdd40a78fbb0762c.jpg

    Curieux de découvrir Boarding Gate avant tout parce que le réalisateur est le français Olivier Assayas et que je me demandais ce qu’il allait nous proposer. On déchante vite devant le scénario obscur, pas évident à comprendre au début puisqu’on laisse surtout s’exprimer le duo Argento / Madsen. Ensuite, ça se transforme en un petit thriller assez anodin et finalement sans grande conviction. Les présences d’Asia Argento et Michael Madsen auraient pu sauver le film d’un profond ennui mais leur prestation se perd au cours de l’histoire et vous devriez y réfléchir à deux fois avant d’embarquer dans cette aventure !

     

    Il faut le voir pour : Découvrir Vortex, une nouvelle héroïne !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2007 0 commentaire