Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

kathy bates

  • Titanic

    star 04.jpg

    20051394.jpg-r_160_240-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120309_105550.jpg

    On dit de lui qu’il est un chasseur de trésors mais notre pote Brock Lovett (Bill Paxton) est avant tout un passionné d’histoire. Il s’est ainsi mis en tête de retrouver un précieux bijou ; le Cœur de l’océan qui serait enfoui dans les profondeurs des mers auprès du célèbre Titanic. Pour le moment, ses recherches ne lui ont permis de ne trouver qu’un dessin où apparait justement le bijou ; une découverte qui va réveiller des souvenirs chez une certaine Rose DeWitt Butaker (Gloria Stuart/ Kate Winslet). Elle est l’une des rares survivantes du naufrage du Titanic et le fait de revoir ce portrait d’elle-même fait remonter à la surface de merveilleux souvenirs. Durant son voyage pour l’Amérique, elle avait connu sa plus belle histoire avec Jack Dawson (Leonardo DiCaprio).

    01.jpg

    Sur le papier, c’était déjà un projet monumental et James Cameron a su combler les attentes des spectateurs avec cette remarquable renaissance du Titanic. Devenu un classique du cinéma pour certains, il faut quand même dire que le film surfe sur les clichés à travers les personnages de Cal & Jack et que la romance entre Kate Winslet & Leonardo DiCaprio est un torrent de guimauve. Un reproche qui est habilement noyé en un tour de bras avec le spectaculaire naufrage si bien que les 3H10 coule aussi harmonieusement qu’une rivière. Aussi colossal que l’était le bateau, c’est un film qui ne peut laisser indifférent que ce soit pour cette belle d’histoire d’amuuur ou pour l’incroyable reconstitution de cet accident historique.

     

    La version 3D : Comment celui qui a su imposer la 3D au cinéma avec son Avatar pouvait manquer la conversion de son Titanic à l’occasion du 100ème anniversaire de cet évènement dramatique ? Le paquebot est plus vrai que nature, sur certains plans on a vraiment l’impression d’être dans les cales ou sur le ponton où on pourra se prendre pour le roi du monde ! Plus anecdotique lorsqu’il s’agit d’assister à la romance du couple, c’est surtout lors du (attention spoiler) fameux naufrage qu’on en prend plein les yeux. C’est un film gigantesque qui prend toute son ampleur sur le grand écran alors ceux qui n’ont pas encore eu l’opportunité de voir le film le plus vu dans l’histoire du cinéma français peuvent se jeter à l’eau !!

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • Minuit à Paris

    aff.jpg

    Sur le point de se marier Inez & Gil (Rachel McAdams & Owen Wilson) se sont offert une belle escapade à Paris. Pour Gil qui est en train d’écrire un livre, cette ville est un véritable émerveillement et il aurait sans doute mieux apprécié ce voyage s’ils n’avaient pas croisé Carol & Paul (Nina Arianda & Michael Sheen), un couple de potes d’enfance légèrement prétentieux. Après une soirée bien arrosée, il décide de faire cavalier seul et déambule dans les rues parisiennes jusqu’à se perdre et c’est là qu’il est invité à monter dans une vieille voiture. Il n’a pas fini d’être étonné puisqu’en fait il va retourner dans les années 1920 et rencontrer ses maitres à penser que sont Ernest Hemingway (Corey Stoll) ou encore Zelda & Scott Fitzgerald (Alison Pill & Tom Hiddleston).

    020.jpg

    Après New York, Barcelone ou encore Londres, Woody Allen pose ses caméras dans la capitale française comme on ne l’a jamais vu (A moins que vous fêtiez prochainement vos 100 ans). A travers son héros Gil, le réalisateur nous propose en effet un voyage dans le temps avec des rencontres improbables avec Hemingway, Picasso, Matisse ou encore Salvador Dali. Plus que le charme de la ville, Minuit à Paris capture la richesse du patrimoine culturel français tout en proposant un avis pertinent sur la nostalgie de chacun. Voilà encore un beau voyage auquel nous convie Allen et vous serez forcément transportés !

     

    Il faut le voir pour : Aller vous promener à Paris sous la pluie.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Playboy à saisir

    aff1.jpg

    Lorsque notre pote Tripp (Matthew McConaughey) ramène une femme à la maison, ce n’est jamais bon signe pour cette dernière. En effet si ce playboy a tout pour plaire, il habite encore chez ses parents Sue & Al (Kathy Bates & Terry Bradshaw) qui aimeraient bien qu’il se décide à prendre son envol. C’est dans ce but qu’ils font appel à Paula (Sarah Jessica Parker) ; pour le séduire et le convaincre de quitter le nid familial. Tout se passe exactement comme prévu sauf qu’avec le temps Paula tombe inexorablement sous le charme de Tripp qui ne se doute de rien jusqu’à ce que la vérité lui vienne aux oreilles.

    02.jpg

    Une comédie américaine tout ce qu’il y a de plus basique c'est-à-dire un scénario recyclé et un humour qui sent un peu le moisi. Pourtant le thème de l’adulescence est porteur comme l’a si bien prouvé l’excellent Frangins malgré eux mais Playboy à saisir préfère se focaliser sur l’histoire d’amour de Matthew McConaughey et Sarah Jessica Parker. Et là pas de surprises, ça forme un beau couple et puis ça casse pour finalement se remettre ensemble pour couler des jours heureux ; les scénaristes n’ont pas fait beaucoup d’efforts. A peine divertissant, à voir seulement si vous êtes seul chez vous enfin chez vos parents.

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2009-2010 0 commentaire
  • Chéri

    aff.jpg

    Il n’y a encore pas si longtemps, avoir à son bras une dame de compagnie était monnaie courante ; ce fut ce qu’on appela la Belle époque. Léa de Lonval (Michelle Pfeiffer) a ainsi vu de nombreux partenaires défiler dans sa vie mais aucun d’entre eux ne l’aura autant bouleversé que Fred Peloux (Rupert Friend), fils d’une de ses potes d’enfance Charlotte (Kathy Bates). Léa l’a vu grandir et a assisté à sa vie pleine d’excès en tous genres, elle va ainsi le reprendre en main pendant quelques temps. Jamais elle n’aurait imaginé que cela durerait 6 ans jusqu’au jour où celui qu’elle surnomme Chéri va prochainement se marier.

    01.jpg

    En adaptant le roman homonyme de Colette, Stephen Frears nous convie à une époque où le libertinage avait encore de beaux restes. Un peu à l’image de Michelle Pfeiffer qui, si elle n’a plus sa fraicheur d’antan (oui je sais, on ne dit pas ça d’une femme !), a suffisamment de charmes pour en séduire plus d’un. La surprise vient surtout de Rupert Friend en amoureux transi qui nous régale avec son "Nounoune" et qui forme avec Pfeiffer un couple inattendu et convaincant. Film d’époque traité avec une certaine nonchalance, Chéri se remarque d’abord par l’alchimie de son duo vedette et le reste fait son œuvre.

     

    Il faut le voir pour : Regretter que Maxim’s ne soit plus aussi bien fréquenté !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2009 0 commentaire