Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

bob hoskins

  • Qui veut la peau de Roger Rabbit ?

    star 04.jpg

    aff.jpg

    Parce qu’il a désespérément besoin d’argent, notre pote Eddie Valiant (Bob Hoskins) a accepté le travail proposé par R.K. Maroon (Alan Tilvern). Ce dernier dirige les studios Maroon Cartoons et depuis quelques temps sa star, le lapin Roger Rabbit, est préoccupée par les rumeurs qui prétendent que sa femme Jessica le trompe. Eddie est donc engagé pour mettre au clair cette histoire et ramener des preuves de cet adultère mais il rechigne un peu à la tache. Il faut dire qu’il ne peut plus supporter d’être entouré par ces personnages de dessins animés depuis la mort tragique de son frère. Toujours est-il qu’il na pas le choix et il va vite comprendre que les choses sont bien plus compliquées qu’il ne l’aurait pensé.

    01.jpg

    Vous qui avez pendant votre enfance (et peut-être encore maintenant ?) dormi avec votre peluche Mickey et/ou Minnie, qui passiez des heures devant les aventures de Titi & Gros minet ; n’avez-vous jamais rêvé d’entrer dans leurs univers ? C’est chose faite avec Qui veut la peau de Roger Rabbit ? qui mélange animation et personnages réels, un mariage détonnant qui fait que ce film est vraiment à part. Comment ne pas être nostalgique quand Bob Hoskins côtoie à la fois Donald, Betty Boop, Droopy ou encore Bugs Bunny, comment résister à la généreuse Jessica Rabbit ? Coté effets spéciaux, c’est de la vieille école mais le résultat reste encore de bonne facture et c’est donc un véritable plaisir que de voir et revoir les aventures de ce lapin déjanté. Et si un jour on le voyait revenir ?

    Lien permanent Catégories : Pour l'éternité 0 commentaire
  • Blanche-Neige et le chasseur

    cinéma, film, fantastique, blanche-neige et le chasseur, Kristen Stewart, Chris Hemsworth, Charlize Theron, Sam Claflin, Sam Spruell, Ian McShane, Bob Hoskins, Ray Winstone, Toby Jones, Brian Gleeson, Liberty Ross, Noah Huntley, Rupert Sanders, Raffey Cassidy

    aff.jpg

    Elle n’était encore qu’une petite fille lorsque notre pote Blanche-Neige (Raffey Cassidy / Kristen Stewart) a perdu sa mère (Liberty Ross), une disparition qui plongea également son père le Roi Magnus (Noah Huntley) dans le désespoir. Il retrouvera cependant le sourire lorsqu’il va faire la rencontre de la belle Ravenna (Charlize Theron) qu’il épousera dans la foulée mais cette femme révèle rapidement ses véritables intentions. Elle assassine sans la moindre hésitation son époux et s’empare ainsi du royaume qui va se retrouver plonger dans les ténèbres, Blanche-Neige quant à elle est impuissante et se retrouve prisonnière des années durant. Lorsqu’elle parvient enfin à s’échapper, sa marâtre lance à sa poursuite un chasseur.

    01.jpg

    A quelques mois d’intervalle, nous avons donc eu droit à 2 adaptations live du célèbre conte de fée ; si Blanche-Neige s’affichait comme une œuvre grand public, Blanche-Neige et le chasseur visait un public plus mature enfin à peine ! On s’attendait à un film sombre et si Charlize Theron est bien là avec son personnage de reine psychotique et despotique, le reste ne fait pas illusion bien longtemps. Les nains sont réduits à des rôles de faire valoir, l’héroïne se retrouve dans un faux triangle amoureux  et se transforme en une piètre Jeanne d’Arc en raison d’une Kristen Stewart totalement amorphe. Entre les 20 premières et dernières minutes ; il y a quand même un gros vide que le réalisateur Rupert Sanders tente vainement de combler mais c’est peine perdue. Décevant.

     

    Il faut le voir pour : Vraiment arrêter de manger toutes les pommes qu’on vous offre !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire
  • Le fils du mask

    aff.jpg

    Tania & Tim Avery (Traylord Howard  & Jamie Kennedy) vivent en couple et la jeune femme se sent prête à franchir un cap : elle veut un enfant ! Son compagnon est moins enthousiaste tout d’abord parce que sa situation professionnelle est encore précaire mais surtout parce qu’il craint d’endosser les responsabilités d’être père. Un jour, leur chien ramène un drôle de masque à la maison ; un objet qui est loin d’être anodin puisqu’il a été crée par le maléfique Loki (Alan Cumming) et quiconque le met sur son visage se transforme en un être extraordinaire. Ça ne rate pas avec notre pote Tim et le résultat neuf mois plus tard c’est la naissance d’Alvy (Liam & Ryan Falconer), un bébé qui va manifester de drôles de pouvoirs.

    1273829916_Prison-Break-1600x1200-Wallpaper.jpg

    C’était presque inévitable, avec le succès de The mask, les studios hollywoodiens se sont dit qu’il y avait encore de l’argent à se faire et ont mis en chantier cette suite qui malheureusement n’a rien à voir avec le 1er épisode. Tout d’abord exit Jim Carrey & Cameron Diaz ce qui handicape déjà fortement Le fils du mask mais on aurait pu s’en accommoder si le scénario et la réalisation avaient été de qualité. C’est un peu à l’image du personnage du Mask qui se voit ici affublé d’une chevelure en plastique, tout ça parait vraiment artificiel ! Que ceux qui ont pu voir le volet précédent reste sur ce bon souvenir et évitent ce film au risque d’être dégoûté du vert pendant quelques semaines.

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2011-2012 0 commentaire
  • Danny The Dog

     
    de6b19e1cd6e3daa9cb0aff50970a4a6.jpg

    Une femme disait que lorsqu’on prend  quelqu’un sous son aile très tôt, on peut en faire ce que l’on veut. Cette femme n’est autre que la mère de celui qu’on appelle Le gouverneur (Bob Hoskins), un malfrat qui n’a aucun scrupule à semer autour de lui violence et terreur pour satisfaire ses intérêts personnels. En fait, notre pote a dans ses manches un atout redoutable capable de vous persuader en un rien de temps : Danny (Jet Li). Recueilli depuis sa plus tendre enfance, le gouverneur a veillé sur lui non pas comme un fils mais plutôt tel un chien comme l’atteste le collier qu’il porte autour du cou. Une fois celui-ci retiré, Danny devient une véritable machine à tuer aux services de son oncle et mieux vaut ne pas croiser leurs routes.

     
    ae1663ee3865ee246beb4b2ca13c79bd.jpg

    Malgré son casting 100% international (Jet Li/ Morgan Freeman/Bob Hoskins), Danny the dog est un film français ! Oui, derrière la caméra on retrouve Louis Leterrier, futur réalisateur de L’incroyable Hulk, qui signe là son deuxème long métrage. Un très bon film au scénario certes classique mais efficace et aussi chargé d’émotions puisqu’on assiste à la formation d’une véritable nouvelle famille. Le film dose habilement sa part d’action et d'émotion si bien que l’on a pas à faire à de l’action pur et dur ce qui est tout de même agréable à remarquer. Un Jet Li au top de sa forme donc et dans un role plus consistant que ceux qu’il a l’habitude d’avoir ; à voir aboslument pour les fans de la star asiatique !

     

    Lien permanent Catégories : Les séances de 2006-2008 0 commentaire