Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

togo igawa

  • Johnny English, le retour

    aff1.jpg

    Depuis le désastre de sa mission au Mozambique, l’agent Johnny English (Rowan Atkinson) a été révoqué du MI 7 et s’est exilé au Tibet. Alors que plus personne ne s’attendait à le revoir au service de sa majesté, Pegasus (Gillian Anderson) est forcée de le réactiver pour une mission d’une extrême importance. Un contact localisé à Hong-Kong a en effet demandé à rencontrer English pour lui dévoiler les détails concernant le prochain assassinat du premier ministre chinois. Il y apprend par ailleurs qu’un groupe de tueurs à gages nommé Vortex est chargé d’exécuter ce contrat mais ils devront d’abord réunir une clé divisé en 3 parties.

    02.jpg

    On ne peut pas dire que le personnage de Johnny English ait laissé un souvenir impérissable au cinéma mais on apprécie toujours de revoir notre pote Rowan Atkinson. Une nouvelle mission attend l’agent britannique à qui aucune gaffe n’échappe et même si l’humour est relativement primaire, on se marre toujours de bon cœur. Comment ne pas rire devant cette mamie asiatique capable de transformer son aspirateur en fusil ou en tronçonneuse ? Bien entendu, si vous n’avez jamais supporté l’acteur dans la mythique série Bean, inutile de vous dire que vous n’avez pas du tout votre place devant Johnny English, le retour !

     

    Il faut le voir pour : Muscler votre P… !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire
  • Ninja Assassin

    aff.jpg

    Berlin, siège de l'Europol. Mika (Naomie Harris) travaille actuellement sur un dossier brulant : les assassinats de certains hauts dirigeants seraient l'œuvre d'un clan de ninjas. Evidemment, on a beaucoup de mal à croire à sa théorie et alors qu'elle commence à remonter cette piste, elle devient à son tour une cible à éliminer. Par chance, elle est sauvée par Raizo (Jung Ji-Hoon), ancien disciple du clan Ozunu qui cherche désormais à tuer celui qui lui a tout enseigné. Face aux règles strictes et inhumaines du clan, Raizo a décidé de se révolter mais on ne quitte pas ainsi les Ozunu et ceux qui étaient ses frères n'hésiteront pas à lui ôter la vie.

    01.jpg

    On comprend vite pourquoi ce film est interdit aux moins de 12 ans quand on voit à l'écran cette abondance d'hémoglobine en images de synthèse, ces bras et jambes qui virevoltent. Ninja Assassin ne fait pas dans la demi-mesure quand il s'agit d'assouvir notre besoin de gore cinématographique. Généreux de ce coté-là, le film l'est beaucoup moins lorsqu'on s'intéresse de plus près à son soi-disant scénario qui semble avoir été pondu en deux temps trois mouvements. D'autant plus que le passage du flash-back de notre pote Raizo (dont on se fout complètement) coupe le rythme du film et nous endort. Franchement pas terrible, à voir pour quelques scènes d'action potables pas plus !

     

    Il faut le voir pour : Vérifier si par hasard vous n'auriez pas votre cœur à gauche.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire
  • Sumô

    aff.jpg

    Malgré toute sa bonne volonté, Herzl (Itzik Cohen) n'y arrive pas ! Impossible pour lui de perdre du poids, c'est même tout le contraire ; en 2 mois il a pris 13 kgs ce qui n'est pas très bon pour le club de régime qu'il fréquente. Comme si cela ne suffisait pas, son physique n'est pas très apprécié à la cafétéria où il travaille et pour sauver sa fierté, il n'a pas d'autres choix que de présenter sa démission. Pour aider en aide à sa mère financièrement il doit cependant vite retrouver un job et c'est ainsi qu'il devient plongeur dans un restaurant japonais. C'est là qu'il va entendre parler des sumos, ces lutteurs obèses et considérés comme des demi-dieux au Japon.

    01.jpg

    Qui aurait pensé voir un jour au cinéma des sumos en plein cœur d'Israël ? C'est ça la magie du 7ème art qui va exaucer votre vœu avec une sympathique comédie qui vient dénoncer la dictature du physique que nos sociétés sont capables de nous infliger. Oui on peut être heureux tout en étant obèse et sans ressembler tous à des tops modèles, Sumô cherche ainsi à réhabiliter la personne face à son physique. Une petite leçon de tolérance assez drôle mais au scénario un peu trop mince pour nous satisfaire pleinement. Les amateurs de cinéma se laisseront aller à cette curieuse découverte.

     

    Il faut le voir pour : Apprendre de nouveau que Fumer tue surtout quand vous sortez sur le balcon !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire