Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sophie de fürst

  • Comment c'est loin

    star 03.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Il y a 5 ans, nos potes Orel & Gringe (Orelsan & Gringe) se sont fait remarquer lors d’un passage sur Radio Phénix. Ces rappeurs avaient ainsi montré qu’ils avaient un sacré talent et c’est pourquoi Ablaye & Skread (Ablay & Skread) se sont proposés de devenir leurs producteurs. Le temps a passé et depuis ils n’ont pas beaucoup avancé car incapables d’enregistrer un album ou ne serait-ce qu'un morceau. Les choses ne peuvent pas continuer ainsi ; un ultimatum est lancé pour Orel & Gringe. S’ils ne parviennent pas à sortir un titre d’ici 24 heures, ils pourront faire une croix sur leurs producteurs ! Plus de temps à perdre mais le duo ne semble pas plus stressés que ça et décident d’aller d'abord faire un tour au centre commercial.

    01.jpg

    En dehors d'une petite apparition dans Les gars et le titre musical La terre est ronde, je ne suis pas très familier avec l'univers d'Orelsan. L’artiste se lance ainsi dans le cinéma avec la réalisation d'un premier film réunissant son pote d’enfance Gringe pour une comédie originale inspirée de leur album Orelsan et Gringe sont les Casseurs Flowters. Avec ses héros atypiques et certifiés glandeurs professionnels accompagnés par un humour délicieusement absurde (magnifique le coup du thé !), Comment c'est loin est sans conteste une belle surprise. Pour un coup d'essai, c'est une réussite que vous devriez d'autant plus apprécier si la carrière du rappeur normand n'a pas de secrets pour vous !

     


    Il faut le voir pour : Aller vous acheter un sandwich triangle après la séance.

    Lien permanent Catégories : L'avant-première impression, Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • De toutes nos forces

    star 03.jpg

    aff.jpg

    Ces 3 derniers mois, notre pote Paul Amblard (Jacques Gamblin) était rarement chez lui mais désormais au chômage, il va pouvoir passer un peu plus de temps avec sa famille. Du moins, c’est ce qu’espérait sa femme Claire (Alexandra Lamy) mais Paul reste toujours aussi distant vis-à-vis de son fils Julien (Fabien Héraud), jeune adolescent paraplégique. Ce dernier cherche l’amour qu’il n’a jamais reçu de son père et pour les réunir il souhaite participer à une course de triathlon particulièrement difficile ;  l’Ironman. En dépit de son fauteuil roulant, Julien est déterminé à y prendre part mais reste encore à convaincre son père.

    01.jpg

    C’est une belle histoire que cherche à nous conter Nils Tavernier, celle de la réconciliation entre un père et son fils au travers d’une impressionnante et intense compétition sportive. Il ne faut pas se le cacher ; De toutes nos forces est un joli film mais on peut difficilement faire plus convenu tant au niveau de la réalisation que dans le déroulement de son scénario. Ce n’est toutefois pas une raison pour passer à coté des prestations du trio Lamy / Gamblin / Héraud qui a su trouver le ton juste pour éviter que le film ne tombe dans le mauvais pathos. Simple mais efficace, une belle leçon de courage et d’amour.

     

    Il faut le voir pour : Eviter d’énerver quelqu’un en fauteuil roulant !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire
  • L’Oncle Charles

    star 01.5.jpg

    aff.jpg

    Charles Doumeng (Eddy Mitchell) est à la tête d’un immense empire et vit actuellement confortablement en Nouvelle-Zélande mais il a une santé fragile. Alors que son médecin souhaitait le ménager, il apprend qu’il ne lui resterait que peu de temps à vivre et c’est alors qu’il se met en tête de retrouver sa sœur, son dernier lien familial. Corinne Beaujard (Valérie Bonneton)  tombe sur cet avis de recherche et flaire le bon plan pour soutirer un peu d’argent mais l’histoire qu’elle va inventer va prendre des proportions autrement plus importantes. Avec l’aide de sa cousine Louise (Alexandra Lamy), elle a l’intention de convaincre Charles qu’elle a retrouvé sa nièce pour espérer toucher ainsi une partie de l’héritage !

    01.jpg

    Dans le temps on prenait du plaisir à aller voir le cinéma d’Etienne Chatiliez, une époque qui semble bien révolue puisqu’après nous avoir infligé l’atterrante Agathe Cléry il remet le couvert avec L’Oncle Charles. Comédie peu inspirée à l’image d’Eddy Mitchell au jeu étrangement poussif dans les premières minutes avant de trouver un peu plus d’équilibre malheureusement le film s’enlise par la suite dans une profonde médiocrité avec ses personnages caricaturaux. Il n’y a encore que les tailleurs parfaitement coupés de Valérie Bonneton qui sauront nous distraire un peu ce qui est bien léger. A se demander ce qui arrive au réalisateur français, va savoir !

     

    Il faut le voir pour : Rendre visite au couvent pour refaire votre décoration !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire