Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Adèle Blanc-sec

aff.jpg

Partie en expédition pour l'Égypte, Adèle Blanc-Sec (Louise Bourgoin) a trouvé ce qu'elle recherchait : la momie d'un ancien médecin. En effet, elle a l'intention de le faire revivre afin qu'il puisse guérir Agathe (Laure de Clermont-Tonnerre), sœur d'Adèle inanimée depuis un dramatique accident. Alors qu'elle est de retour à Paris, les journaux font leurs choux gras sur un évènement insensé : un ptérodactyle règne sur la capitale ! Pour l'heure, Adèle ne pense qu'à une chose ; trouver le professeur Espérandieu (Jacky Nercessian) car lui seul est capable de réanimer la momie mais tout ne va pas se passer aussi facilement que l'espérait notre héroïne.

01.jpg

Adaptation de la célèbre bande-dessinée de Tardi, Luc Besson quitte pour un temps le monde des Minimoys pour signer un film comme lui seul sait les faire. Ceci, n'étant pas forcément un compliment ! A vouloir faire d'Adèle Blanc-sec un film grand public, le réalisateur use et abuse de la niaiserie caractéristique de son cinéma rendant parfois le film réellement insupportable. On évitera de s'attarder sur des personnages secondaires caricaturés au possible (malgré le talent des maquilleurs pour transformer Gilles Lellouche & Mathieu Almaric). Le ponpon revenant à cette momie réincarnée frisant le ridicule et puis cette fin ouverte qui annonce forcément un 2nd volet ; une chose est sure, Besson sait rentabiliser ses projets.

 

Il faut le voir pour : Porter un casque la prochaine fois que vous allez jouer au tennis.

Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2010 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.