Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ricardo pereira

  • Cosmos

    star 02.jpg

    AFF1 (2).jpg

    Afin de se consacrer aux révisions de ses cours de Droit, Witold (Jonathan Genet) était à la recherche d’une chambre d’hôtel lorsque le hasard lui fait croiser Fuchs (Johan Libéreau). Instantanément, ils deviennent potes d’enfance et trouvent un logement dans une pension de famille, chez Madame Woytis (Sabine Azéma) où le séjour s’annonce animé. Dès son arrivée, Witold a constaté des choses étranges dans la région et très vite la perspective de ses prochains examens laisse place à l’écriture d’un roman. Il est en effet inspiré par les mystères de ce lieu mais aussi et surtout par la belle Lena (Victória Guerra) qui l’obsède totalement mais qui est déjà engagée.

    01.jpg
    On commence avec un moineau retrouvé pendu puis on enchaine avec une Sabine Azéma délirante et capable à tout moment de bugger en pleine conversation et il y a aussi un mec déguisé en Tintin. Si vous ne l’aviez pas encore compris, oui ce Cosmos est assurément un film étrange avec ses personnages hauts en couleurs et ses dialogues lunaires. Il faut donc s’accrocher les premiers instants pour entrer dans le délire instauré par le réalisateur Andrzej Zulawski même si j’avoue avoir été largué totalement dans la dernière demi-heure. Son titre offre un indice, c’est sur qu’on a là un drôle d’ovni à réserver aux curieux mais tout le monde n’aura peut-être pas le courage de rester jusqu’au bout !

     


    Il faut le voir pour : Faire attention si vous croisez un poulet pendu !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2015 0 commentaire
  • Cadences obstinées

    star 01.5.jpg

    aff.jpg

    Une nouvelle année débute et elle s’annonce plutôt chargée pour Furio (Nuno Lopes) à qui l’on a confié la rénovation d’un hôtel. Carmine (Franco Nero) lui a accordé toute sa confiance si bien que de lourdes responsabilités pèsent sur lui et pour y faire face, il pourra compter sur l’aide de son pote Mattia (Ricardo Pereira). De son coté, Margo (Asia Argento) se réjouit beaucoup moins de ce travail car elle sent que le couple qu’elle forme avec Furio est en train de se briser. Qu’il est loin le temps où ils étaient enivrés par l’amour et la jeune femme avait même arrêté le violoncelle pour lui mais elle va avoir l’occasion de s’y remettre puisqu’elle a promis à Carmine qu’elle jouerait pour l’inauguration de l’hôtel.

    01.jpg
    Voici donc le 2nd long-métrage de Fanny Ardant en tant que réalisatrice et elle signe également le scénario de ce drame qui risque de tomber dans les oubliettes du cinéma français. La faute déjà à une histoire peu voire pas passionnante avec ce couple qui s’aime autant qu’il se déchire mais qui nous laisse indifférent. Coté réalisation dans l’ensemble c’est assez soigné mais il ne faut pas se le cacher c’est quand même soporifique et pire encore cette scène de l’inauguration de l’hôtel frôle l’amateurisme (ce qui a du rassurer Mika pour son rôle primordial). Reste enfin le choix d’Asia Argento en tant que personnage principal et qui, par moment, fait irrémédiablement penser à l’artiste française et c’est bien là tout ce qu’on pourra retenir de ces Cadences obstinées.

     

    Il faut le voir pour : Eviter de confier des enveloppes à des joueurs de poker !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2014 0 commentaire