Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

agnes kittelsen

  • Le secret de l’étoile du Nord

    star 02.jpg

    aff.jpg

    Il était une fois une petite princesse appelée Boucle d’or (Vilde Zeiner) qui était fascinée par l’étoile du Nord et qui souhaitait plus que tout l’accrocher en haut de son sapin. Le Comte (Stig Werner Moe) qui convoite le trône profite de la naïveté de la petite fille pour lui tendre un odieux piège avec la complicité de la Sorcière (Agnes Kittelsen). Boucle d’or disparut alors dans la foret. Sans nouvelles de celle-ci, sa mère la Reine finit par mourir de chagrin tandis que le Roi (Anders Baasmo Christiansen) maudit l’étoile du Nord plongeant ainsi le royaume dans l’obscurité. 10 ans ont passé et selon la prophétie, il y a une dernière chance pour retrouver la princesse et dans le même temps la précieuse étoile.

    01.jpg

    A l’occasion des fêtes de fin d’année, il faut faire plaisir aux enfants et c’est bien à eux qu’est destiné Le secret de l’étoile du Nord. Il s’agit d’un petit conte sans prétentions qui nous vient tout droit de Norvège et qui ne brille ni par son scénario simpliste ni par une réalisation tout aussi sommaire. Reste que les aventures de la petite Sonia sont faites de rencontres avec des lutins, d’un ours un peu grognon et surtout de la star : le Père Noel en personne ! La petite héroïne finit même par se prendre pour Superman. Vous comprendrez donc que ce film est là pour préserver l’esprit de Noel avec des dialogues sirupeux à souhait et c’est dingue tout ce qu’on peut trouver dans notre cœur.

     

    Il faut le voir pour : Préparer une assiette de Porridge pour les lutins.

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2013 0 commentaire
  • Happy happy

    03.jpg

    C’est une nouvelle vie qui commence pour Elisabeth & Sigve (Maibritt Saerens & Henrik Rafaelsen) qui emménagent dans la campagne Norvégienne avec leur fils Noa (Ram Shihab Ebedy). A leur arrivée, ils sont chaleureusement accueillis par leurs nouveaux voisins Kaia & Eirik (Agnes Kittelsen & Joachim Rafaelsen) qui ont eux aussi un jeune garçon Theodor (Oskar Hernæs Brandsø). Eloignés de tout, les 2 couples passent leurs premières soirées et se découvrent à travers différents jeux de société jusqu’au soir où Kaia & SIgve laissent leurs désirs prendre le dessus. A partir de ce moment, ils vont se voir régulièrement et pour la jeune femme, c’est un vrai bol d’air ; elle qui n’a pas eu de relations sexuelles depuis plus d’1 an !

    1273829916_Prison-Break-1600x1200-Wallpaper.jpg

    C’est un fait, tout le monde ne sera pas sensible à cette comédie norvégienne qu’on pourrait presque qualifier d’ovni cinématographique. L’histoire entre ces 2 couples est entrecoupée de performances musicales sans véritables liens et il y a d’autres aspects qui nous laissent un peu circonspect. On pense notamment à la relation entre Theodor & Noa qui, à travers leurs jeux d’enfant, revisite avec plus ou moins d’innocence l’esclavage des noirs. On ne sait pas trop vers quoi veut nous mener la réalisatrice Anne Sewitsky toujours est-il que ces séquences laissent le spectateur dans une position assez embarrassante. Happy happy n’est pas une comédie extraordinaire et prend parfois de drôles de direction où on ne s’y retrouve pas toujours, à privilégier pour ceux qui apprécient les films atypiques !

     

    Il faut le voir pour : Surveiller les jeux de vos enfants !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire