Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

agustí villaronga

  • Pain noir

    aff1.jpg

    La tension règne dans le village depuis que le jeune Andreu (Francesc Colomer) a découvert les corps sans vie d’un garçon et de son père. Leur charrette a été retrouvée au bas d’une falaise complètement fracassée et si certains pensent qu’il s’agit là d’un accident, on en vient vite à la conclusion que quelqu’un a provoqué ce drame. Andreu lui en est d’autant plus sur qu’avant d’expirer son dernier souffle, le garçon a prononcé le nom de Pitorliua. Si l’on en croit les légendes, le Pitorliua serait un monstre ayant refuge dans la grotte et certains parlent même d’un fantôme difficile alors de croire qu’il s’agirait là de l’auteur des faits. Les soupçons se dirigent ensuite vers Farriol (Roger Casamajor), le père d’Andreu qui va être obligé de fuir laissant sa famille derrière lui.

    01.jpg

    Pain noir est une plongée dans l’Espagne rurale de l’après guerre civile. C’est au cœur de ce contexte particulier que surgit l’histoire d’Andreu qui va déterrer les reliques d’un passé trouble et violent. Impressionnant par son jeu, le jeune Francesc Colomer parvient sans peines à porter le film sur ses épaules et à ses cotés il y a également la non moins talentueuse Marina Comas tous deux étant très justement récompensés par le Goya 2011 des meilleurs espoirs. Cela n’empêche pas cette adaptation des œuvres d’Emili Teixidor de s’enliser parfois dans quelques longueurs nuancées néanmoins par une atmosphère perpétuellement très tendue. Séance découverte assurée pour les amateurs de cinéma.

     

    Il faut le voir pour : S’estimer heureux de pouvoir manger du pain blanc !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire