Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

maura tierney

  • Max & Fletcher Reede -Menteur Menteur

    01.jpg

    Max Reede : La maîtresse dit que la vraie beauté est celle qui vient de l'intérieur. C'est vrai ?

    Fletcher Reede : Non non ça c'est des mensonges de bonnes femmes laides.

    Lien permanent Catégories : La réplique culte 0 commentaire
  • Semi-pro

    814f258182e8d182c97323c56569b83b.jpg

    Qui ne connait pas Jackie Moon (Will Ferrell), l’auteur du sulfureux tube Love me sexy ? Grace à cette chanson, il est devenu un homme riche et a pu accomplir un rêve de gosse en s’offrant une équipe de Basket ; les Flint Tropics. Avec ses équipiers, et en première ligne l’inarrêtable Clarence (Andre Benjamin), ils assurent le show mais au niveau des résultats c’est un vrai désastre. Cela n’était pas vraiment une de ses préoccupations jusqu’au jour où ils apprennent que leur ligue l’American Basketball Association (ABA) allait fusionner avec la prestigieuse National Basketball Association (NBA) et que seulement 4 équipes seraient conservés. Il va donc falloir se retrousser les manches et tout faire pour gagner les matches qui restent et espérer voir le club survivre.

    f91ad8eafedd32c560994703a643e99f.jpg

    L’humour de Will Ferrell est pour le moins particulier et si vous avez déjà eu l’occasion de voir Les rois du patin ou encore Ricky Bobby : roi du circuit ; vous saurez à quoi vous attendre. Le comédien s’immisce cette fois dans le milieu du basket-ball américain des années 1970 avant la prédominance de la NBA. Comme à son habitude, Will Ferrell incarne un personnage totalement déjanté et assure la majeure partie du show. On retrouvera également à ses cotés, Woody Harrelson qui nous avait montré que Les blancs ne savent pas sauter mais qu’ils font de bons coachs. Si vous adhérez à l’humour particulier de Semi-pro, nul doute que vous passerez un excellent moment à découvrir les premiers alley-oops de l’histoire du basket.

     

    Il faut le voir pour : Ne jamais jouer avec un flingue même s’il n’est pas supposé être chargé !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2008 0 commentaire