Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

alice dubois

  • Café de Flore

    star 01.5.jpg

    aff.jpg

    Paris en 1969. Parce qu’elle a mis au monde un enfant trisomique, notre pote Jacqueline (Vanessa Paradis) s’est retrouvé du jour au lendemain abandonnée. Pour elle, Laurent (Marin Gerrier) n’était pas un enfant différent des autres et elle se moquait complètement des regards parfois méprisables que l’on posait sur eux, elle fera tout pour lui offrir la vie la plus ordinaire qui soit. Autre époque, 2011 à Montréal. Après un mariage avec Carole (Hélène Florent), Antoine (Kevin parent) a eu 2 enfants mais le couple s’est ensuite fragilisé jusqu’à le conduire au divorce. Ils sont restés en bons termes mais aujourd’hui Antoine a rencontré une autre femme et s’apprête à reconstruire sa vie en dépit de la réticence de son entourage proche.

    01.jpg

    Ce n’est pas 1 mais 2 histoires qui nous sont servies, 2 récits qui s’alternent durant près de 2 heures et qui en apparence n’ont aucun point commun. On se doute évidemment que le point d’orgue de Café de Flore sera ce moment où la révélation nous sera dévoilée et le moins que l’on puisse dire c’est que c’est assez mystique. Que ce soit dans le quotidien de Jacqueline et de son fils ou bien les chroniques de cette famille recomposée, difficile d’accrocher à ce nouveau long-métrage de Jean-Marc Vallée. La belle performance de la comédienne Vanessa Paradis ne réussira pas plus à nous captiver et la seule chose qu’on retiendra à la sortie ce n’est encore que cette chanson envoutante de Doctor Rockit.

     

    Il faut le voir pour : Croiser les doigts pour que vous soyez réincarné !

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2012 0 commentaire