Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

agnès merlet

  • Hideaways

    aff.jpg

    Tout a commencé le jour où le jeune Charlie a surpris ses parents au lit et dès lors tout ce qui se rapportait au sexe le rendait aveugle pendant 37 minutes. Ce don incroyable, son fils Philip (Aarron Monaghan) puis son petit-fils James Furlong (James Wilson / Harry Treadaway) en ont hérité. Le premier provoquait une panne électrique lorsque la peur l’envahissait tandis que le second possédait un pouvoir qu’il considérait comme maudit. Poussé dans ses derniers retranchements, la mort s’échappe de son corps tuant végétaux, animaux et malheureusement tous ceux qui l’approchaient. Cette malédiction James tente de la fuir en s’isolant dans une maison perdue au cœur de la foret et c’est là qu’il va rencontrer Mae-West (Rachel Hurd-Wood), une jeune femme atteinte d’un cancer.

    01.jpg

    Même s’il est question de pouvoirs surnaturels, Hideaways n’a rien d’un film de super-héros, loin de là ! On assiste à l’amour naissant entre un mec extraordinaire qui sème bien malgré lui la mort et une jeune femme malade condamnée, une rencontre qui manque hélas pour nous de magie. Une fois le décor planté et les personnages présentés, la réalisatrice française Agnès Merlet se contente alors de dérouler son histoire devenant beaucoup trop prévisible ce qui réduit alors une œuvre prometteuse (du moins dans sa première demi-heure) en une mièvre fable. On quitte la salle avec pas mal de regrets car l’idée de départ avait un super potentiel pour en faire un film réellement séduisant.

     

    Il faut le voir pour : S’interroger sur votre héritage

    Lien permanent Catégories : Premières Impressions 2011 0 commentaire